Volley

  • VOLLEY LIGUE B DAMES : TROIS MATCHES LOIN DE LEURS TERRES

    La glorieuse incertitude du sport n’a pas plané au-dessus du hall bleu dimanche dernier pour le match opposant les filles de la Ligue B de volley à Waremme. Un derby à sens unique !

    « Il faut toujours être respectueux de son adversaire, c’est une règle élémentaire en sport. Waremme vient de monter et l’apprentissage de la division n’est pas simple. Nous n’avons donc pas rencontré de difficultés particulières. » Le score est là pour étayer les propos du président, 25-16, 25-14, 25-12.

    Ce match s’apparentant à un entraînement grandeur nature, ne pouvait pas mieux tomber. Avec les blessures de Maurine Renard et de Lotte Penders, Pierre Vanspauwen, le coach, a eu l’occasion de faire quelques essais en vue des trois prochains matches qui se joueront tous en déplacement.

    Au terme de ces voyages en terres néerlandophones, on pourrait y voir encore un peu plus claire sur les prétentions des aubeloises. Leader avec un 24 sur 24, bien ficelé et un match de moins que Gand B l’actuel second avec 23 points, les filles du président ont séduit la presse spécialisée de la province.

    « Elles ne peuvent plus se cacher »… lisait-on de Verviers à Liège…

    La balle ne ment jamais… entendons-nous souvent sur les bords de terrain… Et de fait, celle d’Aubel est d’un vert pétant aujourd’hui. « Aujourd’hui, aimait à souligner Stef Dorthu. On a trois sorties à risque. Lotte est un élément important du groupe car elle amène beaucoup de sérénité. On ne sait pas encore pour combien de temps, on va devoir s’en passer. Maurine, elle, devrait faire son retour dimanche. » Prudent le président, même s’il sait qu’il a une équipe très séduisante, avec des filles au top.

    Et justement ces filles ne sont pas prêtes à lâcher le morceau. Un rêve un peu fou est au bout du chemin.

    Aubel se doit de regarder la réalité en face. « Certes, mais ne nous mettons pas de pression. On assiste à de superbes matches. On a droit à un volley pétillant. Prenons les choses comme elles viennent ». Après… « Le club se restructure lentement avec une nouvelle secrétaire et un nouveau trésorier. On a un bon soutien de nos bénévoles, même si je me dis qu’il en faut encore un peu plus (avis aux amateurs) », concluait un président toujours motivé.

    Dec 6 5.jpg

  • Aubel remporte le derby avec facilité

    Capture d’écran 2019-12-02 à 07.51.04.pngCe dimanche soir avait lieu le grand derby liégeois de la ligue B. En principe un duel disproportionné entre Aubel, autoritaire leader de l’antichambre de l’élite nationale, et Waremme, équipe très jeune, montante et qui vise clairement le maintien. Le match débutait de manière très équilibrée et à 8 partout, il fallait plusieurs services manqués dans le chef des Wazelles pour que les filles de Pierre Vanspauwen prennent enfin, logiquement, un certain ascendant. Le jeu était plaisant. Le 25/ 16 qui sanctionnait le premier set était au fond le reflet de l’écart entre les deux équipes, qui restaient inchangées pour le deuxième set. Il faut dire que les deux entraîneurs n’avaient pas énormément de choix. Pour blessures, deux filles manquaient à Aubel, et non des moindres : Lotte Penders et Maureen Renard. À Waremme, il y avait trois absentes.

    Les filles d’Aubel, bien motivées par Pierre Vanspauwen, voulaient d’emblée tuer le set et démarraient comme elles avaient terminé. 9/1… on redoutait la punition malgré la bonne volonté des Wazelles surclassées dans tous les secteurs de jeu par une équipe d’Aubel franchement impressionnante. À mi-set, les échanges s’équilibraient enfin. 25/14 au final.

    Dans le troisième set, Aubel, tout en jouant sans sa passeuse titulaire également, mettait un coup d’accélérateur et ponctuait ce non-match 25/12. « Aubel Aubel oh bella ciao », le cri de guerre local, pouvait retentir. Pour Pierre Vanspauwen, l’occasion était belle d’essayer des solutions à la passe avec Maurine Lallemand et à l’opposite avec Esther Jérôme… » On joue dans une semaine à Louvain. En fait, on est parti pour 3 sorties et je pense qu’elles seront déterminantes car l’actuelle deuxième, Gand, ne peut monter. Ceci dit pas d’excitation prématurée, cela ne peut que nous faire perdre une énergie inutile. Et puis une montée en Ligue A n’est pas évidente, regardez Tchalou et ses difficultés malgré une excellente équipe » concluait le coach aubelois, plus déterminé que jamais à ne rien laisser au hasard. 

