Manifestation

  • Les zonings d’Aubel et Chaineux bloqués

    La grève nationale a été particulièrement suivie en région verviétoise. Trois grands zonings ont été bloqués : Petit-Rechain, Aubel et Capture d’écran 2019-02-14 à 08.18.34.pngEupen. Toutes les entreprises présentes à l’intérieur de ces zonings étaient à l’arrêt complet. Du côté du zoning des Plenesses, un petit piquet de grève a été organisé durant une heure à la sortie d’autoroute, en guise d’action symbolique. Des piquets ont été installés devant certaines usines comme Delacre à Lambermont. Pour Alain Bodson, permanent interprofessionnel CSC, cette grève nationale est une véritable réussite.

    D'un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 14 février 2019.

  • Aubel et Chaineux bloqués, pas les Plenesses

    La situation se précise quant à la grève, en région liégeoise. Une série de grosses entreprises afficheront porte close. Mais aux Plenesses, il est loin d’être sûr que tout sera bloqué. Pour l’enseignement, le supérieur pédagogique serait davantage impacté. Restera à se rendre à l’école en bus…, ce qui ne devrait pas être évident. Voici ce vers quoi on se dirige.

    Dans les entreprises d’une certaine dimension, nombre de fermetures sont à prévoir. Les syndicats comptent placer des piquets aux entrées et issues des zonings de Petit-Rechain – Chaineux, Eupen, Aubel (notamment pour Dufrais, Detry et Lovenfosse) et Eupen, dès 5h. Au gros zoning des

    Plenesses, c’est moins sûr, pour l’ensemble du site. Tout dépendra du nombre de délégués mobilisés et mobilisables ailleurs que dans l’implantation où ils travaillent. Ici, on semble se diriger vers des piquets volants. En dehors des zonings, certaines grosses entreprises devraient être inaccessibles, comme Spa-Monopole, la Laiterie de Walhorn ou la biscuiterie Delacre à Lambermont. À Welkenraedt, Emerson et Hexcel devraient être fermés, comme la Câblerie d’Eupen, dans la ville basse, Hydro (à Raeren), NMC (à Eynatten) ou Heimbach (à La Calamine).

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 février 2019.

  • Action de protestation à l’abattoir

    « Fermons les abattoirs » : c’est la revendication de l’ASBL « S.E.A. », pour Suppression des Expériences sur l’Animal. Et c’est dans ce cadre qu’elle organise une action de protestation durant la nuit du mardi 26 au mercredi 27 septembre à Au-bel, intitulée « Nuits debout devant les abattoirs ».

    « S.E.A veillera les animaux devant l’abattoir d’Aubel afin de rappeler l’exploitation dont ils sont les victimes innocentes », explique l’ASBL dans un commu-niqué. Parce que « partout des faits de maltraitance envers les animaux sont dénoncés. Les abattoirs sont des lieux de souffrance, même si tout est fait pour nous éloigner de cette réalité ; pour que nous oubliions la terreur, les hurlements, le sang, lors de la mise à mort des animaux. » Dès 17 heures, les membres et sympathisants de la cause se tiendront aux portes de l’abattoir, sur la voie publique rue de Merckhof, pour une veillée silencieuse et statique.

    « Des bougies seront allumées devant l’enceinte de l’abattoir afin de rendre un hommage aux animaux qui sont mis à mort en ce lieu. Par respect pour les ani-maux, il est demandé aux participants de ne pas crier (même à l’arrivée des bétaillères ou des ouvriers de l’abattoir), de ne pas manger, de ne pas fumer, de ne pas prendre de mégaphone. » Cette action aura lieu du mardi 26 à 17 heures jusqu’au mercredi 27 à 5 heures du matin.