Dans la région

  • Piste cyclable en projet sur la route du cimetière américain

    Le visage de la N608, entre Aubel et Henri- Chapelle, pourrait fortement changer d’ici quelque temps. D’abord parce qu’on y songe à des aménage- ments cyclables, un projet porté par les communes d’Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ensuite parce que la société coopérative Vin du Pays de Herve envisage de bâtir son chai en bordure de cette route de crête.
    Y aura-t-il une piste cyclable d’ici quelques mois entre le carrefour de Merckhof, à Aubel, et le cime- tière américain d’Henri-Chapelle et même au-delà ? L’idée a été en tout cas soumise dans le cadre d’un appel à projets lancé par Liège Europe Métropole. Et elle est soutenue par trois communes traversées par la N608, dans ce secteur : Aubel, Welkenraedt et Plombières (entité sur le territoire de laquelle s’étend d’ailleurs le cimetière américain, qui est en fait situé dans l’ancienne commune de Hombourg). Mais bon, il y a encore du chemin avant d’y arriver, tempère Benoît Dorthu, le premier échevin d’Aubel. Il faut notamment un cahier de charges et définir les zones où rouler à vélo.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 9 octobre 2019

  • Scandale sexuel dans la buvette du club de la Minerie

    Les vidéos ont été diffusées massivement dans le milieu du football, dans toute la province de Liège. Au niveau politique également, les réactions ne se sont pas fait attendre. Jean-Luc Crucke, le ministre wallon des Infrastructures sportives, est furieux.

    Des faits graves se sont produits voici une dizaine de jours dans la buvette du club de football de la Minerie, où une jeune femme s’est adonnée à des actes sexuels avec plusieurs joueurs de l’équipe première (voir nos éditions d’hier).

    Capture d’écran 2019-10-03 à 07.52.59.pngDes vidéos ont été tournées lors de cette soirée de débauche et ensuite été diffusées via les réseaux sociaux. Et ce à une grande échelle, puisque nous avons appris que ces vidéos ont circulé massivement dans le milieu du football liégeois. De Saint-Vith à Cointe, des joueurs d’équipes premières mais aussi d’équipes de jeunes ont reçu et/ ou envoyé ces vidéos sordides. Si selon certains participants la jeune femme était consentante, cette dernière a tout de même porté plainte, en compagnie de sa mère, ce mardi. Selon cette dernière, sa fille n’était « pas dans son état normal ». Mais que la jeune femme soit consentante ou non, des actes d’une telle nature n’auraient jamais dû être commis dans un lieu public,les installations sportives étant d’ailleurs la propriété de la commune.

    « EXTRÊMEMENT FÂCHÉ »

    C’est d’ailleurs cette notion qui a suscité une vive réaction de Jean-Luc Crucke, le ministre wallon en charges des infrastructures sportives.

    « Laissons désormais la justice parler et trancher vu que des plaintes ont, apparemment, été déposées », a indiqué le ministre ce mercredi, avant de poursuivre : « Je peux d’ores et déjà vous dire que je suis extrêmement fâché de ce que j’ai pu lire. Les faits qui se sont déroulés dans cette buvette renforcent encore plus ma conviction sur la nécessité d’une charte éthique signée, contraignante, qui serait obligatoire avant tout subventionnement public. L’espace dédicacé au sport doit devenir un lieu de bienveillance par nature, rien ne peut être toléré. Et c’est la responsabilité de tous : sportifs, responsables des clubs, entraîneurs, gestionnaires des infrastructures… » Outre la question des actes commis dans une buvette sportive, cette affaire pose aussi la question de la diffusion de vidéos choquantes à grande échelle via les réseaux sociaux, ce qui est aussi punissable par la loi.

    Malgré ce scandale qui est au centre de toutes les discussions dans les milieux du football provincial, ce mardi soir l’équipe de Minerois s’est entraînée comme tous les mardis. « Normalement » même selon l’entraîneur. -

    S.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 3 octobre 2019

    Lire la suite

  • Journée découverte vins et fromages

    Vin du Pays de Herve vous propose une balade dégustative au coeur des 8000 pieds de vigne de sa parcelle de Crawhez.
    Venez découvrir des fromages locaux associés à des vins (parfois) locaux. Enfin, les participants termineront la dégustation par l'association d'un vin à un dessert signé Jean-Philippe Dards.
    Vous dégusterez au total 7 vins avec 6 fromages + 1 dessert.

