Travaux

  • ORES a repris ses chantiers importants

    Aubel, Herve et Verviers sont par exemple concernées.

    Suite à la pandémie liée au coronavirus, le gestionnaire de réseau de distribution d’électricité, de gaz et d’éclairage public ORES a dû s’adapter à la crise actuelle. En région verviétoise, les chantiers importants, comme celui du transfert de l’alimentation électrique pour les communes d’Aubel et Herve et Verviers ville conviviale, ont repris.

    Les chantiers importants ont repris leur cours récemment. Dans l’arrondissement de Verviers, c’est notamment le cas pour le transfert de l’alimentation électrique de l’ancienne à la nouvelle infrastructure d’ORES à Battice, qui alimente principalement les communes de Herve et Aubel.

    Ce chantier, qui aurait dû être terminé en mars, a été retardé avec la pandémie du Covid-19.

    Il faut dire que les anciennes installations sont obsolètes et qu’il était impératif de les changer afin de garantir la sécurité des agents. Et pour pouvoir continuer à assurer une alimentation électrique continue aux habitants d’Aubel et de Herve.

    D'un article de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 juin 2020.

  • Les travaux du centre culturel à Aubel ont repris malgré le temps

    Ça n’aura échappé à personne, le temps est passé de radieux à quelque peu maussade dans la région. Le mois d’avril a été splendide, un temps idéal pour les ouvriers du bâtiment. De quoi prendre de l’avance en cas d’intempéries. Malheureusement, un petit virus venu d’Asie en a décidé autrement. Suite à l’arrêt des fournisseurs, une bonne partie des chantiers était arrêtée depuis le confinement. C’est notamment le cas du chantier du centre culturel à Aubel. Celui-ci était incapable de continuer faute de béton. Deux ouvriers ont également développé les symptômes du covid et ont donc été mis de côté.

    Depuis ce mardi, les ouvriers sont de retour et il semble que le chantier ait repris de plus belle. « Évidemment, il a fait beau quand on était à l’arrêt, et maintenant qu’on reprend, il pleut », bougonne l’échevin des Travaux, Francis Geron. « Maintenant on ne devrait plus s’arrêter, sauf s’il tombe des hallebardes. On est bien lancé, ici on travaille sur les fondations. »

    Lire la suite