Automobile

  • Charles Weerts 6e de la Course 2 à Brands Hatch

    Le jeune Aubelois Charles Weerts (Audi WRT) a terminé 6 e ce dimanche de la Course 2 du Blancpain GT World Challenge Europe sur le circuit de Brands Hatch, au Royaume-Uni, avec l’Allemand Christopher Mies. La Course 2 a rapidement tourné court pour plusieurs concurrents belges ce dimanche et l’Aubelois Charles Weerts, 18 ans, est celui qui s’en est le mieux tiré dans cette course. Parti 22 e , son équipier allemand Christopher Mies a entamé une impressionnante remontée sur l’Audi de l’équipe belge WRT. Une remontée que Charles Weerts, chargé du dernier relais, a ponctuée en 6e position.

    La course a été remportée par la Mercedes des Allemands Luca Stolz/Maro Engel, devant la Lamborghini des Italiens Marco Mapelli/Andrea Caldarelli et l’Audi de Steijn Schothorst/Nick Foster (P-B/Aus).

    La prochaine manche aura lieu à Misano, en Italie, du 28 au 30 juin.

    Une information BELGA dans LA MEUSE VERVIERS du 6 mai 2019.

  • Programme 2019 chargé pour l’écurie WRT du Verviétois Vincent Vosse

    WRT a présenté son copieux programme jeudi soir dans ses ateliers de Baudour. L’équipe du Verviétois Vincent Vosse et d’Yves Weerts participera au DTM, à la Blancpain GT Series, au WTCR et au TCR Europe et Benelux.

    Pour son dixième anniversaire, l’équipe belge WRT va avoir en effet un calendrier très chargé. Aux habituels programmes en Blancpain GT Series et TCR, WRT va en plus découvrir cette saison le très relevé championnat allemand DTM. Deux Audi RS5 seront engagées pour le Sud-Africain Jonathan Aberdein et un pilote encore à confirmer.

    AVEC L’AUBELOIS CHARLES WEERTS EN BLANCPAIN

    Présente dans le championnat depuis son lancement, WRT va encore être fidèle à la Blancpain GT Series avec un engagement dans la version endurance et dans la version sprint (le World Challenge Europe). Deux pilotes belges y sont présents avec le pilote officiel Audi Dries Vanthoor et le jeune Aubelois Charles Weerts, 18 ans, qui vient de la F4.

    Trois Audi R8 LMS sont engagées en Endurance pour les équipages Vanthoor/Riberas/Perez Companc (Bel/Esp/Arg), Weerts/Breukers/Sanchez (Bel/PB/Mex) et Davies/Petit/McDowall (Aus/Fra/G-B).

    En sprint, quatre voitures seront confiées à Vanthoor/Perez Companc (Bel/Arg), Weerts/Mies (Bel/ All), Tunjo/Breukers (Col/P-B) et Davies/Gamble (Aus/G-B). Enfin, WRT participera aussi au WTCR, la Coupe du Monde des voitures de tourisme, avec des Audi RS3 LMS pour Jean-Karl Vernay (Fra) et Gordon Shedden (G-B). L’équipe sera aussi en TCR Europe et Benelux avec le jeune belge Maxime Potty et Santiago Urrutia (Uru).

  • « Je me verrais bien finir ma carrière au Japon »

    De retour depuis mercredi passé en Belgique, Bertrand Baguette repart dès samedi au Japon. À la veille d’entamer sa sixième année au Pays du Soleil Levant, le pilote de ThimisterClermont nous a accordé une longue interview. Il a notamment affirmé qu’il se verrait bien terminer sa carrière au Japon, un pays où il se sent particulièrement bien.

    Il est devenu papa il y a trois mois d’un petit Gabriel.

    « J’espère faire les 24H de Spa ».

    En passant du Nakajima Racing au Keihin Real Racing, Bertrand Baguette passe dans une autre dimension et les ambitions s’en trouvent nettement plus élevées. À tel point que la lutte pour le titre en Super GT est l’objectif avoué.

    D’UN REPORTAGE D’OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 22 janvier 2019.

  • Delhez sur un nuage, Baguette dans un sauna

    L’homme d’affaires d’Aubel et le pilote professionnel de Spa ont vécu des scénarios très différents lors du double tour d’horloge ardennais. Mais le pilote de la Lamborghini numéro 9 et celui de la seule Honda NSX sont fiers d’être venus à bout de cette édition particulièrement éprouvante.

    Pas de répit pour les héros. Ce lundi matin, Bertrand Baguette reprend l’avion pour son pays d’adoption, le Japon. 

    Pour Bernard Delhez, cette édition s’est déroulée comme dans un rêve :« Il s’agissait de ma première course de la saison et j’ai eu le plaisir de la vivre au sein d’une excellente équipe. Heureusement qu’à 52 ans, je peux compter sur une condition physique forgée par 6 à 8 heures de sports hebdomadaires. Nous n’avons pas rencontré de problèmes et, de mon côté, j’ai signé de bons chronos sans commettre d’erreur. Je suis très satisfait du résultat global qui s’est soldé par une 2e place dans la catégorie réservée aux pilotes amateurs. Notre 30e position au classement général démontre aussi à quel point le niveau de ces 24 Heures est devenu démentiel. C’est d’autant plus gratifiant de les terminer de cette façon. »

    D'un article de DOMINIQUE DRICOT dans LA MEUSE VERVIERS du 30 juillet 2018.

  • « Je vais perdre cinq kilos »

    Peu de Belges au départ des 24 Heures de Spa-Francorchamps, encore moins de régionaux. Parmi les rares ‘privilégiés’ au sein d’un plateau de plus en plus élitiste, Bernard Delhez, un Gentleman Driver, est un homme simple, discret et…. heureux.

    Lire la suite