Politique

  • Centre culturel : les travaux débutent lundi

    Avec plus de deux mois de retard, les travaux du centre culturel d’Aubel vont enfin pouvoir commencer. Les premiers coups de pelle retentiront ce lundi.

    Le début des travaux du centre culturel aurait en principe dû commencer fin du mois de septembre. Malheureusement les sols peu stables de la région en ont décidé autrement. Des essais ont en effet montré qu’en dessous de 13 mètres de profondeur, le sol ne permet pas la construction du bâtiment. Il faut d’abord planter des pieux dans la terre afin qu’elle puisse supporter cet imposant édifice ce qui n’était pas prévu à l’origine. Après avoir bataillé pour obtenir un prix correct de la part des entrepreneurs, Francis Geron, l’échevin des Travaux, peut enfin l’annoncer : le chantier démarrera ce lundi 9 décembre.

    DEUX ANX DE TRAVAUX

    Le chantier doit en principe durer deux ans. Il devrait donc être terminé à l’horizon de 2022. Il s’agit là d’une entreprise qui devait à l’origine coûter 3,9 millions d’euros. Suite aux retards et à l’installation de pieux pour stabiliser le terrain il grimpait de 130.000 € pour dépasser ainsi le palier de quatre millions.

    Pour rappel, l’état des sols à Aubel était bien connu de l’échevin Geron qui en avait touché un mot aux entrepreneurs. Celui-ci lui avait à l’époque assuré qu’il ne devrait pas poser de problème.

    AUCUN SUBSIDE

    Ce dont on se souvient peu c’est que si on estimait le coût du projet à 3,9 millions, en février le collège n’avait prévu que 3,6 millions au budget. La majorité estimait en effet pouvoir faire jouer la concurrence lors des appels d’offres et faire ainsi diminuer les coûts. Un pari qui s’est avéré perdant.

    Cette somme énorme avait fait grincer les dents de l’opposition qui déplore qu’aucun subside ne soit attaché à ce projet « mammouth », comme l’avait appelé Benoît Dorthu, l’échevin des Finances, en février dernier. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 5 décembre 2019.

  • SUBSIDES OCTROYÉS PAR LIÈGE EUROPE MÉTROPOLE

    Quatre des cinq projets concernant l’arrondissement de Verviers ont été retenus pour l’octroi de subsides par Liège Europe Métropole, mardi soir. Devraient en profiter les communes de Stoumont, Jalhay, Aubel, Plombières et Welkenraedt ainsi que Malmedy et Waimes, avec un pont suspendu surplombant la Warche qui promet de provoquer un afflux de touristes.

    Avec un accent spécial mis sur la mobilité douce… et des subsides globaux, pour l’arrondissement de Verviers, de 595.000 € pour un total provincial de 2.650.000 €, soit proportionnellement une part du gâteau correspondant au poids démographique verviétois.

    Le quatrième projet retenu concerne l'étude pour une voie lente route du Cimetière américain, à Aubel. Aubel, Plombières et Welkenraedt sont directement intéressés par le troisième projet retenu : celui d’une connexion cyclable et piétonne entre HenriChapelle et Aubel, le long de la route du cimetière américain, sur la crête. Le subside de 50.000 € viserait, dans ce cas, à étudier un projet concret. Néanmoins, Liège Europe Métropole pourrait octroyer d’autres coups de pouce pour la suite du dossier. Dans l’état actuel du dossier, on évoque une dépense de l’ordre de 1.238.000 €. 

    D'un page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 28 novembre 2019

  • Deux mois accordés à Nosbau

    Alors que la communauté germanophone aura la compétence du logement social à partir du 1er janvier 2020, la société Nosbau, active dans les Cantons de l’Est et dans plusieurs communes non germanophones de l’arrondissement, doit normalement être scindée en deux nouvelles entités. Un divorce qui se montre compliqué du côté francophone et qui a poussé les ministres wallon et germanophone du logement à accorder un délai supplémentaire à l’entité.

    « Les deux Ministres ont constaté que le transfert de la quasitotalité des domaines sera effectif dans le délai imparti, soit avant la fin de cette année. À partir du 1 er janvier 2020, la

    Communauté germanophone exercera la tutelle sur la Société « Öffentlicher Wohnungsbau Eifel » », indique leur communiqué commun.

