Santé

  • V.pharma rénove

    Le fonds privé à gestion paritaire Invest For Jobs (IFJ) vient de mettre 2 millions d’euros à disposition de la coopérative verviétoise V.pharma. Cet argent servira à rénover quatre pharmacies à Dison, Herve, Soumagne et Aubel. 15 emplois seront créés et consolidés sur 3 ans. La société verviétoise a aussi d’autres projets, comme son développement vers Liège.

    Le fonds a prêté 2 millions d’euros pour transformer et rénover intégralement quatre officines, qui passeront ainsi d’une superficie moyenne de 100 m 2 à 400 m 2 . « Cet investissement permettra d’augmenter et diversifier l’offre de produits, de renforcer le rôle de conseil de V.pharma auprès de ses clients, d’engager du personnel supplémentaire et de créer un cadre agréable tant pour le personnel que la patientèle », expliquent les deux partenaires. Il s’agit des pharmacies situées à :

    - Herve

    - Dison

    - Soumagne

    - Aubel, sur le site commercial de la rue de Battice, à côté du supermarché OKay. Là le projet est prévu pour la fin 2020, car V.pharma n’a pas encore toutes les autorisations nécessaires au déplacement de son officine.

    D'un article de B.B. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 17 décembre 2019.

  • Le coût du projet de garde en semaine revu à la baisse

    La ministre De Block parle de le financer en 2020.

    En 2020, un système de garde en semaine pourrait aider les habitants de la région verviétoise. Dans la soirée, on pourra sonner au 1733 qui redirigera vers un médecin généraliste de garde : de quoi faciliter la vie des patients et des professionnels de la santé. Un système qui coûte cependant. La ministre De Block a promis qu’elle débloquera des fonds en 2020, alors que les médecins ont déjà prévu de diminuer le budget initial.

    L’autre moyen de financer ces gardes durant la nuit serait de demander une contribution aux communes. Lorsque l’idée a été lancée, on parlait d’un euro par habitant par commune. Une somme tout de même importante et qui faisait grincer les dents de certains bourgmestres au moment de réfléchir au budget 2020. Lors des dernières estimations, il ne s’agirait plus que de 28 cents par habitant par commune. Une somme qui a semblé satisfaire quelques personnalités. Même à Aubel, où le bourgmestre avait dans un premier temps répondu par la négative, on semble s’être ravisé.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 16 décembre 2019.

  • Prendre les chemins de traverses… osez passer la porte, osez découvrir …

    Nous sommes malmenés, la vie n’est pas toujours tendre, ni rose, ni accueillante. Pourtant autour de nous, beaucoup de choses sont mises en place pour nous aider, il y a des choses traditionnelles telle la médecine, la kinésithérapie, la chirurgie, la médication…et puis, il y a des tas de gens qui travaillent avec leurs mains, leurs connaissances et tout leur amour pour vous offrir un temps de bien-être, de détente, de compréhension de vous et de vos maux.

    Les journées découvertes d’Aubel existent pour vous présenter ces personnes qui sont souvent dans l’ombre et qui peuvent vous apporter énormément…Lors de cet évènement, vous pourrez essayer, tester, poser des questions… nous serons là rien que pour vous

    Cette année, les journées se dérouleront le week end des 8 et 9 février 2020 au Cercle des bons loisirs à Aubel, rue de la Station. Le « salon » sera ouvert samedi de 12h à 19h et le dimanche de 9h à 17h.

    Une petite restauration saine est prévue pour ceux qui ont un petit creux.

    Voici notre programme

    1. Jacques Hinand- Naturalia : vente et intervention ; lithothérapie
    2. Sébastien Gaillat - Christophe Materne- Pour L'Art... Home : vente et fabrication artisanale de bougies naturelles
    3. Daniel Hagelstein : maître reiki, massothérapeute, luminorelaxothérapie…
    4. Rika Taccad : massage ayurvédique
    5. Alexandra Pauly : musicothérapie
    6. Copée Marianne : vente : produits naturels, bijoux en pierre
    7. Groteclaes Anne Pascale : stand et intervention ; hypnothérapeute
    8. Panny : massage thaïlandais
    9. Jaspar Marie-anne : réflexologie plantaire
    10. Christelle Jackanic : massage assis sur chaise
    11. Franken welness : bijoux magnétiques
    12. Sandra Spauwen : massage bébé, réflexologie plantaire bébés et enfants

    Interventions

    1. Jacques Hinand : lithothérapie – dimanche à 13h
    2. Alexandra Pauly : relaxation sonore – dimanche à 15h
    3. Grooteclaes Anne Pascale : hypnose de groupe – samedi à 14h
    4. Wendy Stiel : nutrition – samedi à 16h
    5. Sandra Spauwen : samedi à 15h et dimanche à 16h
    6. Marc David Pirotte - acupuncteur : le printemps énergétique en médecine traditionnelle chinoise – samedi à 18h et dimanche à 14h
    7. Nyssen Vincianne : danse -  vibration – samedi à 17h et dimanche à 11h

    En visite samedi, Christopher Boyd, dessinateur ambidextre, croqueur et animateur…

