Logement

  • Nouveau président pour Nosbau

    Capture d’écran 2019-06-07 à 08.12.18.pngChez Nosbau, la société de logements sociaux active sur l’arrondissement (pour les communes de Welkenraedt, Baelen, Plombières, Aubel et Thimister-Clermont), la présidence sera désormais assurée par le maïeur de Thimister, Lambert Demonceau (MR). La vice-présidence sera attribuée à un social-chrétien germanophone, dont le nom n’est pas encore connu.

  • Aubel concerné par un vote au parlement d'Eupen

    C’est à une très large majorité, 21 voix pour et deux contre, que les parlementaires germanophones ont approuvé les projets de décrets qui institutionnalisent le transfert de l’aménagement du territoire, du Logement et de l’Énergie.

    En matière de logements sociaux, la Communauté germanophone devrait mettre un terme à l’actuel système à points qui régit l'attribution des logements sociaux.
    Le transfert de la compétence du logement impactera ainsi l’agence immobilière sociale Tri-Landum ou encore la société de logements publics Nosbau qui concernent des communes germanophones et francophones.
    Les communes francophones d’Aubel, Baelen, Plombières, Thimister-Clermont et Welkenraedt ont, dans ce cadre annoncé qu’elles rejoindraient le Foyer Malmédien.

    D'une information BELGA à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 2 mai 2019.

  • Nosbau: les francophones choisissent le Foyer malmédien

    Les cinq communes francophones affiliées à la société de logements sociaux Nosbau, à savoir Welkenraedt, Plombières, Thimister-Clermont, Aubel et Baelen, espèrent devenir autonomes dès juin prochain à l’occasion du renouvellement des instances. Elles souhaitent ainsi préparer au mieux l’éventuelle fusion avec le Foyer malmédien, option choisie par les cinq communes francophones, a fait savoir lundi à l’agence Belga, Jean-Luc Nix, bourgmestre de Welkenraedt.

    Nosbau, dont la particularité réside dans l’affiliation de communes francophones et germanophones (Lontzen, Raeren, La Calamine, Eupen), est touchée par la sixième réforme de l’État qui octroie à la Communauté germanophone une pleine autonomie en matière de logement.

    Créée en 2003 et forte de 1.750 logements, elle va donc être scindée en deux, les communes germanophones se ralliant à la structure existante de Saint-Vith. Pour les communes francophones, la donne était claire: choisir entre Logivesdre, la Régionale visétoise et Le Foyer malmedien.

    C’est cette dernière structure qui a été choisie « car la typologie des communes correspond. De plus, nous aurions été absorbés par les deux autres structures. Ici, avec nos 600 logements, on rejoint une structure de 400 habitations. Cependant, cette solution doit encore faire l’objet d’analyses surtout financières », admet Jean-Luc Nix.

    Selon une analyse, les cinq communes francophones affiliées à Nosbau pourraient réaliser une structure indépendante, mais cette solution n’est pas préconisée par la ministre wallonne du Logement, Valérie De Bue.

    « Avant de parler fusion, il faudra que le décret soit voté. Néanmoins, nous souhaitons être autonome dès juin en récupérant le numéro de Nosbau pour préparer ce mariage sereinement », ajoute M. Nix.

  • Aubel dans le Top 10

    Obligatoires depuis 2010, le nombre de certificats résidentiels augmente chaque année. En 9 ans, la Région wallonne en a enregistré 497.236. « Les deux dernières années ont à elles seules fait augmenter la base de données de près de 30 % (+ 106.911 certificats) », annonce Valérie De Bue. « Nous sommes encore loin d’un certificat par logement puisque le parc wallon en compte 1.615.774. Les logements ne sont en effet certifiés que lors de la mise en vente ou en location. Nous avançons donc mais ces premières données nous permettent d’établir des ordres de grandeur tout à fait crédibles pour la Wallonie. » Entre 2016 et 2018, c’est le label C qui a le plus progressé (+31,4 %), suivi par les labels D (+30,7 %) et E (+29,7 %).

    Capture d’écran 2019-03-20 à 08.05.11.png

    Capture d’écran 2019-03-20 à 08.05.30.png

    Aubel affiche donc 3,6 % de ses logements en A, A+ et A++, mais aussi 30% de ses logements en label G.

    D'un article de DIDIER SWYSEN (AVEC B.J.) dans LA MEUSE VERVIERS du 20 mars 2019 et sur sur www.sudinfo.be .

  • Le 1er gîte 5 épis wallon est à vendre

    Une des demeures les plus cossues d’Aubel, le Boukai Moulin, est en vente. Prix demandé : 2,995 millions d’euros. Ceci pour un domaine de 12 hectares (l’équivalent de quelque 18 terrains de foot) dans une vallée privée sillonnée par la Berwinne, à deux pas d’Aubel et du pré-RaVEL de la ligne 38. Au Boukai Moulin, deux demeures se partagent les 1.500 m 2 habitables, proposant pas moins de 14 chambres à coucher et 13 salles de bain.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 18 mars 2019.