    « En ce qui concerne « Nosbau », rappelons que la situation restait compliquée fin octobre », poursuivent-ils. « Les Ministres Dermagne et Antoniadis ont convenu que la société wallonne du logement prolonge l’exercice de la tutelle sur « Nosbau » jusqu’au 29 février 2020 au nom de la Région wallonne et de la Communauté germanophone. Le Ministre Antoniadis communiquera les modalités pratiques en commission du Parlement mercredi lors de sa prochaine séance. » 

    J.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2019

  • 130.000 € à payer en plus pour le centre culturel

    Un des gros projets dont tout le monde parle à Aubel, c’est le chantier du nouveau centre culturel. Un chantier de plusieurs millions, qui a été financé sans subside sous la législature précédente, ce que reproche l’opposition. Le budget de ce projet grimpe encore avec des travaux inattendus. Début octobre, le chantier était stoppé avant même le premier coup de pioche. Le sol peu stable nécessitait l’installation de pieux dans la terre afin de pouvoir bâtir cet imposant édifice.
    PLUS DE 4 MILLIONS
    Après négociations, le budget de ces travaux a enfin été fixé. La commune devra débourser 130.000 € de plus.
    Le budget du centre grimpe donc à plus quatre millions d’euros. Auparavant, il était fixé à 3,9 millions.
    Selon Francis Geron, l’échevin des Travaux, ces travaux de stabilisation du sol devraient commencer avant les vacances de Noël. Les travaux auront donc été retardés de plus de deux mois. Au total, le chantier devrait durer deux ans.
    Une situation que déplorait Francis Geron, qui connaissait l’état des sols dans la région et qui avait averti l’entrepreneur en charge des travaux que la probabilité d’utiliser des pieux était très grande.
    Ils devront descendre à 13 m afin de s’appuyer sur un sol plus stable.

    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 19 novembre 2019.

  • Nosbau : en retard, les francophones

    Capture d’écran 2019-11-13 à 08.13.16.pngLa députée régionale Christine Mauel (MR-PFF) a interrogé au Parlement wallon ce mardi le Ministre wallon du Logement Pierre-Yves Demargne sur la mise en œuvre de la scission de la société de logement Nosbau. Beaucoup d’inconnues subsistent quant au remembrement de cette société de logements publics basée sur cinq communes francophones et quatre germanophones. La Société wallonne du logement (SWL) a arrêté une proposition de remembrement le 23 septembre. Cette proposition consiste en une scission entre communes francophones et germanophones pour le 1er janvier avant que les francophones rejoignent le Foyer Malmédien d’ici le 30 juin avec maintien d’une antenne à Welkenraedt.

    Pour Christine Mauel, il vaut mieux privilégier l’efficacité que la précipitation. La Raerenoise a également fait part des difficultés des communes francophones de suivre le calendrier imposé par les germanophones. Pour elle, ce calendrier ne sera pas réalisable dans les délais impartis. « À la base, un projet de scission devait être déposé au tribunal de commerce vendredi dernier avec la tenue d’une Assemblée générale en décembre. D’une source interne bien placée, je sais que l’Assemblée générale n’aura lieu qu’en février. » « J’ai pris ce dossier en charge dès mon entrée en fonction », reconnaît le Ministre Pierre-Yves Dermagne. Il est toutefois incapable de garantir une scission effective pour le 1 er janvier : « J’ai donc demandé à la SWL d’analyser les conséquences financières et administratives en termes de tutelle d’un report de quelques semaines, c’est du moins ce que j’espère. » Il reconnaît qu’un accord de coopération semble être impossible à signer d’ici fin 2019. Une scission la plus rapide possible de Nosbau comprenant les garanties juridiques et financières requises est donc la piste privilégiée par le gouvernement wallon. En ce qui concerne la tutelle, la SWL remplira cette mission à titre transitoire pour le début 2020 sur le territoire de langue allemande pour le compte de la Communauté germanophone, jusqu’à une date à déterminer.

    J.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 13 novembre 2019