Wallonie

  • 7 logements sociaux à créer à Aubel

    Avec 40.000 ménages en attente, les besoins en logements sociaux sont grands. Un schéma de développement régional réalisé au niveau wallon identifie les zones de construction les plus pertinentes, au regard des demandes, de l’emploi, des services.

    Un accroissement net de 12.000 nouveaux logements publics d’ici 2024 : c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement wallon. Mais où créer ces nouveaux logements ? Le centre d’études en habitat durable (CEHD) a mis sur pied un schéma de développement régional du logement public qui identifie les communes où il serait pertinent de créer du logement public d’ici 2030, en tenant compte des pôles d’emploi et des services. Selon le centre, le parc de chaque commune devrait être égal à 1,5 fois la demande pour couvrir celle-ci.

    Résultat ? 92 communes ont été identifiées comme pertinentes pour accueillir de nouveaux logements sociaux. Avec un total de 8.961 logements. 

    Aubel figure sur la liste avec 7 logements à créer, tandis que Plombières n'y figure pas comme Charleroi, Mouscron, Quiévrain, Boussu et Spa... « Cette situation résulte du fait que ces communes possèdent déjà à l’heure actuelle un nombre de logements équivalent à 1,5 fois le nombre de candidatures. Remplissant déjà l’objectif de couverture, elles ne doivent pas créer de nouveaux », indique-t-on.

    D'une double page à lire dans LA MEUSE du 18 septembre 2019.

  • Les Hautes Fagnes et Val-Dieu primés

    En novembre et décembre dernier, la population wallonne avait été invitée à voter pour son patrimoine préféré dans le cadre du concours « Le Patrimoine préféré des Wallons » organisé par la Région wallonne. Six catégories étaient en lice : le patrimoine touristique, le patrimoine naturel, le patrimoine bâti, le patrimoine insolite, le patrimoine secret et pour finir le patrimoine espace de vie. Parmi les six vainqueurs, on retrouve deux lieux de chez nous : les Hautes Fagnes (patrimoine naturel) et l’Abbaye Notre-Dame du Val-Dieu (patrimoine secret).

    Lire la suite

  • 400.000 euros pour les halls d’Aubel

    86339A29-853B-4279-A00B-A3A2E9F13FA5.jpegL’échevin aubelois des Sports Freddy Lejeune ne cache pas sa joie quand nous lui annonçons que sa commune fait partie de la série de dossiers auxquels la mi- nistre wallonne des Infrastructures sportives Valérie De Bue (MR) vient d’accorder des subsides. En tout, elle octroie 1,8 million d’euros de subsides pour différents projets dans la province de Liège, dont quatre en région verviétoise.
    Chez nous, c’est Aubel qui reçoit le plus gros subside : 404.490 euros. Il s’agit même du deuxième plus gros pour toute la province. Cet argent servira à rénover les halls omnisports de la commune. Plus précisément à rénover les revêtements de sol de trois salles, les douches et l’éclairage.
    « Ça va concerner d’abord l’ancien hall (NDLR : appelé hall vert), qui date de 30 ans. On va rénover le revêtement de sol de la salle principale et de la salle du tennis de table à l’étage. On va aussi refaire les douches, ainsi que l’éclairage pour faire des économies d’énergie en mettant des détecteurs de présence par exemple », explique l’échevin. Le revêtement de la salle principale du deuxième hall (le hall bleu) sera lui aussi rénové. Il n’a
    que 15 ans, mais s’est très vite dégradé. Le hall bleu aura un revêtement spécialement étudié pour le volley, alors que l’autre sera plutôt dédié au basket.
    Les travaux devront être réalisés à l’entre-saison, pour éviter que ça ne pénalise la saison des clubs sportifs.
    Avec ces travaux plus les installa- tions du football qui sont en cours de chantier, autant dire qu’Aubel aura plus que jamais des infrastructures sportives de premier ordre dans quelques mois. 
    B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 18 novembre 2017.

  • 93.125.000 € pour les routes wallonnes

    Cette somme sera répartie entre les communes wallonnes en 2017 et 2018

    C’est confirmé, 93.125.000 euros seront répartis entre les communes wallonnes en 2017 et 2018. L’objectif premier est la rénovation et l’entretien des voiries, des parkings, des égouts, de l’éclairage public et des biens immobiliers.

    La répartition entre les communes se base sur deux critères. Le premier est les fonds dont chacune d’elles dispose pour l’entretien de ses voiries. Le se- cond critère s’intéresse au nombre de kilomètres de voiries communales, à la densité de population et au revenu moyen par habitant.

    Aubel recevra 149.708 €

    Détails à lire dans LA MEUSE VERVIERS (pages 7 et 19) du 23 juillet 2016.