Santé - Page 5

  • Evolution de la COVID-19

    Point COVID-19 hebdomadaire de ce vendredi 22 mai 2020, pour Aubel et ses environs, pour la dernière semaine (les 7 derniers jours):
    • 38 cas recensés à Aubel (+0/semaine)
    • 143 cas à Herve (+2/semaine)
    • 37 cas à Dahlem (+2/semaine)
    • 29 cas à Fourons (+0/semaine)
    • 56 cas à Plombières (+0/semaine)
    • 30 cas à Thimister-Clermont (+2/semaine)
    • 55 cas à Welkenraedt (+2/semaine)
    8 nouveaux cas cette semaine sur l'ensemble des communes répertoriées ici contre 16 la semaine précédente.
      • Graphique 1: progression des cas sur Aubel, depuis le 31 Mars (voir ci-dessus).
    • Graphique 2: progression à Aubel et dans les communes limitrophes.

      courbes.jpg

    • Graphique 3: progression à Aubel et dans les communes limitrophes, en fréquence (cas/1000 hab.). La moyenne dans la Province de Liège est d'environ 6,6 cas pour 1000 habitants.

      courbes_par_1000.jpg

    Rappel: je compile ces graphiques à partir des données publiques disponibles (source: https://epistat.wiv-isp.be/Covid/) afin de permettre à mes concitoyens proches de visualiser les données locales nous concernant, ce qui n'est pas chose aisée sinon. Ensuite, à chacun de se faire une opinion informée. Gardons la tête froide et restons courtois dans les commentaires
    Je vous souhaite un bon week-end, prenez-soin de vous et de vos proches.
    A vendredi prochain!
     
    Pierre Boule

    Lire la suite

  • Le beau temps et le marché sont de retour ce dimanche 24 mai 2020 

    Quelques règles de sécurité et d’hygiène seront mises en place :

    • Plan de circulation du marché : 2 allées et un sens giratoire sera imposé aux visiteurs.
    • La dégustation/consommation sur place est interdite.
    • Limitez au maximum votre temps sur le marché.
    • Nous veillerons à l’hygiène imposée aux commerces ambulants (à savoir le port du masque et la disposition de gel hydroalcoolique).
    • Le port du masque est fortement conseillé aux visiteurs afin de vous protéger et protéger les autres.

  • 68.500 € pour l’aide alimentaire

    Les besoins en matière d’aide alimentaire augmentent considérablement pour les personnes les plus fragilisées mais aussi pour celles qui essuient des pertes de revenus. Il y a quelques semaines, les acteurs de terrain tiraient la sonnette d’alarme par rapport à des situations qui deviennent de plus en plus critiques.

    Pour venir en aide au secteur, le gouvernement wallon a dégagé une enveloppe d’un million d’euros dont 261.000 sont destinés à 47 opérateurs situés en province de Liège.

    En région verviétoise, 68.500 euros ont été répartis entre 12 opérateurs. On y retrouve 11 CPAS (Verviers, Dison, Spa, Baelen, Malmedy, Stavelot, Aubel, Welkenraedt, Stoumont, Limbourg et Pepinster) et aussi le Resto du Coeur de Verviers. Les sommes varient entre 2.500 euros et 11.000 euros selon les opérateurs.

  • 500 plats livrés bénévolement

    Quatre jeunes ont aidé quatre restaurateurs du plateau en pleine crise.

    Entre le 19 mars et le 10 mai, quatre étudiants aubelois ont donné de leur temps pour une belle cause. Ils ont en effet aidé bénévolement quatre restaurateurs locaux à livrer 500 plats aux clients de ceux-ci à travers la région. Un bel élan de solidarité qui aura duré sept semaines et qui a dû se terminer avec le début de la session d’examens.

    D'un article de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mai 2020

  • La COVID et la distanciation physique: deux occasions de parler français convenablement

    Après cette démonstration claire et nette de notre ami jurassien Pierre-André Comte, voici encore une mise au point de l'Académie française: 

    Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. On dit ainsi la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le C.I.O. (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. On distingue ainsi le FBI, Federal Bureau of Investigation, « Bureau fédéral d’enquête », de la CIA, Central Intelligence Agency,« Agence centrale de renseignement », puisque dans un cas on traduit le mot noyau par un nom masculin, bureau, et dans l’autre, par un nom féminin, agence. Corona virus disease – notons que l’on aurait pu préférer au nom anglais disease le nom latin morbus, de même sens et plus universel – signifie « maladie provoquée par le corona virus(“virus en forme de couronne”) ». On devrait donc dire la covid 19, puisque le noyau est un équivalent du nom français féminin maladie. Pourquoi alors l’emploi si fréquent du masculin le covid 19 ? Parce que, avant que cet acronyme ne se répande, on a surtout parlé du corona virus, groupe qui doit son genre, en raison des principes exposés plus haut, au nom masculin virus. Ensuite, par métonymie, on a donné à la maladie le genre de l’agent pathogène qui la provoque. Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien.