Plombières

  • Piste cyclable en projet sur la route du cimetière américain

    Le visage de la N608, entre Aubel et Henri- Chapelle, pourrait fortement changer d’ici quelque temps. D’abord parce qu’on y songe à des aménage- ments cyclables, un projet porté par les communes d’Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ensuite parce que la société coopérative Vin du Pays de Herve envisage de bâtir son chai en bordure de cette route de crête.
    Y aura-t-il une piste cyclable d’ici quelques mois entre le carrefour de Merckhof, à Aubel, et le cime- tière américain d’Henri-Chapelle et même au-delà ? L’idée a été en tout cas soumise dans le cadre d’un appel à projets lancé par Liège Europe Métropole. Et elle est soutenue par trois communes traversées par la N608, dans ce secteur : Aubel, Welkenraedt et Plombières (entité sur le territoire de laquelle s’étend d’ailleurs le cimetière américain, qui est en fait situé dans l’ancienne commune de Hombourg). Mais bon, il y a encore du chemin avant d’y arriver, tempère Benoît Dorthu, le premier échevin d’Aubel. Il faut notamment un cahier de charges et définir les zones où rouler à vélo.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 9 octobre 2019

  • Francis Hubin revient dans la région avec le Beau vélo du RaVEL

    98923CD6-8B40-4EC0-A0C6-F55E54A047EA.jpegLa saison 2019 du Beau vélo de RaVEL, l’émission de la RTBF, s’esquisse. Et Plombières organisera une nouvelle étape sur son territoire. Ce sera le 3 août, explique Francis Hubin, l’Aubelois qui fait partie de l’équipe du RaVEL èrtébéen.

    Un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 17 novembre 2018.

  • 12 vols pour 1.000 logements à Aubel en 2017

    Capture d’écran 2018-10-19 à 09.11.15.pngLes vols dans les habitations font partie des priorités de nos différentes zones de police.

    Au Pays de Herve on est partagé. Aubel connaît un haut taux de cambriolages pour la région (11,905 vols pour 1.000 log.) tandis qu’on retrouve Plombières de l’autre côté du tableau, comme étant la commune sur laquelle on a constaté le moins de cambriolages par rapport au nombre de maisons (4,576 vols pour 1.000 log.). Là non plus, pas d’explication précise si ce n’est que la commune n’est pas tout à fait épargnée pour autant. Plusieurs cultures de cannabis y ont déjà été découvertes. Les trafiquants profitent de la proximité de la commune avec plusieurs frontières. Comme quoi, on ne peut pas tout avoir. 

    D'un article de VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE VERVIERS du 19 octobre 2018.

    Aubel Capture d’écran 2018-10-19 à 12.46.48.png

  • Au Collège à Herve il faudra ouvrir une classe supplémentaire pour les premières années

    PLUS DE 500 ÉLÈVES EN PREMIÈRE AU CPH

    Du côté du Collège de la Providence de Herve, on est en tension démographique ce qui permet à l’établissement, qui n’accueille que des élèves du premier cycle, de pouvoir ouvrir une classe supplémentaire l’an prochain, soit 21 en première. « On revient à la même situation qu’il y a deux ans. On avait eu un peu moins d’élèves en première l’an dernier, mais on en a à nouveau beaucoup cette année. Il y aura plus de 500 élèves en première », informe Bernard Servais, l’un des deux directeurs du CPH.

    Un nombre d’élèves impressionnant, c’est d’ailleurs la première fois que l’établissement hervien en aura autant. « On tourne chaque année autour de 1.000 sur les deux cycles et on veut d’ailleurs se maintenir autour de ce chiffre. L’objectif n’est pas de grandir », conclut Bernard Servais.

    Il reste des places presque partout

    Qu’en est-il des autres établissements de la région ? Il reste de la place dans les deux écoles welkenraedtoises (Athénée royal et Institut Saint-Joseph), au Collège Notre-Dame à Gemmenich, au Collège Saint-Hadelin Visé (mais il y une liste d'attente à l'Athénée Royal de Visé), à l’Athénée de Pepinster ainsi qu’à l’institut provincial d’enseignement agronomique de La Reid. Il reste par contre moins de 10 places à l’école d’hôtellerie de Spa.

    Sur base d'un article de LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 avril 2018.

  • Les maïeurs francophones font bloc pour Nosbau

    Les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau, se positionnent pour son avenir. Ils déplorent en effet les nouveaux propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Les cinq maïeurs insistent sur la nécessité de ne pas sacrifier Nosbau.

    La sortie du ministre germanophone Antonio Antoniadis, ce 20 mars, n’est pas du goût des bourgmestres de Thimister, Baelen, Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ces communes, associées à la société de logements sociaux Nosbau, déplorent les propos du ministre confirmant la future scission de Nosbau et la fusion des deux sociétés implantées en Communauté germanophone. La matière du Logement est passée du fédéral vers la Région suite aux différentes réformes de l’État, et la Communauté germanophone a revendiqué cette compétence.

    Un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mars 2018.