Aubel

  • Bilan et dons du Val-Dieu Trail 2019 au profit du Télévie

    Suite à sa troisième édition, le Val-Dieu Trail a pu remettre de généreux dons à deux bénéficiaires : leTélévie et le Comité Loisirs de la maison de repos de la Kan à Aubel. Cette dernière a prévu de consacrer ce budget aux aménagements extérieurs à destination de ses résidents. Un chèque de 2000€ à été remis à chacun.

                Cette troisième édition (01/05/2019) a rassemblé 800 participants sur ses deux parcours (Val-Dieu trail de 20km, Jogging du Val-Dieu de 9km), joggeurs et marcheurs confondus. Le parcours enfant (Kiditrail de 2km) a également su trouver son public.

                A noter la quatrième édition de ce trail caritatif et gourmand : vendredi 1er mai 2020, départ du hall omnisports d'Aubel. Les enfants y tiendront une place de choix avec un parcours inédit et des dons au service de leur éducation. Plus d'infos prochainement...

                                       *http://www.val-dieutrail.be/

                                       *Facebook

                Sportivement vôtre,

                L'équipe du VAL-DIEU TRAIL

                0493 36 33 55 (Nicolas Rock)

  • Balade des Echaliers

    Qualité village Saint-Jean-Sart vous invite à venir découvrir les coins insolites autour de notre village et du site du Val-Dieu lors d’une promenade pédestre de 5, 10, 15 ou 20 kms de 07hr à 15hr.

    Sous le chapiteau au centre de Saint-Jean-Sart :
    - Inscriptions (points verts ADEPS), départ & arrivée,documentations...
    - Restauration dès le matin & durant toute la journée (boulets frites dès 11 heures 30).

    Infos :
    Qualité Village SJS
    JM Agnessen : 0474 / 72.82.81

  • Val-Dieu - Observatoire à oiseaux

    Natagora Pays de Herve, soutenue par l’association AVES Liège, a construit un observatoire tout en bois, jouxtant l'étang du Moulin et les terrains avoisinants, soit l'ensemble 7 Ha de la Réserve Naturelle Natagora du Val-Dieu. Cet observatoire est l'œuvre de nombreux bénévoles. Ceux-ci ont réalisé un bâtiment durable qui permet aux amateurs d’observer la flore et la faune de l’étang sans la déranger. Grâce à des panneaux pédagogiques, chacun peut identifier les espèces observées.

     

  • 100 ans de Hick au moulin

    Ce samedi avait une saveur un peu particulière pour Christian Hick. Copropriétaire du Moulin du Val-Dieu avec Philippe Van Laethem et Benoît Tyberghein, ça fait cette année 100 ans que son nom de famille est associé à l’histoire du moulin. « C’est évidemment une vraie fierté », rapporte Christian Hick.

    LA QUATRIÈME GÉNÉRATION

    Tout a commencé en 1919 donc lorsque François, son arrière-grand-père a repris l’exploitation du moulin. Quelques années plus tard, ce sont Eugène, Remi, François et Henri, quatre de ses fils, qui s’associent pour prendre la succession de leur père. Puis ce seront aux tours d’Alphonse, le papa de Christian et Albert, l’oncle de Christian, de mener les rennes. Et c’est en 1985 que Christian entre dans l’entreprise qu’il gère aujourd’hui avec ses deux associés. « Je suis donc la quatrième génération de Hick », clame-t-il fièrement.

    Mais sûrement la dernière aussi puisque son fils a choisi une autre voie que meunier. « Il

    faut dire que la formation s’est compliquée avec le temps. Moi, j’ai appris sur le tas mais on ne peut plus faire comme ça maintenant », confie-t-il. Ce qui complique également la tâche pour trouver des gens qui continueront l’aventure. « Mais on essaye de trouver des jeunes motivés ».

    LA PRODUCTION A QUADRUPLÉ

    Actuellement, ce sont une douzaine de personnes qui travaille au Moulin du ValDieu. L’entreprise concasse du grain pour l’élevage en tout genre. De la volaille de qualité différenciée, des canards gras, des vaches laitières, des viandeuses et même des escargots ! Et l’entreprise se porte plus que bien puisque, par rapport à 25 ans la quantité produite a été multipliée par quatre ! « Ce qui fait notre force, c’est qu’on reste une entreprise familiale et que l’on peut faire du grain à façon. On fait les mélanges que le client désir, ce que les grosses entreprises ne font pas. Vous n’êtes pas juste un numéro chez nous, on appelle nos clients par leur prénom », expose Christian Hick. D’ailleurs, si tout se passe comme prévu, on devrait dans les prochaines années amener de nouveaux silos de stockage. « Mais on est limité par la place », conclut-il. 

    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 16 septembre 2019.

  • Les obus du panzer sont restés enfouis 71 ans

    Le 11 septembre, les Américains avancent vers Aubel et les Trois frontières. Pour Aubel, l’avant-goût de la délivrance coïncide avec le goûter. Mais cela n’ira pas sans mal, ni effusion de sang, souligne Thomas Lambiet dans un volume que se prépare à publier la Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Herve. Les premiers G.I. arrivent par la route de Battice. Ils se méfient et craignent notamment qu’un sniper se cache dans la tour de l’église. Il n’en est rien. Mais des anciens occupants sont à un jet de pierre, du côté de la rue de la Bel et de la côte de Hagelstein. Ils se préparent même à donner du canon. Mais un blindé US posté près de la chapelle Saint-Antoine au Kierberg le réduit au silence. Non loin de là, la ferme Steins, à Hagelstein, est en feu, suite à un tir d’obus.Capture d’écran 2019-09-11 à 09.39.34.png

    Ce mauvais moment passé, entre 18h30 et 19h, les Aubelois peuvent sortir de leurs caves, agiter des mouchoirs, pavoiser… : les Allemands ont retraité au-delà de Merckhof, le poste-frontière qu’ils avaient installé en 1940.

    Ce même jour, Welkenraedt peut aussi fêter joyeusement ses libérateurs.

    Idem à Montzen, village vers lequel se dirigeront des blindés allemands. Dont un Jagdpanzer qui sera détruit sur la place de Montzen. En 2015, lors de travaux, on découvrira neuf obus non explosés sous une plaque de blindage de ce char. La plaque en question est désormais exposée au Remember Museum de Clermont.

    À Moresnet, c’est la panique. Notamment chez les sœurs du Pauvre enfant Jésus, installées au château David, où les religieuses vont prier dans les caves, avec des paroissiens. Ce même jour, les Allemands font exploser plusieurs ponts. Dans ce secteur, les combats seront acharnés.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 septembre 2019.

    Lire la suite