Environnement

  • Inquiétant : les rats pullulent

    Depuis quelques années, la population de rats d’égout tend à croître, dans nombre de communes de l’arrondissement. Certes, on n’en est pas à une prolifération de même ampleur que dans certains quartiers de grandes villes ou dans des régions où l’on compte de grosses porcheries, surtout en Flandre. N’empêche, l’évolution a de quoi faire réfléchir en région verviétoise.

    Les rats apprécient certains aménagements de la vie moderne. Selon le Hervien Philippe Wegnez, un indépendant spécialiste de leur traque, « on les trouve souvent dans les talus. Ils font aussi des galeries sous les maisons, autour des mares ou dans les tas de compost ». Pourquoi ici ? Parce que l’on y trouve des aliments dont ces rongeurs se nourrissent volontiers (restes de viande et de poisson, mais aussi épluchures de carottes, de pommes de terre…) mais aussi parce que la décomposition dégage de la chaleur, plutôt agréable pour l’animal à la mauvaise saison, observe Philippe Wegnez.

    D'une page d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 11 mai 2019.

  • 11 véhicules écolos subsidiés

    La ministre wallonne des Pouvoirs publics Valérie De Bue fait un joli cadeau à certaines communes de la région. Elle leur attribue de nombreux subsides afin qu’elles soient plus vertes. Une partie de l’achat de véhicules fonctionnant à l’électricité et au gaz sera financé par la région. Chez nous six communes de l’arrondissement profiteront de cette offre. Il s’agit de Verviers, Stoumont, Aubel, Trois-Ponts, Olne et Herve.

    Capture d’écran 2019-05-09 à 07.56.49.pngDu côté d’Aubel, on s’est tourné vers l’achat d’un camion fourgonnette 100 % électrique afin de réaliser divers travaux de voirie et de venir en aide au CPAS. L’échevin qui avait demandé la subvention Benoit Dorthu se dit ravi de la recevoir. « Sans elle, ça aurait vraiment été très difficile de se payer un nouveau véhicule. L’ancien était vieux de plus de 10 ans, il fallait qu’on le change. » Benoit Dorthu se dit convaincu par les bienfaits de l’électricité par rapport aux énergies fossiles. Lui-même roule en véhicule électrique. « C’est une façon de lutter contre le réchauffement climatique. À Aubel, nous avons une volonté très claire de rendre notre flotte de véhicules plus verte. ». Pour l’échevin des finances même l’autonomie de 100km n’est pas un problème. « Nous avons une petite commune, c’est bien assez. On le chargera le soir. C’est comme un GSM qu’on doit brancher quand on rentre chez soi. » 14.694 € seront attribués à la commune d’Aubel alors qu’elle aurait dû payer 40.000 € sans l’intervention de la ministre. Idem à Olne où le même véhicule a été commandé. À TroisPonts un véhicule électrique inférieur à 3,5 tonnes a été demandé ainsi qu’une borne à destination de la population. Herve se dotera d’un véhicule CNG et d’un véhicule Euro6 diesel. Stoumont aura, elle aussi, un nouveau véhicule électrique. 

    A.R.

  • Un projet de salle inquiète les riverains

    Voilà un projet qui suscite l’inquiétude d’un ensemble de riverains habitant la vallée de la Berwinne. La SPRL Rives 903 a introduit une demande de permis unique afin de transformer un ancien moulin-ferme en gîte, salles de réception et conciergerie situé sur la route de Val-Dieu côté Herve et à quelques encablures de la commune d’Aubel.

    Capture d’écran 2019-04-16 à 08.17.41.pngLa demande a été introduite auprès de la commune de Herve le 18 mars dernier. L’enquête publique s’est ouverte le 25 mars et se clôturera le 24 avril prochain. Et autant dire que ce projet de nouvelle salle ne fait pas du tout l’unanimité auprès d’un ensemble de riverains qui ont décidé de s’y opposer. Ils se sont regroupés car ils souhaitent préserver le respect et la protection de la vallée de la Berwinne. Ils ont reçu le soutien de 200 riverains de Herve et Aubel qui ont signé une lettre d’opposition au projet. Selon eux, le projet de la SPRL Rives 903 comporte de nombreuses nuisances qui mettront à mal leur tranquillité et la vallée de la Bervinne. « Ce projet est situé dans une zone agricole d’intérêt paysager », explique un des riverains contre le projet. « Les prairies concernées sont aussi bordées par la Berwinne et une partie du domaine où s’implanterait ledit projet est située en zone inondable. Ce projet prévoit des bâtiments totalement neufs de grandes capacités et qui dénatureront totalement l’environnement préservé de notre belle vallée. Il est inadéquat avec celle-ci et menace les écosystèmes environnants et une flore très riche. De nombreuses espèces seraient profondément menacées si ce projet venait à se réaliser. »

    UN BRUIT TROP IMPORTANT Les riverains soulignent également un gros problème au niveau de l’amplification du bruit. Le lieu fait office de caisse de résonance et va amplifier le bruit produit à l’intérieur et aux alentours des bâtiments. Les mesures de réduction du bruit prévues dans une étude jointe au dossier sont très sommaires ou inexistantes, selon ces riverains.

