Ski - Page 2

  • Armand Marchant éliminé après la 1re manche

    Armand Marchant a pris la 50e place de la première manche du slalom de Kitzbühel en Autriche. Le jeune Belge a signé un chrono de 52 secondes et 66/100e et n’a pu se qualifier pour disputer la seconde.

    Après ses années marquées par les blessures et les opérations, le Thimistérien, 22 ans, avait retrouvé le cirque blanc le 24 novembre dernier à Levi, en Finlande. Il avait marqué des points dans les quatre premiers slaloms de la saison, signant une historique 5e place le 5 janvier à Zagreb, le meilleur résultat d’un skieur belge en Coupe du monde dans un slalom.

  • La station de ski suisse a signé avec le sportif thimistérien un contrat de sponsor principal

    Armand Marchant a tapé dans l’œil d’une station suisse. Le skieur de Thimister-Clermont vient de signer un contrat de sponsor principal avec Anzère (Valais). « Nous sommes fiers de compter Armand comme ambassadeur de notre destination auprès de nombreux skieurs belges », expliquent les patrons de Télé Anzère.

    Précisons qu’Anzère accueille 200.000 touristes par an. 

    D'un article de PIERRE NIZET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 janvier 2020.

     

  • Armand Marchant varie les plaisirs

    Le skieur belge va tenter sa chance en combiné ce vendredi sur le Lauberhorn, une piste de légende.
    A Wengen, le skieur de Thimister va délaisser le slalom pour le combiné, ce vendredi.
    A son menu, le légendaire Lauberhorn, la piste de descente la plus longue du circuit.
    Entre deux slaloms en Suisse, celui d’Adelboden, où il a dû abandonner le week-end dernier, et celui de Wengen, programmé dimanche, Armand Marchant va varier les plaisirs ce vendredi. Dans l’Oberland bernois, sur l’une des pistes les plus célèbres du circuit de Coupe du monde, le skieur de Thimister a décidé de tenter sa chance en combiné, épreuve qui mixe descente (10h30) et slalom (14h) et consacre logiquement les skieurs les plus complets. Une variation qu’il réitérera le 28 février à Hinterstoder, en Autriche. « C’est le premier combiné que je vais faire dans le cadre d’une Coupe du monde », dit-il. « Difficile, dès lors, de me projeter et de viser un résultat particulier. Ce sera déjà bien de me faire plaisir sur cette piste mythique. »

    D’un article de PHILIPPE VANDE WEYER à lire dans LA MEUSE du 17 janvier 2020

  • Abandon d’Armand Marchant

    Trois ans après sa grave blessure sur cette piste du Chuenisbärgli, Armand Marchant retrouvait di- manche le slalom d’Adelboden, en Suisse, le 5e des douze slaloms de la saison. Le Thimistérien de 22 ans a abandonné dans la première manche. Après une grosse faute sur le haut, il a poursuivi mais est ensuite sorti de la piste sans chuter. Surprenant 5e du slalom de Zagreb dimanche dernier, puis 23e de celui de Madonna di Campiglio, mercredi soir, Marchant avait inscrit des points lors des quatre slaloms de Coupe du monde cette saison et occupait la 12e place de la Coupe du monde de la spécialité.

  • Marchant rêve déjà des JO de Pékin

    Sam Maes et Armand Marchant

    La dynamique ascensionnelle du ski belge porte évidemment Armand Marchant et Sam Maes vers la prochaine échéance olympique, dans deux ans à Pékin. Un rendez-vous que le Verviétois, surtout, ne veut manquer sous aucun prétexte, après avoir été privé de voyage vers PyeongChang pour cause de blessure, en 2018. « Psychologiquement, il est déjà mobilisé par ce grand rendez-vous, c’est son truc ! », résume la DT de l’ADEPS, Karen Persyn. Aujourd’hui, sur base de nouveaux critères de sélection, un top 30 mondial doit suffire à valider un ticket pour les Jeux, ce qui devrait propulser les deux slalomeurs belges en Chine. «Tous deux ont fait partie du programme Be Gold », rappelle Philippe Préat, high performance manager du COIB.
    « Pour rappel, seuls les jeunes athlètes qui sont potentiellement capables de réussir, à terme, un top 8 olympique peuvent bénéficier de ce programme d’aide. Nous avions maintenu Armand Marchant dans cette formule, même après sa blessure et la cascade d’opérations (7) qu’elle a nécessité... » Derrière ce duo, aucun autre jeune skieur belge ne se profile encore. Chez les filles, seule Kim Vanreusel (22 ans, blessée au genou la saison dernière) peut caresser des espoirs.

    D’une page d’Eric Clovio dans LA MEUSE du 11 janvier 2020