Politique

  • Lumières de Noël 15 jours avant à Aubel

    Objectif : regonfler le moral du citoyen

    Noël, c’est dans plus d’un mois et pourtant, certaines communes commencent déjà à installer leurs illuminations. C’est le cas de Verviers, Aubel et Herve. De quoi réjouir les cœurs en cette période morose.Capture d’écran 2020-11-18 à 11.47.36.png

    « Suite à l’annulation du marché de Noël, on se retrouvait sans rien. Les ouvriers mettent d’habitude du temps avant d’installer tous les chalets. Alors ils pouvaient se permettre d’installer les illuminations plus tôt », détaille Freddy Lejeune le bourgmestre.

    « On voulait, non pas montrer qu’il y avait une atmosphère de fête car ce n’est pas le bon mot, mais montrer qu’il y avait encore des choses positives qui se passaient. Pour les commerces, ça apporte un plus. On montre comme ça que tout n’est pas mort et on sort de cette atmosphère lugubre », poursuit Freddy Lejeune. « On a eu des problèmes avec le panneau à l’entrée de la commune où il est écrit Joyeuses Fêtes. Certains ne comprenaient pas comment on pouvait parler de fêtes en ce moment. Mais voilà, ce sont des illuminations qu’on a depuis des années. On ne peut pas changer comme ça. » Le sapin a déjà été installé à Herve, pas encore à Aubel.

    Mais qu’en est-il de la question énergétique ? Ces lumières allumées deux semaines de plus devraient en effet représenter un certain coût. Cependant, pour l’instant, on ne s’en préoccupe pas trop dans les communes qui ont pris les devants. « On a de bons rapports avec Ores, ça devrait aller », tempère Freddy Lejeune.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 18 novembre 2020

  • Subsides énergétiques de plus de 3 millions pour les écoles

    ureba.JPG

    Sur une enveloppe de plus de 50 millions d’euros de subsides Ureba (rénovation énergétique de bâtiments)
    à destination des écoles, l’arrondissement de Verviers reçoit plus de 3 millions.

    D'un article d'AURÉLIE FRANSOLET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 novembre 2020

  • UNE MINUTE DE SILENCE VIRTUELLE

    Nouveau concept à Aubel. Pour la première fois un conseil s’est tenu en vidéoconférence dans la commune
    de Freddy Lejeune. Alors que le bourgmestre rendait hommage à Jean Smets, l’ex-leader de l’opposition aujourd’hui disparu, il annonce qu’une minute de silence virtuelle va se tenir. Mais celle-ci a été doublement virtuelle, déjà parce qu’elle se tenait en live sur Facebook, mais en plus parce qu’elle n’a pas eu lieu.

    Le président de séance a préféré faire l’impasse pour ne pas imposer ça aux spectateurs…

    La peur de l’audimat.

    (Rubrique "Ça va se savoir" de LA MEUSE VERVIERS du samedi 14 novembre 2020)

  • Intradel distribue des films alimentaires réutilisables

    Dans le cadre des actions locales de prévention en vue de réduire la quantité de déchets, Intradel et 70 communes proposent une alternative zéro déchet aux films alimentaires jetables, avec le soutien de la Région Wallonne et de la Province de Liège. Il s’agit d’un film alimentaire réutilisable à la cire d’abeille. Au total, ce sont 40.000 pièces qui ont été distribuées aux communes liégeoises participantes, chargées de les offrir à leurs citoyens.

    Réduire sa quantité de déchets est aujourd’hui devenu une évidence, tant pour l’impact économique qu’écologique. Mais il est toujours bon de sensibiliser au maximum la population à cette problématique via notamment des actions menées dans nos communes par le biais d’Intradel, gestionnaire des récoltes. Cette dernière vient d’ailleurs

    d’annoncer une nouvelle initiative, ludique et qui vise à réduire la quantité de déchets liés aux emballages à usage unique (aluminium, cellophane, etc.).

    À LA CIRE D’ABEILLE

    Il s’agit d’un film alimentaire réutilisable, enduit à la cire d’abeille. « Il permet de recouvrir un plat, un bol mais aussi d’envelopper directement les aliments pour les conserver sainement et durablement. Il évite l’utilisation de films alimentaires jetables. C’est un emballage imperméable et respirant à base de cire d’abeille qui est un antiseptique et antifongique naturel. Il protège votre concombre, recouvre vos plats… mais ne remplit pas vos poubelles », détaille Intradel. Et, détail important, ce film alimentaire est aussi… local, puisque sa conception est belge, via la société WRAPI située à Leuze-Eghezée.

    Septante communes de la province (dont Aubel et Plombières) vont recevoir ce produit. Au total, 40.000 films réutilisables vont leur être distribués. À chacune de ces communes de les redistribuer à ses citoyens.

    ÉMILIE DEPOORTER dans LA MEUSE VERVIERS du 12 novembre 2020

  • Pas encore de conseil des enfants en 2020

    (L'installation de janvier 2019)

    COUP DE GUEULE D’AUBEL CITOYEN

    Depuis 12 ans, un conseil communal des enfants est organisé à Aubel pour les sensibiliser aux vertus de la démocratie. En 2020, il n’a pas encore eu lieu. Ce qui déçoit et inquiète l’opposition, qui avait lancé l’idée à l’époque. « Pour organiser le conseil des enfants, il faut des animations dans les classes. Il faut une campagne et puis des élections. On n’a pas su mettre ça en route en cette période », détaillait l’échevine de la Jeunesse Katlheen Perée. « On a encore reçu une circulaire nous demandant de ne pas faire trop circuler les enfants de bien les maintenir en classe. On ne sait pas faire de chouettes animations. » « Rien n’a été mis en place ni en septembre ni en octobre. Donc, on n’est un peu étonné et déçu », lançait le leader d’Aubel Citoyen, Jacques Piron, pour qui à Welkenraedt et Plombières, ça a déjà été le cas. « C’est un peu facile de dire que ça vous intéresse. Vous l’avez complètement oublié et puis c’est tout. Vous n’avez donné aucune vie. Je trouve que c’est bien dommage d’en arriver là », s’indignait Léon Stassen, alors que pendant ce temps-là Benoît Dorthu, l’échevin des Finances, oubliait qu’il était filmé et hochait de la tête en signe de désapprobation tout en se prenant la tête dans les mains. Francis Geron, en charge de Travaux, défendait l’échevine, en disant que l’opposition pouvait aussi relancer la machine si elle le désirait.

    « Il ne faut pas mélanger les fonctions et les responsabilités de chacun. Je ne tire pas sur le pompiste, je lui dis qu’il n’est pas temps de s’endormir », concluait Jacques Piron. La majorité a promis qu’on aurait des nouvelles de ce conseil en 2021. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 12 novembre 2020