Faits divers

  • Un jeune gravement blessé

    Les pompiers de la zone de secours Vesdre, Hoëgne et Plateau sont en intervention, ce samedi vers 19h30, sur la route de Val Dieu, à Aubel, pour un accident de la circulation avec une personne incarcérée. « L’ambulance de Battice et l’hélicoptère de Bra-sur-Lienne sont sur place », indiquait le commandant de la zone de secours, Quentin Grégoire.

    C’est un homme de 25 ans qui a dû être désincarcéré et héliporté dans un état grave. « La voiture ayant terminé sa course dans une prairie, il n’y a pas eu d’entrave à la circulation », rapporte la zone de secours.

    Le conducteur, seul en cause, roulait au volant d’une Mini sur la route de Val Dieu. Après un virage raté, il a atterri en contrebas de la route, dans une prairie, où il a malheureusement heurté un énorme bac d’eau en pierre de taille. 

    V.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 17 juin 2019

  • 200 heures de travail pour la mort de son cousin

    Le 27 décembre 2016, vers 16 h 30, Arthur prend le volant du tracteur de son père, exploitant agricole, pour le conduire à l’entretien. Il a alors 16 ans. Son cousin Antoine, 17 ans, l’accompagne. Sur la route du Mémorial Américain, entre Henri-Chapelle et Aubel, mais sur la commune de Plombières, le tracteur 

    mord sur l’accotement, assez pentu à cet endroit. Le tracteur est déstabilisé, et Arthur donne un coup de volant, sans doute trop brusque. Le lourd engin agricole fait alors un tonneau avant de s’écraser dans le talus d’en face. Si Arthur en sort indemne, son cousin reste coincé sous le tracteur.

    Les secours arriveront à le dégager, mais ses blessures sont trop graves. Le jeune homme est évacué en hélicoptère vers l’hôpital, où il sera maintenu encore 5 jours entre la vie et la mort. Mais en état de mort cérébrale, les machines seront débranchées au bout de ce laps de temps.

    Le jeune Aubelois a dû, deux ans plus tard, répondre de cette erreur de conduite jugée fautive devant le tribunal de police, un procès en l’absence de la famille d’Antoine, encore trop traumatisée, dira son avocat Me Delobel.

    La suite de l'article de LUC BRUNCLAIR est à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 24 avril 2019.

  • Un jeune Aubelois qui était au volant devant le tribunal pour répondre de cette erreur de conduite

    C’est un drame épouvantable qui amène Arthur, un jeune homme de 19 ans, devant le tribunal de police avec la lourde accusation d’homicide involontaire. Et en plus, celle de son cousin âgé à peine de 17 ans, Antoine Dodémont. Il conduisait un tracteur qui a fait une embardée et s’est retourné. Au moment de l’accident, le 27 décembre 2016, il n’avait que 16 ans.

    Sur la route du Mémorial Américain, entre Henri-Chapelle et Aubel, mais sur la commune de Plombières, le tracteur empiète sur l’accotement, assez pentu à cet endroit. Le tracteur est déstabilisé, et Arthur donne un coup de volant, sans doute trop brusque. Le lourd engin agricole fait alors un tonneau avant de s’écraser dans le talus d’en face. Si Arthur en sort indemne, son cousin reste coincé sous le tracteur.

    Le jeune Aubelois qui était au volant doit maintenant répondre de cette erreur de conduite jugée fautive devant le tribunal de police, un procès en l’absence de la famille d’Antoine.

    D'un article de LUC BRUNCLAIR à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 29 mars 2019.

  • Vague de vols dans les vestiaires : la résistance s’organise. À Aubel, les caméras ont déjà été utiles.

    Si les autres clubs de la région n’ont pas été touchés, le problème n’inquiète pas moins pour autant. « On en parlait mardi à l’entraînement », avoue Vincent Heins, le coach de Ster-Francorchamps. Dans des clubs comme Ster, RaerenEynatten ou encore Capture d’écran 2018-11-15 à 07.55.29.pngWeywertz, les vestiaires sont à vue des joueurs qui s’entraînent. À Rechain, le nombre important d’équipes fait que les vestiaires sont toujours occupés.

    Aubel semble également armé à toutes éventualités avec 11 caméras installées lors de la construction du tout nouveau bâtiment. « C’est un fameux investissement mais il est nécessaire », juge Marc Duthoo, le président du club. « D’abord car elles sont assez dissuasives et qu’elles permettent d’être visionnées jusqu’à trois mois après les faits. » Et il avoue qu’elles ont déjà servi. « Un jour, quelqu’un a volé les chaussures et le téléphone d’un joueur. Grâce aux caméras, nous avons pu retrouver le coupable, contacter le club du joueur en question et il a tout ramené la semaine suivante. Je suis connecté en permanence à ces caméras. » Néanmoins, il avoue qu’il n’est quand même pas totalement à l’abri même si la situation géographique du club (en plein milieu du village) peut être un frein aux voleurs. « Avec ces nouveaux bâtiments, on a tout mis en œuvre pour que cela ne nous arrive pas. De plus, l’entraînement ne commence pas avant que le coach ne ferme la porte du vestiaire à clé. » Bien sûr, tous les clubs ne sont pas munis de caméras. Dans ce cas, il vaut mieux appliquer les conseils de la police. Il existe toujours des solutions pour que cela n’arrive pas dans votre club.

    D'une page d'ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du 15 novembre 2018.

  • Un conducteur emboutit la voiture devant lui

    Ce lundi, sur le coup de 17 heures, un accident s’est produit à l’entrée d’Aubel, en venant de Froithier. Deux véhicules sont entrés en collision; le second n’a probablement pas vu que le premier freinait. L’arrière de la première voiture est défoncé. Les secours sont intervenus sur place et la route a dû être fermée à la circulation. Selon les pompiers qui sont intervenus pour un balisage, il n’y a pas de blessé grave. 

    "La Meuse Verviers" du 13 novembre 2018.