    Capture d’écran 2019-09-30 à 12.02.50.png

  • Remis sur pied après sa terrible blessure au genou, Armand Marchant se veut ambitieux pour les mois à venir

    Revenu depuis quelques jours au sein du cercle familial, Armand Marchant s’apprête à attaquer la saison hivernale avec énormément d’ambitions. Sans toutefois en faire de trop. Son genou étant là pour le lui rappeler.
    Fier d’être de nouveau compétitif sur le circuit, il compte bien mettre à profit les bonnes dispositions entrevues en Océanie. « Cet hiver, je vais essayer de bien performer en slalom, en Super-G et en super-combiné. Cela va me per- mettre de travailler différents points afin d’améliorer ma technique de glisse. Je pense que, combiner les trois épreuves peut être hyper-productif pour la suite de ma carrière, même si j’ai davantage d’atomes crochus avec le slalom, qui est une discipline plus technique », admet celui qui a atteint la 55e place mondiale dans cette épreuve, la meilleure de sa carrière.
    S’il n’en est qu’au début de « sa deuxième carrière » – comme il aime le rappeler –, il n’entend pas relâcher la pression pour autant. « Je n’ai que 21 ans, mais je veux rattraper le temps perdu. Je suis encore jeune, mais j’ai déjà vécu une expérience de vie très délicate. Je souhaite pouvoir m’appuyer dessus pour reconstruire de nouvelles bases. Premièrement, je voulais revenir à mon niveau d’avant blessure, je pense avoir réussi. Maintenant, je veux reprendre goût à des épreuves de la Coupe du monde et surtout pouvoir y marquer des points. »
    RETOUR EN NOVEMBRE
    Pour ce faire, le clan Marchant a concocté un programme aux petits oignons. « Je vais repartir pour un stage en indoor et un autre en Suisse. Puis je recommencerai véritablement la saison fin novembre. Il y aura la manche de Coupe du monde, à Levi, en Finlande (NDLR : 24 novembre). Et, ensuite, la première épreuve de la Coupe d’Europe, à Fünasdalen, en Suède. J’ai hâte d’y être », explique le jeune homme, pour qui les JO d’hiver 2022 en Chine doivent représenter une forme d’aboutissement personnel. « C’est forcément l’un de mes objectifs à terme. Disputer une telle compétition serait un rêve. Mais je ne voudrais pas aller en Chine juste pour recevoir la veste et dire que j’ai participé aux JO. Si j’y vais, c’est pour être à mon meilleur niveau et essayer d’y signer un beau résultat. »

     

    D’une page de Jean-François PATTE dans LA MEUSE VERVIERS du 21 septembre 2019

  • Deux podiums pour Marchant

    Armand Marchant, le skieur de Thimister, poursuit ses compétitions en Nouvelle-Zélande. Et il vient de monter deux fois sur le podium de slaloms courus à Coronet Peak.Capture d’écran 2019-09-03 à 08.02.59.png

    Dans le premier, avec le dossard 43, Armand Marchant a terminé à 36 centièmes du vainqueur, l’Autrichien Fabio Gstrein.

    Dans le second, avec le dossard numéro 1, il a fini à 14 centièmes du Suisse Marc Rochat.

    « De la 174e place mondiale, je remonte dans les 50 meilleurs mondiaux » s’est enthousiasmé Armand Marchant sur les réseaux sociaux.

    Ces deux résultats font suite à la victoire décrochée mardi passé, déjà à Coronet Peak, dans le premier des deux Super-G de la journée organisée dans le cadre de ces Winter Games New Zealand, une compétition du circuit Coupe Australie-Nouvelle-Zélande (ANC). Il avait devancé le Slovaque Adam Zampa de 9 centièmes et le Norvégien Marcus Monsen de 27. Dans le deuxième « run », le Belge avait terminé 5e, à 72 centièmes du Néerlandais Maarten Meiners. Ces résultats lui avaient valu de décrocher le trophée général des deux épreuves et de se voir décerner un dossard jaune «comme au Tour de France!»

    Pour rappel, Armand Marchant a fait son grand retour sur les pistes après plus de deux ans et demi d’absence suite à une terrible blessure au genou survenue après une chute à Adelboden, en janvier 2017. Victime d’une fracture du plateau tibial, mais aussi d’une déchirure des ligaments croisés et du ménisque, il avait dû être opéré pas moins de sept fois depuis lors, tout en poursuivant une rééducation acharnée. Il est donc sur la bonne piste pour un retour au haut niveau.