Blog

  • LES SURPRISES DE LA FETE « POP »

    Tout d’abord merci à toute l’équipe des  Jeunes pour la  manière dont  ils ont  pris leurs responsabilités pour  organiser chaque  journée de ce beau rassemblement. Se donner les moyens pour  animer un village, pour  favoriser les rencontres entre aubelois, entre aubelois et  non–aubelois, procurer de la  joie à toute une  population c’est cela être CITOYEN RESPONSABLE, c’est cela BATIR DES PONTS , ne fut-ce que 3 jours, c’est un peu peu mais c’est déjà cela.

    Abordons  la surprise.

    Vendredi soir, lors du passage du cortège, un monsieur  coiffé d’un chapeau, portant des  lunettes foncées, se présente  à moi, enlève son chapeau, me salue et  me dit : «  Je  parie que  vous  ne me  reconnaîtrez pas » ? De fait, dans  l’instant qui suit, cette figure  ne  me  dit rien. Dans  les secondes  suivantes, après avoir bien cerné son visage, je  me dis et je  lui dis :  « Tu as  une tête de Vaessen ». Exact, me dit-il. Il poursuit :  « Quel est mon prénom » ? Le temps de passer la famille en revue, il y a Jean et Benoît, je réponds dans l’immédiat c’est Benoît. Exact, me dit-il.

    Un brin de conversation, car le cortège  avance, me rappelle son âge, la durée de son séjour en Australie, des souvenirs d’école de la rue de  la Station, revenu à Aubel depuis  le  1eraoût. Il n’était  plus revenu à Aubel depuis 9 ans. Il est retourné ce  mercredi 21 août. Mais la meilleure, c’est quand  Benoît me dit qu’il avait des nouvelles d’Aubel par sa famille mais aussi par mes quelques  lignes qui paraissent sur le blog « Aubel-Plombières, Fourons-Visé, de notre opérateur Jean-Louis.

    Tu vois,  Jean-Loui,s que ton initiative qui dure (Bravo ) a une portée très sociale. Donc à poursuivre.

    J’ai eu le plaisir de croiser le regard de Pierrot Gérardy, revenu aussi à ses racines pour vivre la  fête POP. Je croyais qu’il n’y avait  qu’une émission à la RTBF pour les Belges installés à l’étranger mais nous  voyons que notre blog est  bien plus que cela et bien près de chez nous donc d’actualité pour  nos concitoyens lointains.

    On ne sait jamais : bonjour Benoît, bonjour Pierrot, un bonjour des aubelois.

    P. BOUR.