    Marie-Anne Jaspar

    Pédicure médicale/réflexologue

     

  • Débat au conseil communal autour des médecins de garde

    Aubel ne jouerait-elle pas avec la santé de ses habitants ? C’est la question qu’a posée Léon Stassen, membre du groupe d’opposition Aubel Citoyen ce lundi au conseil communal. La semaine dernière, nous annoncions dans nos colonnes que l’association des médecins de garde de l’est de la Belgique francophone (l’AGEF), souhaitait étendre son système de garde en semaine pour lutter contre la pénurie de médecins. Nous annoncions aussi qu’Aubel ne voulait pas contribuer à ce tout nouveau système. Léon Stassen ne l’entend pas de cette oreille. « Ils ne demandent qu’1€ par habitant. Est-ce que pour la santé on ne devrait pas mettre les fonds nécessaires », demande le restaurateur.Capture d’écran 2019-10-16 à 07.53.56.png

    Une accusation qui a fait réagir le bourgmestre Freddy Lejeune pourtant d’ordinaire très calme. Logique, pour la première fois depuis son élection, sa parole était mise directement en cause. « En ce qui concerne l’AGEF, nous avons juste reçu une lettre qui nous demandait de payer. Je ne vois pas pourquoi on devrait payer sans justification alors qu’on a un système qui marche très bien », signale Freddy Lejeune qui nous apprend n’avoir reçu qu’une seule lettre et qui assure que ce ne sont pas des manières de demander les choses. Le bourgmestre a ensuite comparé cette initiative de l’AGEF à médecin sans frontière et d’autres actions caritatives. Des propos qui font penser que, de fait, la communication s’est mal passé quelque part. Ce système de garde n’a rien d’une association caritative puisqu’il toucherait directement les Aubelois. La commune paierait pour un tout nouveau service. Suite aux demandes insistantes de l’opposition qui persistait à demander que le bourgmestre reconsidère la question lorsqu’il aurait plus d’informations, Freddy Lejeune a mentionné qu’il y réfléchirait le cas échéant.

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 octobre 2019.

  • Un nouveau système de garde de médecins

    Le 1733, déjà utilisé les week-ends, pourra être composé également en semaine durant les soirées. Dans la région verviétoise, le manque de médecins se fait cruellement sentir. En semaine, durant la nuit, il est presque impossible de consulter un médecin généraliste dans certaines communes. Une situation que veut résoudre l’association des médecins généraliste de l’est de la Belgique. Elle veut mettre en place un système de garde en semaine, comme cela se fait durant le week-end. Pour cela, ils ont besoin d’argent et les communes rechignent à leur en donner.
    Pour les médecins généralistes, assurer la continuité des soins la nuit dans chaque commune est une obligation légale. Or dans certaines communes de la région, celle-ci n’est pas assurée. En général, les médecins de la commune s’arrangent entre eux s’ils veulent passer une soirée tranquille. Or, dans certaines communes, il n’y a que deux médecins généralistes. Un soir sur deux, ils doivent donc assurer cette garde la nuit. Une situation intenable que l’AGEF, l’association des médecins généralistes de l’est francophone de Belgique, compte bien résoudre dès 2020.
    L’AGEF veut en effet lancer un système de garde similaire à celui qu’elle a déjà mis en place le week-end. Il suffira de sonner au 1733, un standardiste prendra l’appel, qui redirigera vers un médecin généraliste. À lui de recevoir le patient ou d’aller jusqu’à lui suivant sa mobilité.

    DEMANDE AUX COMMUNES
    Pour cela, l’AGEF a besoin d’argent.

    L’INAMI et le gouvernement fédéral ne souhaitant pas dans l’immédiat participer à ce financement, l’association se tourne vers les communes concernées. L’AGEF leur demanderait 1 € par commune par habitant. « Une somme que nous sommes même prêts à diminuer », signale Michel Meuris, le président. Les négociations sont complexes car toutes les communes doivent se mettre d’accord. Il ne faudrait pas qu’une commune décide de ne pas payer et profite du système. Les premiers retours sont encourageants même si certaines ne semblent pas intéressées par la démarche. C’est le cas d’Aubel. Lorsqu’on lui a demandé s’il était prêt à débourser 4.000 €, le bourgmestre Freddy Lejeune, aurait répondu : « Désolé, mais si on doit donner pour tout, on ne s’en sort plus. » Une réponse qui a un peu déboulé les médecins de l’AGEF. « 4.000 € ce n’est rien. Et puis on a envie de lui répondre que pour continuer à récolter des voix, il est intéressant d’avoir des électeurs en bonne santé », nous signale un membre de l’association. Du fait que la santé est une compétence fédérale, les communes bottent en touche et demandent à l’association de se tourner vers ce niveau de pouvoir.

    En ce moment, le président de l’AGEF négocie avec l’INAMI afin de recevoir une aide. « On a envoyé un courrier, la réponse officieuse qui nous est revenue est encourageante. On a aussi Malik Ben Achour qui va interpeller la ministre au niveau fédéral. Je dirais que les choses se débloquent petit à petit », conclut le médecin.

    D’un article d’ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 10 octobre 2019