    P.H. dans LA MEUSE VERVIERS du 2 décembre 2019.

  • Les filles de Ligue B se sont fait peur !

    La mécanique tourne comme une horloge suisse, le moral est au beau fixe… tout baigne ! Et puis… En sport, plus qu’ailleurs, tout peut basculer en une fraction de seconde. Pourquoi ? Difficile à dire…

    A Vilvoorde, dimanche dernier, le président était assis confortablement dans la tribune, (ce club est l’école de volley de la Flandre avec des installations au top) et assistait à un match dominé par ses protégées, (20 – 25 et 14 – 25). « Tout tournait bien, malgré deux absentes pour blessures. Pas de mouron à se faire ! Et puis, on perd brusquement les commandes du match et notre adversaire revient à 1-2. Comment ? pourquoi, je ne le sais pas encore aujourd’hui, » expliquait le président.

    Pire ce qui aurait pu être un relâchement compréhensible, tournait à la cata avec un 4e set entamé en fanfare par les locales. « Elles ont pris la direction des opérations, nous laissant parfois à 4 voire 5 points. Pas vraiment prévu, ce scenario ! Il est clair que cette école possède de bons éléments d’avenir. Et c’est probablement là que nous nous sommes faits presque piégés, commentait Stef Dorthu. Elles jouent avec la hargne de leur jeunesse et elles y ont cru.

    Vous imaginez, elles ont même eu une balle d’égalisation à 2 sets partout. Ça ce n’était pas prévu dans nos plans. Et là chapeau aux filles à 24 – 23, elles n’ont pas tremblé et elles ont redressé in extrémiste la situation, pour conclure sur un 24-26 ». Mauvais pour les cardiaques… « Assurément » acquiesçait le président.

    « Nous avions bien commencé ce match et puis un foutu grain de sable ! Il faut dire que sans Lotte, l’équipe se prive d’un élément stabilisateur. C’est une vraie professionnelle. Son expérience est rassurante. Maurine était aussi sur la touche et là c’est sa combativité qui nous manque . » On attend toujours des nouvelles des médecins pour en savoir un peu plus sur leur indisponibilité.

    « Nous avons certes un noyau réduit, mais d’excellente qualité. Nous savons palier à ces absences. On en aura besoin dimanche à 18.00 dans nos installations pour le derby Wallon. Nous recevons Waremme. Cette équipe lutte pour le maintien, mais un derby est un match toujours particulier. Dites donc bien aux supporters que l’on compte sur eux. Il faut de l’ambiance et ils savent y faire ». A vos agendas !

    La mécanique tourne comme une horloge suisse, le moral est au beau fixe… tout baigne ! Et puis… En sport, plus qu’ailleurs, tout peut basculer en une fraction de seconde. Pourquoi ? Difficile à dire…

    A Vilvoorde, dimanche dernier, le président était assis confortablement dans la tribune, (ce club est l’école de volley de la Flandre avec des installations au top) et assistait à un match dominé par ses protégées, (20 – 25 et 14 – 25). « Tout tournait bien, malgré deux absentes pour blessures. Pas de mouron à se faire ! Et puis, on perd brusquement les commandes du match et notre adversaire revient à 1-2. Comment ? pourquoi, je ne le sais pas encore aujourd’hui, » expliquait le président.

    Pire ce qui aurait pu être un relâchement compréhensible, tournait à la cata avec un 4e set entamé en fanfare par les locales. « Elles ont pris la direction des opérations, nous laissant parfois à 4 voire 5 points. Pas vraiment prévu, ce scenario ! Il est clair que cette école possède de bons éléments d’avenir. Et c’est probablement là que nous nous sommes faits presque piégés, commentait Stef Dorthu. Elles jouent avec la hargne de leur jeunesse et elles y ont cru.

    Vous imaginez, elles ont même eu une balle d’égalisation à 2 sets partout. Ça ce n’était pas prévu dans nos plans. Et là chapeau aux filles à 24 – 23, elles n’ont pas tremblé et elles ont redressé in extrémiste la situation, pour conclure sur un 24-26 ». Mauvais pour les cardiaques… « Assurément » acquiesçait le président.

    « Nous avions bien commencé ce match et puis un foutu grain de sable ! Il faut dire que sans Lotte, l’équipe se prive d’un élément stabilisateur. C’est une vraie professionnelle. Son expérience est rassurante. Maurine était aussi sur la touche et là c’est sa combativité qui nous manque . » On attend toujours des nouvelles des médecins pour en savoir un peu plus sur leur indisponibilité.