    Ce sont les riverains aubelois qui risquent d’être le plus impactés car le bâtiment sera orienté vers cette commune alors qu’il est situé sur celle de Herve… « Les promoteurs veulent créer une salle des fêtes où plus de 440 personnes pourront se réunir », détaille un riverain. Le projet prévoit un parking de seulement 100 places. Autant dire que cela va engendrer un impact sur la sécurité des usagers de la route de Val-Dieu avec un trafic plus important. C’est un problème car la route de Val-Dieu est très dangereuse et dépourvue de marquage routier entre Val-Dieu et Froidthier. Par rapport au bruit, des demandes ont été réalisées pour obtenir une autorisation de nuisances sonores jusqu’à 2 heures du matin en semaine et jusqu’à 4 heures du matin le week-end et ce tous les jours de l’année sans exception ! Il est évident que ces demandes sont démesurées et complètement en inadéquation avec la quiétude des lieux. »

    LES PROMOTEURS PRUDENTS

    Au niveau de la SPRL Rives 903 (gérées par Anne-Françoise et Isabelle Hick), on préfère attendre la fin de l’enquête publique afin de prendre officiellement connaissance des remarques émises.

    C.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 avril 2019

  • Pas une, mais deux salles en bordure d'Aubel

    On peut lire dans le compte-rendu d'Aubel Citoyen du conseil communal du 8 avril 2019 que, selon Marc Stassen, une pétition circule et elle a déjà recueilli 50 signatures représentant 50 ménages et donc environ 150 personnes qui sont opposées à ce projet en raison des nuisances sonores qui en découleraient. Il s'agit d'un projet de salle des fêtes à Herve, en bordure d’Aubel, dans le bas de Messitert.

    Capture d’écran 2019-04-12 à 11.49.56.png

    La S.P.R.L. RIVES 903 (Anne-François et Isabelle HICK, selon l'acte de constitution publié au Moniteur belge) demande un permis unique our la transformation d'un ancien moulin en gîte, salles de réception et conciergerie sur la parcelle située sur territoire de Herve e, à la limite de Messitert, au sud d'Aubel.

    Au nord d'Aubel, il y a un projet déjà plus avancé puisque la SPRL KEMNITZ (Dr. Stephan KEMNITZ à Strouvenbos, Fouron-Saint-Martin) puisque le collège des bourgmestre et échevins des Fourons a déjà délivré le 21 février 2019 un permis d'environnement pour la transformation d'une grange existante en cabinet médical et salle de réunion.

    Capture d’écran 2019-04-12 à 11.51.19.png

  • Les plastiques à usage unique sont bannis

    Capture d’écran 2019-04-10 à 08.05.01.pngLundi soir, au conseil communal, la commune d’Aubel s’est engagée à lutter contre les plastiques à usage unique. Ils seront bannis de l’administration communale. Il pourrait ne plus y avoir de plastiques non-réutilisables sur le territoire de la commune d’ici la fin de l’année.

    La commune d’Aubel a décidé de bannir les plastiques à usage unique de son administration. Il n’y aura donc plus de bouteilles d’eau ni de gobelets en plastique au sein des services communaux. Cette mesure s’étend aux structures dépendant directement de la commune, comme les écoles communales et le CPAS. « Par exemple à la maison de repos, pour tout ce qui est desserts et salades, il y avait souvent des emballages en plastique, précisait Céline Denoël-Hubin, la présidente du CPAS. Tout cela sera supprimé. »

    SENSIBILISER L’HORECA

    La commune s’engage également à sensibiliser le secteur de l’Horeca à de telles actions. Ils devraient supprimer le plus vite possible les pailles, les assiettes, les barquettes et couverts à usage unique.

    L’objectif de la commune est que ces ustensiles ne soient plus utilisés sur le territoire de la commune d’ici la fin de l’année pour le marché de Noël.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 10 avril 2019.