Politique

  • Grosses tensions autour de la gestion du Covid-19

    Capture d’écran 2020-06-24 à 07.49.01.pngAlors que les communes doivent s’adapter pour faire face à la crise et à la sortie Capture d’écran 2020-06-24 à 07.49.33.pngde celle-ci, à Aubel, l’opposition critique vertement les décisions de la majorité. De la salle temporaire des mariages à l’aide aux commerçants, les divergences de vues sont de plus en plus grandes au sein du conseil.

     

    Un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 24 juin 2020 et sur https://verviers.lameuse.be.

     

  • Un recours envisagé pour s’installer dans le zoning

    En février dernier, nous vous annoncions que la commune d’Aubel rendait un avis négatif concernant la demande VPharma de déménager du centre du village vers le zoning, rue de Battice. Si la Région wallonne a récemment abondé dans le même sens que les autorités communales, la société verviétoise est bien décidée à délocaliser ses activités. Et cette dernière songe à un recours si la Région ne change pas d’avis.

    La société verviétoise VPharma, qui compte 40 officines pharmaceutiques et 300 emplois dans la région, a pour projet de déplacer sa pharmacie située dans le centre d’Aubel afin de s’installer dans la zone commerciale rue de Battice.

    Mais la commune ne voit pas ce projet d’un bon œil car elle souhaite conserver des commerces de proximité dans le centre et non les voir s’en aller vers la périphérie. En février dernier, le collège communal rendait un avis négatif concernant la demande de la société verviétoise VPharma. Même chose pour l’Observatoire du commerce tout comme la Région wallonne, qui a décidé de suivre les autorités communales en émettant un avis négatif sur le permis d’implantation demandé par VPharma. Pourtant, cela ne décourage pas Marc Breyer, qui espère vraiment pouvoir déménager du centre vers le zoning dans un futur proche. « Nous avons obtenu l’aval de la Commission d’implantation de la Santé Publique », dit le directeur de VPharma. « Nous espérons que la Région changera d’avis. Si jamais cela n’est pas le cas, nous introduirons un recours. Ce serait vraiment dommage de ne pas pouvoir concrétiser ce projet car on veut également augmenter la capacité d’emploi en passant de deux employés à six. »

    La réponse de la Région wallonne devrait tomber dans le courant du mois d’août.

    D'une page de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 juin 2020

  • Plus d’un million d’euros de boni pour la zone VHP

    Capture d’écran 2020-06-22 à 08.13.14.pngLa zone de secours Vesdre, Hoëgne et Plateau (qui couvre les communes d’Aubel, Baelen, Blegny, Dalhem, Dison, Herve, Jalhay, Limbourg, Olne, Pepinster, Plombières, Soumagne, Spa, Sprimont, Theux, Thimister-Clermont, Trooz, Verviers et Welkenraedt) a présenté ce vendredi le compte 2019. Un compte extraordinairement bon puisqu’il est boni de 1.240.000 euros. Il s’explique par une diminution des dépenses en frais de personnel. « La zone fonctionnant avec de nombreux volontaires, en cas de calamités, les prestations augmentent fort. En 2019, nous avons eu moins de prestations » explique le major et commandant de zone Quentin Grégoire.

    Plusieurs bourgmestres ont évidemment manifesté leur volonté de voir ce montant conservé pour l’année prochaine et soustrait aux différentes communes de la zone au moment du calcul de la dotation à verser. Pour l’instant, ce boni a surtout été mis en fonds de réserve le temps d’avoir une sérieuse discussion sur son affectation.

