Commerce

  • Nouvelle société "Les Moulins du Val-Dieu"

    La société "Les Moulins du Val-Dieu" annonce la reprise du Moulin de Hombourg (Moulin Meyers) par une toute nouvelle société baptisée "Les Moulins du Val Dieu". A la tête de cette aventure, quatre passionnés par l’agriculture et l’alimentation qui sont aussi meuniers : Philippe Van Lathem, Benoit Tyberghein, Christian Hick et Benoit Brouwers. Ensemble, ils ont décidé de développer un des derniers moulins artisanal de Wallonie en produisant une farine hautement qualitative, en circuits courts, issue de l'agriculture raisonnée. 

    Un article DE FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2020

  • « C’est un deal win-win avec le magasin »

    Le club phare du projet initié par Francisport, c’est Aubel.

    « Ce club fait de la superbe publicité auprès de ses membres », constate Laetitia Eussen, propriétaire du magasin avec son frère Christophe.

    Et côté aubelois, on est enchanté par le projet.

    « Ils nous ont contactés pour voir si on était d’accord de lancer ce webshop. On doit en être à la troisième saison. Cela permet à nos membres de commander en direct avec des ristournes. Tous les vêtements arrivent floqués avec le logo du club et sont en plus personnalisables (nom dans le dos, numéro, initiales). De base, notre club offre un training. Avec ce web-shop, les membres du club peuvent compléter leur équipement à leur guise avec un short, un polo, etc. aux couleurs du club. On peut ainsi être équipé de la tête aux pieds aux couleurs aubeloises. Cela apporte une uniformité aussi. Et cela représente du chiffre d’affaires pour Francisport ainsi qu’une ristourne pour le club.

    C’est donc un deal win-win avec le magasin, sans que cela nous demande beaucoup d’effort, si ce n’est de faire de la publicité», détaille Marc Duthoo, le président aubelois. « Cela fonctionne très bien. Il faut dire qu’on accorde beaucoup d’importance à la communication et aux réseaux sociaux. On a beaucoup de suiveurs et quand on publie quelque chose, cela booste les ventes. » Concrètement, les membres et supporters aubelois peuvent
    passer par le site web du club et sont directement dirigés vers la plateforme de vente en ligne, où 28 articles sont disponibles. « Et les commandes sont à retirer au magasin. »
    Élargir l’offre du webshop à d’autres articles à l’effigie d’Au-bel (tasses, écharpes, etc.) n’est par contre pas à l’ordre du jour. « On est un trop petit club pour se lancer dans le merchandising», indique Marc Duthoo.

    O.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 18 novembre 2020

  • Plusieurs clubs de la région se sont lancés dans la vente en ligne de produits à leurs couleurs

    Le commerce en ligne est de plus en plus présent dans notre quotidien et la crise sanitaire mondiale a encore accentué la tendance. Nos clubs sportifs régionaux n’y échappent pas et quelques-uns d’entre eux disposent de leur propre boutique en ligne, principalement via des magasins de sport, mais pas uniquement, en atteste l’initiative lancée par le RFCU La Calamine, avec le brassage de sa propre bière.

    Quand on pense boutique en ligne pour les clubs de sport, on imagine immédiatement que cela s’adresse aux clubs professionnels, comme l’AS Eupen. En ce qui concerne le club germanophone, l’onglet fanshop est en cours d’élaboration. « Le contenu sera bientôt disponible », peut-on lire.

    En réalité, à l’heure où le commerce en ligne est en plein boom, pas mal de clubs amateurs se sont lancés dans le mouvement aussi. Il y a par exemple cette initiative que vient de lancer le RFCU La Calamine, avec le brassage de sa propre bière. Mais il y a aussi le projet initié par le magasin welkenraedtois Francisport à destination de ses clubs partenaires. C’est ainsi que Raeren-Eynatten (D3 ACFF), Aubel (P1), Elsaute (P1), Hombourg (P2B), Sart (P2C) et Goé (P3D) pour ce qui est du football, mais aussi le Royal Hockey Club Verviers (hockey sur gazon) disposent de leur propre boutique en ligne avec des articles personnalisés et personnalisables à leurs couleurs.

    D'un article d'OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 18 novembre 2020

  • Très peu de monde sur le marché

    C’est un Freddy Lejeune dépité que l’on retrouve ce mardi matin. De passage sur le marché d’Aubel, le bourgmestre se sentait un peu seul. « S’il y a quinze clients c’est beaucoup », déplore celui qui est également boucher. Freddy Lejeune ne s’attendait pas à avoir une foule immense débouler sur la place, mais tout de même, il aurait souhaité ne pas pouvoir compter les participants un à un sans difficulté.

    « Les gens ont peur à cause du confinement, ce qu’on peut comprendre. On se rend bien compte que c’est effrayant, mais c’est une catastrophe pour les commerçants. » Freddy Lejeune estime tout faire pour les aider, mais il n’est pas très optimiste concernant leur avenir. « Il faudra vraiment avoir les reins solides pour supporter ça six semaines. On parle beaucoup du take away, mais ça va durer combien de temps ? Deux, trois semaines ?

    Après je pense que les gens vont se lasser. On va vraiment vers une période difficile. Il n’y a personne dans le village, c’est vraiment désert. »

    DES CHANGEMENTS DE CONSOMMATION

    Au niveau des habitudes de consommation, le boucher a remarqué quelques changements. « Les personnes âgées viennent très tôt pour être certaines de ne rencontrer personne et puis elles reviennent vite chez elles. Par contre, contrairement au premier confinement où on voyait clairement que les gens stockaient de la nourriture chez eux, ce n’est pas le cas ici. Les clients achètent dans des quantités qui sont tout à fait raisonnables. » Rappelons qu’Aubel est la neuvième commune la plus touchée de Belgique au prorata de son nombre d’habitant sur les 14 derniers jours. -

    A.R.

  • Un portique anticovid et sans gel inédit en région verviétoise

    Des Aubelois désinfectent avec de bonnes bactéries

    Un portique d’un type novateur vient d’être installé au Carrefour market d’Aubel. Ici, plus de gel hydroalcoolique pour éliminer le virus sur les caddies, mais des bactéries vivantes qui sont censées s’attaquer à l’enveloppe du coronavirus pour le neutraliser.

    C’est le premier portique du genre qui est placé dans l’arrondissement de Verviers, explique Thomas Stassen. Les deux premiers l’avaient été dans les Delhaize de Hognoul et de Hannut, dès l’été. L’aubelois a été placé en test pour deux semaines, explique-t-on au Carrefour market.

    L’appareil a été conçu au Grand-Duché de Luxembourg dans une entreprise fondée par Martin Schoonbroodt, un orthodontiste eupenois, Probiotic Group. Ce portique, de la marque Provilan, et qu’a placé l’entreprise RGO Systems, projette de bonnes bactéries vivantes lors du passage d’un caddie, sur toutes ses parties. Les jets sont déclenchés quand un détecteur constate qu’un client va passer. Ils s’attaquent alors à l’enveloppe du virus en se nourrissant de protéines.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 2 novembre 2020