Statistiques - Page 2

  • Seules onze communes de la région ont donné des noms de femmes à certaines de leurs rues

    Quelles sont les communes les plus « féministes » de l’arrondissement de Verviers ? L’ICAR, un service wallon d’étude des noms de rues, a compilé pour nous en exclusivité les noms des rues de nos régions associés à des figures féminines. Si la moitié des communes francophones de l’arrondissement mettent en valeur la gente féminine via des rues ou avenues, d’autres ne possèdent même pas une ruelle rendant hommage à une femme…

    Capture d’écran 2018-08-02 à 09.36.00.png

    Les pires communes en la matière sont Aubel, Plombières, Jalhay, Trois-Ponts, Thimister-Clermont, Olne, Lierneux, Baelen et Stoumont : elles n’en ont aucun selon l’étude d’ICAR. Stavelot, Limbourg et Waimes ne comptent qu’un lieu dédié à une personnalité féminine.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 2 août 2018.

  • Les maisons les plus chères de la province se trouvent à Aubel

    À Aubel, une maison coûte en moyenne 272.525 €.

    Le prix de 75 % des maisons vendues en 2017 a dépassé 207.000 € et le quart ont coûté plus de 350.000 €. Dans cette commune, la moyenne du prix de vente a augmenté de 16,2 % en un an.

    Capture d’écran 2018-03-05 à 07.45.59.png

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 mars 2018.

     

  • Aubel : 18,70 %

    Selon les statistiques de l’Agence Intermutualiste (AIM), la commune belge où on compte proportionnellement le plus de travailleurs indépendants est LaethemSaint-Martin. En Wallonie, c’est Lasne. À Bruxelles, c’est Uccle. Des communes qui ont une particularité : elles sont riches.

    Pour la Wallonie, Lasne vire donc largement en tête avec 28,30 %, devant Burg Reuland (21,90 %) et Aubel (18,70 %).

    D'un article de Pierre Nizet à lire dans LA MEUSE du 26 février 2018

  • Peu de fraudeurs fiscaux repentis à Aubel

    Le député écolo Georges Gilkinet a obtenu des données chiffrées inédites que Sudpresse publie en primeur aujourd'hui !

    Le Namurois a reçu du ministre des Finances une répartition chiffrée de ce qu’a rapporté la DLU de 2015 aux 589 communes belges. Comme d’autres avant elle, cette « déclaration libératoire unique » permettait aux contribuables qui auraient « oublié » de déclarer certains revenus de se mettre en règle en payant l’impôt dû, augmenté d’une pénalité de 20% des revenus concer-nés. Et comme les communes ont le droit de percevoir leurs additionnels communaux sur l’IPP, même en cas de régularisation tardive, cela permet de calculer les montants fraudés à la base, augmentés de leurs pénalités.

    L’opération a rapporté 2,8 millions d’euros aux communes. Et donc permis de faire rentrer 39,7 millions d’euros dans les caisses de l’État, selon les données dévoilées à Georges Gilkinet par Johan Van Overtveldt (N-VA).

    C’est en Wallonie que la fraude fiscale est la mieux répartie sur le territoire, avec une moyenne de montants moins élevée. La ville où on a le plus fraudé est celle de Liège, mais elle n’atteint « que » 620.000 euros récupérés, contre 329.000 euros pour Charleroi, ou 265.000 euros pour Namur et ses 100.000 âmes. Piquant : la deuxième place du podium est tout de même occupée par Chaudfontaine, où les 21.000 habitants, en totalisant 448.000 euros, ont fait à peine « moins bien » que Liège qui en compte dix fois plus. 

    Mais l’histoire retiendra que la ville d’Anvers - où Bart De Wever est si prompt à dénoncer les assistés et les fraudeurs wallons - se hisse à la première place de ce classement des fraudeurs repentis. 

    Deux pages de Christian Carpentier à lire dans LA MEUSE du 22 septembre 2017.

    Lire la suite

  • Evolution des prix des maisons et des terrains à bâtir.

    Selon des chiffres de la Fédération Royale du Notariat belge, publiés par Trends, les prix des maisons ont diminué de 26 % au cours des 5 dernières aux Fourons, alors qu’ils ont augmenté de 7 % à Aubel et de 6 % à Plombières.

    A Plombières, les terrains à bâtir ont augmenté de 132 % au cours de la même période, alors qu’ils sont restés stables à Aubel et aux Fourons.