Solidarité

  • Les appels pour les seniors reprennent

    Capture d’écran 2020-11-20 à 08.00.04.png« La solitude ça n’existe pas », chantait Gilbert Becaud. Monsieur 100.000 volts ne pouvaient pas savoir que des années après sa mort la solitude pouvait être plus présente que jamais. Logique, les plus faibles en cette période de covid sont les personnes âgées. Il est donc important de ne pas leur rendre visite pour ne pas risquer de les contaminer. Sauf que voilà, avec les moyens actuels, Gilbert Becaud a tout de même raison, on est rarement seul. C’est ce qu’on croit à Aubel, puisque pour la deuxième fois un service qui consiste à téléphoner aux personnes les plus isolées est lancé. Le but est de s’assurer qu’elles ne manquent de rien et qu’elles vont bien.

    « C’était déjà quelque chose que l’on avait fait durant le premier confinement et qui avait bien fonctionné », glisse Céline Hubin, présidente du CPAS et qui est en charge des aînés. « On avait beaucoup de personnes qui étaient contentes d’avoir reçu un coup de fil pour voir comment elles vont. Elles peuvent parler, se raconter, ça me tenait vraiment à cœur de recommencer ici. »

    Lire la suite

  • 500 plats livrés bénévolement

    Quatre jeunes ont aidé quatre restaurateurs du plateau en pleine crise.

    Entre le 19 mars et le 10 mai, quatre étudiants aubelois ont donné de leur temps pour une belle cause. Ils ont en effet aidé bénévolement quatre restaurateurs locaux à livrer 500 plats aux clients de ceux-ci à travers la région. Un bel élan de solidarité qui aura duré sept semaines et qui a dû se terminer avec le début de la session d’examens.

    D'un article de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mai 2020

  • 5.500 gels de la Cidrerie offerts

    La Cidrerie Stassen a produit du gel qu’elle a offert aux Aubelois.Capture d’écran 2020-05-13 à 08.13.51.png

    Depuis le début de la crise sanitaire, un bel élan de solidarité s’est mis en place à Aubel. Et ça continue. Dans les prochains jours, chaque habitant de plus de 12 ans recevra un flacon de 125 ml de gel hydroalcoolique fabriqué par la Cidrerie Stassen. Du gel déjà distribué à l’hôpital de Verviers, mais aussi à la maison de repos d’Aubel.

    Lutter contre la propagation du Covid-19, c’est devenu l’affaire de tous. Et ça, la Cidrerie Stassen l’a bien compris. En effet, la cidrerie aubeloise – qui fait partie du groupe Heineken – a décidé d’utiliser son excédent d’alcool issu de la désalcoolisation pour produire du gel hydroalcoolique. Ainsi, grâce à la désalcoolisation de deux bouteilles de cidre, elle peut créer un petit flacon de 125 ml de désinfectant. Grâce à ça, 5.500 flacons seront prochainement distribués aux habitants de la commune d’Aubel.

    UN FLACON PAR HABITANT

    « On va distribuer un touteboîte aux habitants pour les informer que des séances de distribution seront organisées sur rendez-vous au hall omnisports » explique Freddy Lejeune, le bourgmestre d’Aubel. Chaque habitant de plus de 12 ans recevra un flacon. « On a assez de flacons pour en garder en cas de besoin pour plus tard, comme par exemple la réouverture du marché », ajoute le bourgmestre.

    Lire la suite

  • On téléphone aux personnes âgées

    Capture d’écran 2020-03-23 à 08.17.46.pngEn ces temps compliqués de confinement, les personnes âgées sont plus seules que jamais. Que fontelles, comment s’organisent-elle pour leurs courses, ne souffrentelles pas trop de la solitude ? Pour répondre à toutes ces questions, la commune d’Aubel a demandé à trois dames de téléphoner à toutes les personnes âgées.

    « On s’inquiétait alors on a établi un listing des personnes âgées et trois dames téléphonent pour voir de quoi elles ont besoin et discuter un peu avec elles », nous détaille Kathleen Perée, l’échevine de la Communication. « Si par exemple, une personne a des difficultés pour faire ses courses, on s’engage à aller les faire dans notre supermarché local. On vise vraiment les personnes les plus isolées, pas tellement celles qui seraient plus à risque que d’autres. »

    Ces trois dames qui téléphonent aux aînés occupaient d’autres tâches au sein de la commune avant la crise. L’une d’entre elle est en principe technicienne de surface pour le centre culturel. Comme une grande partie de celui-ci est actuellement sans activité, il ne servait pas à grand-chose de briquer le mobilier des pièces vides, elle a donc été réaffectée. Une autre travaille au sein de la bibliothèque, actuellement fermée. La dernière enseigne le néerlandais à des élèves aujourd’hui en confinement. C’est avec cette dame que nous avons pu discuter. « Ce qui me frappe, c’est que les personnes âgées sont relativement bien organisées. Il y en a très peu qui sont vraiment dans le besoin », précise la dame qui a déjà discuté avec 41 personnes au moment de notre interview. « J’ai commencé par les personnes nées dans les années 30 et on m’a demandé de poursuivre jusqu’aux années 60. En ce moment, il n’y a qu’une seule dame qui m’a demandé d’aller lui chercher ses courses. Mais je pense que cette génération-là apprécie de montrer qu’elle sait se débrouiller. Qu’elle est autonome. C’est pour ça que j’ai très peu de demandes. » 

    A.R.(dans LA MEUSE VERVIERS du 23 mars 2020)

    à noter :

    Si intérêt : 087/68.01.36

  • Énorme élan de solidarité pour procurer des masques au personnel soignant

    Les villes de Verviers et Malmedy ont décidé de jouer la carte de la solidarité en fournissant des masques aux services de secours. 250 issus des services techniques de la ville de Verviers ont été donnés au CHR Verviers. À Malmedy, la générosité de la population et des commerçants a permis de rassembler 729 masques. Mais le secteur privé se mobilise aussi. Detry à Aubel a donné 1.000 masques et 1.500 salopettes jetables aux pompiers.

    « Waw, grâce à la réactivité de la population et des commerçants nous avons pu rassembler 729 masques ! », s’enthousiasme la ville de Malmedy sur Facebook.

    1.500 SALOPETTES CHEZ DETRY

    Par ailleurs l’entreprise Detry d’Aubel a offert à la zone de secours VHP 1.500 salopettes jetables, 1.000 masques barrières et 20 paires de lunettes de protection.

    Autre type de matériel dont on parle moins, mais qui devrait se révéler important dans la lutte contre la propagation du virus : les gants. S’il y avait une ruée sur ce type d’article, la rupture de stock menacerait, estime-t-il. 

    D'un article d'YVES BASTIN ET BRUNO BECKERS à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 18 mars 2020