Aubel - Page 4

  • Arrêté du gouverneur de la province de Liège

    Rassurant, car la gestion de la crise chez les voisins Hollandais fait peur...

    L'arrêté de police complet est à lire sur le site internet http://gouverneur.provincedeliege.be/fr/evenement/80?nid=7707&from=actu

  • Annulation des marchés

    En raison des derniers événements, le Collège communal a décidé d'annuler les marchés du mardi et du dimanche jusqu'à nouvel ordre.
    Prenez soin de vous, restez chez vous.

  • Trois gros projets RAVeL se profilent

    Objectif : terminer à l’été 2021

    Le ministre Ecolo Philippe Henry veut booster la mobilité douce. Et cela devrait se traduire par la concrétisation de trois projets dans les mois qui viennent, explique François Leruth, coordinateur du RAVeL au SPW. Des dossiers étudiés par les ingénieurs de la Direction des routes de Verviers du Service Public de Wallonie.

    Capture d’écran 2020-03-20 à 08.50.31.pngPremier volet : la prolongation du réseau de la Ligne 38 en direction des Trois Bornes.

    La volonté est de poursuivre l’aménagement du RAVeL, avec asphaltage sur une bande et maintien d’une piste souple sur une autre partie, entre Aubel, Hombourg et Plombières. Ici, les travaux devraient débuter cette année encore, probablement après l’été.

    Dans la foulée, au plus tard au printemps 2021, il est prévu d’enchaîner avec la ligne 39, de Plombières à Gemmenich et enfin aux Trois bornes, dans le cadre d’un projet où sont aussi associés la commune de Plombières et les fonds Interreg européens.

    Pour les vacances d’été 2021, on devrait ainsi pouvoir gaiement pédaler sur un RAVeL complet entre Liège et Aix, grâce à une douzaine de kilomètres supplémentaires rendus facilement accessibles. Ces travaux seraient mis à profit par la Province de Liège pour étendre son réseau points nœuds.

    D'un article d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 20 mars 2020.

  • Le chantier a repris au centre culturel

    Rare chantier aura été autant maudit que celui du centre culturel d’Aubel. Après des problèmes de terres qui ont engendré des frais supplémentaires ainsi que des retards afin de stabiliser le sol. Après des intempéries début du mois qui ont engendré un effondrement des terres. Le chantier a repris ce lundi. Mais pour combien de temps ? Le coronavirus passe par là et pourrait à nouveau interrompre le travail des ouvriers.

    « Les grandes sociétés du bâtiment interrompent petit à petit leurs activités », désespère Francis Geron, l’échevin des Travaux. « Les plus petites arrêtent elles aussi. J’ai bien peur que ça se propage à celles qui sont en train de travailler chez nous. On va sans doute devoir arrêter le chantier d’ici très peu de temps. » Le chantier devait en principe durer deux ans et ainsi se terminer à l’horizon 2022, mais il se pourrait donc qu’il ait encore du retard. Il s’agit là d’une entreprise qui devait à l’origine coûter 3,9 millions d’euros. Suite aux retards et à l’installation de pieux pour stabiliser le terrain il grimpait de 130.000 € pour dépasser ainsi le palier de quatre millions.

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 19 mars 2020

  • La stratégie néerlandaise dangereuse pour nous ?

    L'avis du bourgmestre d'Aubel

    Du côté d’Aubel, les relations frontalières ne sont pas la première des priorités. « Ça m’interpelle vraiment en tant qu’homme mais en tant que bourgmestre, je dois d’abord gérer tout ce qu’il se passe au sein de ma commune. Par exemple, nous sommes en train d’équiper tout le personnel communal pour qu’il puisse travailler à distance. Une fois que tout sera réglé au sein d’Aubel, on s’occupera de nos voisins mais une chose est sûre, ce n’est pas du tout une bonne mesure que de laisser tout comme si de rien n’était », explique Freddy Lejeune, le bourgmestre d’Aubel.

    D'une page de LA MEUSE du 19 mars 2020