    « Nous avons certes un noyau réduit, mais d’excellente qualité. Nous savons palier à ces absences. On en aura besoin dimanche à 18.00 dans nos installations pour le derby Wallon. Nous recevons Waremme. Cette équipe lutte pour le maintien, mais un derby est un match toujours particulier. Dites donc bien aux supporters que l’on compte sur eux. Il faut de l’ambiance et ils savent y faire ». A vos agendas !

     

  • Les Aubeloises s’installent en tête de la Ligue B

    « On ne peut plus se cacher ! » Stéphan Dorthu, le président du club de volley d’Aubel, ne peut être plus clair suite 59697412-BB1C-4EC2-AF05-009A0EAC13C7.jpegau succès des dames ce di- manche contre Gand en Ligue B. Un succès net et sans bavure sur le score de 3 sets à 0 qui confirme la victoire de la semaine précédente face à Kalmthout, également sur le score de 3-0. En clair, en l’espace de deux week-ends, les Aubeloises ont battu les actuelles deuxièmes et troisièmes de Ligue B (soit le deuxième échelon national) en ne concédant pas le moindre set. Assurément un signal fort envoyé aux concurrents dans l’optique de la montée en Ligue A !


    Ce week-end, les Aubeloises se sont emparées de la première place. Elles avaient déjà occupé cette position en début de championnat la saison passée, mais cela n’avait pas duré et la fin de saison avait été plus compliquée. Cet été, les dirigeants du club aubelois ont veillé à renforcer l’équipe et le staff afin de se donner les moyens de leurs ambitions. Car la Ligue A est bel et bien l’ambition du cercle aubelois. « On a renforcé l’équipe avec Lotte Penders, une ancienne internationale belge qui est arrivée d’Anvers (Ligue A). C’est un très gros renfort pour nous et cela a été notre seul transfert entrant », signale Stéphan Dorthu, au centre sur la photo du bas. « Du côté du staff, on s’est aussi considérablement renforcé avec l’arrivée de Sven Govers en tant que T2. Il provient de Malines, entraînait Farciennes en Ligue A la saison passée et a été assistant-coach en équipe nationale féminine. C’est un gros plus pour nous et il s’occupe du scouting et des entraînements vidéo. Pierre Vanspauwen est toujours le coach. On a donc mis les moyens et on s’est considérablement professionnalisé. Le but, c’était de faire mieux que la troisième place de la saison passée... »


    Mais pour accéder à la Ligue A, ce qui constituerait une première historique pour Aubel, il n’y a qu’une solution : remporter le championnat. Il n’y a en effet qu’un seul siège montant. « Si Aubel est prêt pour la Ligue A ? C’est encore un peu tôt au niveau du club, que ce soit au niveau financier ou structurel. Pour ce qui est de la salle, elle a été transformée et on a tout ce qu’il faut pour la Ligue A. L’envie d’aller en Ligue A est là, cela a toujours été un fantasme et ce serait le Graal, mais chaque chose en son temps. En parallèle, on essaye aussi de faire progresser nos jeunes en P1 », reprend le président du club aubelois, où il n’y a plus d’équipe masculine depuis quelques années, mais où le public répond présent. « On accueille beaucoup de spectateurs. Contre Kalmthout, on était à environ 300 personnes et à une centaine ce dimanche contre Gand. »


    FAVORITES EN COUPE DE LA PROVINCE


    Avec un noyau volontairement moins étoffé que la saison passée (10 joueuses), Aubel réussit un début de championnat parfait : 6 matchs, 6 victoires, 1 seul set concédé. Mais on n’en est encore qu’au quart de la compétition, qui compte 24 matchs. Déjà éliminées en Coupe de Belgique (par une formation de Ligue A en 8e de finale), les Aubeloises devront par contre assumer leur statut de favorites en Coupe de la Province.

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 19 novembre 2019.

  • Volley, P1 dames : un week-end de rêve

    Les filles de la P1 tenaient à montrer le bon chemin à leurs aînées de la Ligue B de volley en se montrant à la hauteur dans le derby qui les opposait à St Jo-Welkenraedt, dimanche à 10 heures 30.

    « C’était un match spécial entre une équipe avec des joueuses aguerries et la nôtre nettement plus jeune, expliquait Stef Dorthu. De plus, il y avait sur le terrain pas mal de filles qui ont joué dans les deux équipes »… On était presqu’entre copines… Mais, une fois que l’arbitre siffle le début de la rencontre, le sport reprend ses droits. « On a assisté aussi à un match dans le match entre les deux libéros. Une bagarre, dans le bon sens du terme, entre deux générations de joueuses. Elle a tourné à notre avantage. A celui de la jeunesse ! ».

    La centaine de personnes présentes, ont aussi pris beaucoup de plaisir à suivre ce match qui s’est soldé par un joli 3-0 pour les aubeloises. Avec 18 points, elles gardent la tête de la série devant Spa1 (15) qui compte un match de moins.