Val-Dieu

  • Une voie douce d’Aubel à Mortroux

    La Conférence des bourgmestres de l’arrondissement de Verviers s’est réunie et son conseil d’administration a décidé de retenir parmi les projets qu’il voudrait voir subsidiés par Liège Europe Métropole, une liaison douce entre Aubel et Val-Dieu, avec prolongation vers Mortroux. Un chaînon manquant de 7 km. La demande de financement sollicitée porte sur une somme de 75.000 € destinée à l’étude et aux travaux de préparation pour cet axe. Il serait destiné non seulement aux touristes, mais aussi aux usagers au quotidien.

    Le projet impliquerait soit l’utilisation de l’accotement de la N650, soit l'achat de terres agricoles sur une largeur de 3 à 5 mètres sur toute la longueur du tracé. Sur le dernier tronçon, un chemin de terre permet déjà de rejoindre Mortroux. « On circulerait en site propre », explique l’échevin aubelois Benoît Dorthu. Sur un profil genre RAVeL, avec revêtement en dur. Soit de l’hydrocarboné, soit de la cendrée ou de la dolomie. Une voie douce avait déjà été aménagée en 2005 d’Aubel au Val-Dieu, mais elle a souffert. D’où la nouvelle configuration actuellement dans les cartons. Cette voie douce aurait la particularité de passer sur deux arrondissements, Aubel étant sur Verviers et Dalhem relevant de Liège. 

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 12 décembre 2020

  • Privé de son resto, Léon Stassen y crée une épicerie

    Face à la crise sanitaire du covid, l’imagination a souvent pris le pouvoir. Et certains rebondissent en en faisant profiter d’autres acteurs économiques dans la dèche. Ainsi, Léon Stassen, qui ne peut plus accueillir ses clients au restaurant du Moulin du Val-Dieu, a décidé d’y ouvrir une espèce d’épicerie du terroir.

    L’Aubelois a en effet constaté que les promeneurs continuaient d’être attirés par l’abbaye et ses environs. Du coup, plutôt que de se morfondre dans sa cuisine, en se bornant à ne préparer que des plats proposés à la vente dans différents magasins de la région, il a décidé de créer une épicerie du terroir dans ses locaux. L’occasion de soutenir aussi les producteurs locaux. Le point de vente devrait ouvrir ce samedi et demeurer accessible chaque samedi et dimanche, entre 11 et 15 heures. On y proposera des produits de bouche typés Plateau de Herve. Ainsi, les bières du Val-Dieu, les produits de la siroperie Nyssen (sirop, mais aussi confitures, miel…), la soupe aux truites et les rillettes de truite de la Commanderie de Fouron-Saint-Pierre, tous les fromages du Val-Dieu, de Herve-Société, mais aussi le Herve au lait cru de la fromagerie du Vieux moulin.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 10 décembre 2020

  • Nouvelle société "Les Moulins du Val-Dieu"

    La société "Les Moulins du Val-Dieu" annonce la reprise du Moulin de Hombourg (Moulin Meyers) par une toute nouvelle société baptisée "Les Moulins du Val Dieu". A la tête de cette aventure, quatre passionnés par l’agriculture et l’alimentation qui sont aussi meuniers : Philippe Van Lathem, Benoit Tyberghein, Christian Hick et Benoit Brouwers. Ensemble, ils ont décidé de développer un des derniers moulins artisanal de Wallonie en produisant une farine hautement qualitative, en circuits courts, issue de l'agriculture raisonnée. 

    Un article DE FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2020

  • Les 1.000 bouteilles de la bière d’exception écoulées en un jour

    Capture d’écran 2020-10-15 à 08.43.10.pngMûrie dans 6 barriques d’une abbaye fondée en 410

    Un cru « Excellence » qui paraît bien nommé à la Brasserie de Val-Dieu ! Celle-ci vient en effet d’écouler en deux temps trois mouvements ses mille bouteilles qui ont fait saliver bien des amateurs de breuvages houblonnés.

    « Excellence » : le nom lui colle bien à la peau, ou plutôt au flacon. Car la dernière création en date de l’abbaye du Val-Dieu n’est pas du genre de celles qui courent les casiers ou les caves. On n’en a produit qu’un millier de bouteilles. Et toutes ont été vendues en un jour, seulement. À une vitesse telle que le directeur de la brasserie, Alain Pinckaers, n’a pu en garder qu’une seule pour lui... C’est dire si ce breuvage a quelque chose d’exceptionnel.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 octobre 2020

  • Le masque n’est plus obligatoire, sauf à Verviers !

    Ce mardi soir, les bourgmestres de la région verviétoise ont tenu une réunion qui visait à savoir quelles sont les mesures à prendre en fonction du covid. Le masque n’est désormais plus obligatoire en extérieur un peu partout dans l’arrondissement, sauf à Verviers.

    En dehors de Verviers, les masques ne sont donc plus obligatoires si on peut maintenir une distance d’1,50m avec les autres personnes. Le site de la Gileppe, les centres de Spa, Limbourg et Dison, le site du Val-Dieu à Aubel sont notamment concernés. Malmedy avait déjà annoncé sa décision. Le but étant, dans un esprit de confiance et de responsabilité, de laisser au citoyen le soin d’estimer si les circonstances (c’est-à-dire les lieux où les distances de sécurité ne peuvent pas être respectées) l’invitent à porter/ ou non le masque dans les lieux publics extérieurs dans lesquels il se trouve.

    LE PORT DU MASQUE MAINTENU POUR LES ÉVÉNEMENTS

    Attention : l’obligation du port du masque lors de foires, marchés, d’événements extérieurs ainsi que dans les bâtiments publics est, elle, maintenue. Il en va de même pour les commerces. Il faut toujours porter un masque à l’intérieur.

    Dans cet esprit de confiance et de responsabilité, les bourgmestres ont insisté sur la nécessité de continuer d’appliquer les six règles d’or, principalement pour protéger le groupe à risque (les 65 ans et + et ceux souffrant de problèmes de santé…). Il s’agit de respecter les règles d’hygiène, pratiquer ses activités de préférence à l’extérieur, penser aux personnes vulnérables, garder ses distances (1m50), limiter ses contacts rapprochés et suivre les règles visant les rassemblements. 

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 1er octobre 2020