    -55 % D’INTERVENTIONS

    Il se pourrait que la clôture du compte de l’année en cours réserve également une bonne surprise au vu de la chute vertigineuse du nombre d’interventions pompiers durant la crise du Covid-19. « On était à 45 % d’interventions par rapport à la même période l’an passé » détaille Quentin Grégoire. Une situation qui a permis d’amortir les coûts liés au coronavirus. « Au début de la crise ça a été un peu tendu parce qu’on était face au risque de manque de matériel. On a dû en acheter et on a essayé de faire ça en commun pour avoir des ristournes. A priori, il ne devrait pas y avoir énormément de surcoût vu l’activité opérationnelle qui a été très réduite. » 

    V.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 22 juin 2020

  • Les activités de la plaine seront divisées

    Durant l’été, les camps et les activités destinés aux enfants devraient pouvoir se tenir si tant est que des bulles de 50 personnes soient établies. Voilà qui pose des problèmes pour les enfants qui participent à la plaine à Aubel. Chaque année, ils sont pas loin de 200 à participer à ses activités. Les services communaux ont trouvé une solution. Au lieu de se tenir uniquement au hall omnisports, les enfants seront répartis en différents groupes qui ne devraient pas se mélanger. Ces groupes profiteront de ces activités estivales dans trois endroits différents.

    Capture d’écran 2020-06-02 à 08.35.06.pngLes plus grands resteront aux abords du hall, les plus petits s’épanouiront dans une des écoles communale alors que les moyens seront redirigés vers l’ancien Bailou. Ils devraient y avoir différents groupes au sein même de ces lieux de rassemblement afin de minimiser les risques.

    « On a prévu d’engager plus d’étudiants qui du coup ne feraient que du nettoyage et de la désinfection pour qu’on s’assure que tout soit comme il faut », nous détaille Kathleen Perée, l’échevine de la Jeunesse.

    Pour les plus grands, autre bonne nouvelle, les activités en extérieur seront maintenues. « En principe, on fait des excursions avec eux et on part trois jours. Rien n’avait été réservé, forcément comme on ne savait pas ce qui allait se passer. On va bientôt annoncer exactement ce qu’on va faire. Mais on va aussi lancer un système de pré-inscription pour pouvoir mieux prévoir comment on va s’organiser. » 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 2 juin 2020

  • Bientôt des bons pour dépenser dans les commerces

    En cette période, le moindre euro compte pour les commerçants. Chaque initiative sera sans aucun doute bien Capture d’écran 2020-05-27 à 08.16.16.pngaccueillie par ce secteur qui souffre lui aussi de la crise. Aubel va tendre la main à ces personnes. Bientôt elle mettra à disposition des bons qui permettront de consommer local.

    « On s’est un peu inspiré de ce que font Herve et Malmedy », confesse Freddy Lejeune, le bourgmestre. « Le but est d’inciter à ce que l’on dépense dans notre commune. » Il devrait y avoir des bons à 15 et d’autres à 25 €.

    Du côté de l’opposition, on apprécie la démarche, mais on se demande si elle a été bien orchestrée. « Si on achète un bon de 15 ou 25 € à la commune, on pourra dépenser 15 ou 25 € dans les commerces. On aurait bien aimé qu’il y ait un avantage à avoir ces bons. Qu’on achète un bon d’une valeur de 20 € pour 15 € par exemple », rouspète Léon Stassen.

    Un point de vue que ne partage pas forcément le bourgmestre. « Ces bons seront pour offrir par exemple. Si une entreprise veut en acheter un pour chaque employé pour les récompenser en fin d’année, c’est possible. On va aussi en donner à nos bénévoles qui ont fait des masques. Ils ont bien mérité cela. » Le bourgmestre précise aussi que ces bons serviront lorsque la commune offrira des cadeaux pour des noces d’or par exemple. « Donc on peut quand même dire que la commune met de sa poche », persiste Freddy Lejeune.

    Le collège envisage d’autres solutions pour aider les commerçants, mais rien n’est encore finalisé pour le moment. « Ce n’est pas facile par ce que nous ne taxons pas énormément à la base. On réfléchit à reporter ou faire l’impasse sur l’une ou l’autre chose. Ce n’est pas simple, mais on y travaille », rassure le bourgmestre. -

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 mai 2020