Pays de Herve

  • Travaux sur la N 648

    A partir de ce lundi 6 mai, le Service Public de Wallonie procédera à la réfection du revêtement de la N648 (Route de Battice/Route d'Aubel) entre les ronds-points des vaches (Battice) et de La Minerie.
     
    Si la météo est clémente, le chantier et ses déviations ne devraient pas durer plus d'une semaine.

  • L’abbé Benoît Sadzot sera remplacé par l’abbé Gilbert Kabongo Kabamba

    Troisième changement de doyen en quelques mois dans l’arrondissement : après Vital Nlandu devenu doyen de l’Ardenne, à Malmedy, en octobre, et Stanis Kanda, à Verviers et pour le sillon de la Vesdre, voici que Fabrice de Saint-Moulin se prépare à être le doyen en charge du reste des paroisses de l’arrondissement de Verviers, soit celles du Pays de Herve. IL remplacera ainsi Guy Balaes, le curé de Welkenraedt, tout en officiant à Herve.

    Un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 mai 2019.

  • Polémique autour de l’antenne de police

    Le financement de la nouvelle antenne de police, située juste à côté de la maison communale de Plombières, est au centre d’une polémique. Ce qui pose problème, ce sont les surcoûts relatifs à la construction du bâtiment, soit environ 500.000 euros, que les 8 communes de la zone de police du Pays de Herve ne sont pas ravies de devoir prendre en charge.

    Des coûts supplémentaires qui flirtent avec les 500.000 euros, que les huit communes qui composent la zone – Baelen, Limbourg, Herve, Welkenraedt, Plombières, Thimister-Clermont, Olne et Aubel – ne sont évidemment pas ravies de devoir assumer.

    Cette problématique s’est d’ailleurs invitée, jeudi soir, au conseil communal de Plombières alors que des discussions tendues étaient en cours au sujet de la fermeture et de la restauration de la salle de l’association des marcheurs des trois frontières, au centre du village. C’est dans ce contexte que, mise sous pression, Marie Stassen, la bourgmestre, a évoqué les surcoûts liés à la construction du bâtiment.

  • Les pierres de séparation sont sur la ligne 38 à titre temporaire

    Capture d’écran 2019-04-16 à 08.11.44.pngEn fin de semaine dernière, d’énormes pierres ont été placées sur la ligne 38, un peu après le fort de Battice en direction de Thimister. On vient d’y aménager le chemin, en créant deux bandes de circulation : l’une en asphalte, l’autre en cendrée. C’est le résultat d’un compromis entre les différents utilisateurs de la voie lente. Mais ces pierres, posées sur la bande en cendrée, réduisent de façon importante sa largeur et pourraient représenter un danger pour les utilisateurs. Cet aménagement fait donc polémique. Pourquoi ces pierres ? « Parce qu’il y a des riverains agriculteurs qui accédaient parfois à partir du fort à leurs parcelles agricoles voisines, explique François Leruth, du Service Public de Wallonie (SPW) qui gère les Ravel. L’objectif est de protéger la piste en asphalte, pour que ces machines agricoles ne l’empruntent pas et ne la défoncent pas. »

    Les occupants de deux habitations voisines de la ligne 38 avaient aussi pris l’habitude de l’emprunter pour arriver chez eux. L’un d’eux a déjà rétabli son accès privé par la route du fort, l’autre devrait le faire prochainement. En attendant, ces pierres ont aussi été placées pour protéger les utilisateurs doux. Elles seront vraisemblablement posées jusqu’au fort de Battice.

    « Mais c’est bien une situation provisoire. Au départ on avait pensé à une haie ou une clôture, mais le coût était tellement important qu’on a opté pour ces pierres qui viennent de la carrière de la Région wallonne », poursuit François Leruth. On enlèvera donc ces pierres dès que les problèmes d’accès auront été réglés.

    Apparemment, cette solution de pierres séparant deux bandes de circulation sur un Ravel a déjà été utilisée, de manière provisoire aussi, du côté de Vielsalm. -

    B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 avril 2019.

  • D’énormes pierres font polémique sur la ligne 38

    Mais pourquoi a-t-on mis de grosses pierres au milieu de la ligne 38 entre Battice et Thimister, à la jonction entre la bande asphaltée et celle en cendrée ? C’est la question que se posent depuis la fin de la semaine dernière bon nombre d’amateurs de cette ancienne ligne de chemin de fer reconvertie en Ravel. Car si l’asphaltage de la moitié du chemin était bien prévu, il semblerait que le placement de cette séparation, qui pourrait être très dangereuse en cas de chute, ne l’était pas…Capture d’écran 2019-04-15 à 09.05.14.png

    Le printemps est là, les arbres sont en fleurs au pays de Herve ; de quoi donner l’envie de faire une balade sur la ligne 38, l’ancienne ligne de chemin de fer reconvertie en Ravel qui relie Melen à Hombourg. Une ligne qui fait justement depuis plusieurs mois l’objet d’aménagements, consistant en la pose d’une bande de tarmac, pour permettre son utilisation par tout le monde et par tous les temps.

    Dans ce cadre, la firme chargée des travaux par le SPW a posé cette bande de tarmac entre Battice et Pierreux (Thimister) avant l’hiver. Elle vient de reprendre le chantier, qui doit la mener cette année jusqu’au tennis à Aubel. Restera, en 2020, la quatrième et dernière phase, d’Aubel à Hombourg. Mais un aménagement fait polémique, notamment sur les réseaux sociaux, dans le cadre de ce chantier. En fin de semaine dernière, d’énormes pierres ont été placées sur le chemin, à la jonction entre l’asphalte et la cendrée. Et plus précisément sur le bord de la partie cendrée, ce qui réduit sa largeur de façon importante.

    D'un article de BRUNO BECKERS à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 avril 2019.