Dans la région

  • Des bouchons « verts » sur les vins du Pays de Herve

    Ce jeudi 4 avril, Vinventions, le leader mondial des solutions complètes de bouchage pour le vin, a annoncé sa collaboration avec la Coopérative à finalité sociale « Vin du Pays de Herve ». Les premières bouteilles de la coopérative attendues pour 2021 bénéficieront de bouchons fabriqués à partir de matières premières durables et renouvelables, dérivées de la canne à sucre, produits par la société Vinventions. Présentes toutes les deux sur la commune de Thimister-Clermont, ces entreprises partagent le même souhait, « celui de s’inscrire dans le tissu local ».

    Lorsque l’entreprise Nomacorc, créée par l’entrepreneur belge Marc Noël, a installé son siège européen à Thimister-Clermont en 2003, aucune vigne n’existait dans la région. Seize ans plus tard, l’entreprise désormais baptisée Vinventions décide de soutenir la Coopérative « Vin du Pays de Herve » dont une partie des vignes a été plantée sur la même commune que son principal site de production, implanté dans le zoning des Plenesses.Capture d’écran 2019-04-05 à 08.11.24.png

    Du côté du Vin du Pays de Herve, Michel Schoonbroodt, administrateur-délégué, est très enthousiaste. « Nous sommes heureux d’annoncer aujourd’hui notre collaboration avec Vinventions, un acteur local et pourtant reconnu internationalement dans le monde du vin. Nous espérons pouvoir également bénéficier de conseils pointus en œnologie et en conservation des vins. »

    DÉVELOPPEMENT DURABLE

    Vinventions fabrique sur son site de Thimister-Clermont la gamme de bouchons Green Line, une nouvelle catégorie de bouchons fabriqués à partir de matières premières durables et renouvelables, dérivées de la canne à sucre. « Inspirée par une forte volonté d’innovation, de développement durable et d’amélioration continue, la gamme Green Line de Nomacorc apporte au bouchage du vin des améliorations en matière de performances, d’esthétisme et de respect environnemental ».

    La Coopérative « Vin du Pays de Herve » investit également dans une stratégie de développement durable et souhaite privilégier l’agriculture biologique ainsi que les fournisseurs locaux.

  • Élandéline, le nouveau traiteur dès avril prochain

    Bonne nouvelle pour tous les Welkenraedtois qui n’ont pas toujours envie de se faire à manger ou de manger du surgelé ! En avril prochain, un nouveau commerce ouvrira ses portes rue Reine Astrid, dans l’ancienne boutique de L’Atelier Saumonier.

    Une nouvelle aventure qui réjouit l’Aubeloise. « Cela fait maintenant deux ans que je suis chef de cuisine-traiteur et que je me déplace sur des événements extérieurs. Avant, j’étais enseignante, mais finalement, j’ai décidé de laisser la passion l’emporter sur la raison et donc, j’ai changé d’orientation professionnelle. J’ai réduit mon horaire à l’école, travaillé en complément dans des restaurants et pour des traiteurs afin de continuer à me former sur le terrain. En parallèle, j’ai préparé le Jury Central et obtenu mon diplôme de restaurateur-traiteur en mars 2016 », explique-t-elle.

    Éline Levaux a décidé de ne pas s’arrêter en si bon chemin et de créer sa propre boutique : « Je réside à Aubel depuis un an et je voulais ouvrir un commerce dans la région tout en gardant ce côté campagnard et surtout, ce côté de proximité avec les clients.

    UN CROWDFUNDING

    Pour réaliser son rêve et surtout équiper son atelier de production, Éline Levaux a lancé un crowfunding en ligne à la mi-février. En quelques jours, elle avait atteint le premier palier de 4.000 €. Ce jeudi 5 mars, elle avait presque atteint les 5.000 € et espérait atteindre son second palier de 5.400. « Si j’arrive à atteindre cette somme, j’essaierai peut-être de franchir un troisième palier, qui est aux alentours des 7.000. » Le crowdfunding se clôturera à la mi-mars. 

    Extraits d'un article d'O.G. dans LA MEUSE VERVIERS du 6 mars 2019.

  • « Je me verrais bien finir ma carrière au Japon »

    De retour depuis mercredi passé en Belgique, Bertrand Baguette repart dès samedi au Japon. À la veille d’entamer sa sixième année au Pays du Soleil Levant, le pilote de ThimisterClermont nous a accordé une longue interview. Il a notamment affirmé qu’il se verrait bien terminer sa carrière au Japon, un pays où il se sent particulièrement bien.

    Il est devenu papa il y a trois mois d’un petit Gabriel.

    « J’espère faire les 24H de Spa ».

    En passant du Nakajima Racing au Keihin Real Racing, Bertrand Baguette passe dans une autre dimension et les ambitions s’en trouvent nettement plus élevées. À tel point que la lutte pour le titre en Super GT est l’objectif avoué.

    D’UN REPORTAGE D’OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 22 janvier 2019.

  • Armand Marchant revient de très loin après sa grave blessure encourue début 2017

    De retour sur les skis après sa terrible blessure au genou gauche encourue le 7 janvier 2017 en Suisse, le Thimistérien Armand Marchant retrouve petit à petit ses sensations. Si aucune date n’est encore fixée pour un retour à la compétition, de plus en plus de feux sont au vert. Prochaine étape sur le chemin du retour : un stage en montagne dès lundi prochain, dans son quartier général en Haute-Savoie.

    Une page de propos recueillis par OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 4 janvier 2019.

  • Armand Marchant sous contrat ADEPS en 2019

    C'est ce jeudi à Bruxelles que les sportifs de haut niveau francophones signaient le renouvellement de leur contrat avec l’ADEPS. Parmi eux, des têtes hyper-connues du paysage médiatique belge et même mondial car si on fait le ratio entre notre minuscule région et le monde, on s’aperçoit que le sport belge et plus particulièrement le sport en Fédération Wallonie-Bruxelles est un phénomène incroyable. On notera que sept sportifs verviétois figurent parmi les 60 qui seront sous contrat en 2019.

    Notons parmi eux le Thimistérien Armand Marchant (ski alpin, temps plein). Ce dernier a conservé la confiance de l’administration durant sa très longue blessure. « Cela motive encore plus », dit-il.

    D'un article de PHILIPPE HALLEUX ET OLIVIER DELFINO à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 21 décembre 2018;