Santé - Page 3

  • 10 communes n’ont pas payé pour la garde

    L’AGEF a mis en place un système de garde de nuit pour les médecins depuis quelques Capture d’écran 2020-12-05 à 08.18.24.pngmois

    En février dernier se lançait un tout nouveau concept dans la région verviétoise. Les médecins généralistes avaient créé un système de garde de nuit qui leur permettait d’être plus efficaces durant les soirées. Une participation des communes était demandée. Quelques-unes n’ont toujours pas payé ce qu’elles devaient.

    Les communes en question sont : Aubel, Baelen, Dison, La Calamine, Lontzen, Pepinster, Teuven[?], Stavelot, Trois-Ponts et Vielsalm. Il ne s’agit pas d’une tentative délibérée de saboter cette action oh combien nécessaire nous dit-on dans plusieurs communes mais parfois d’un oubli. Du côté d’Aubel avec qui les responsables de l’AGEF ont dû ferrailler durement pour obtenir un accord, on avance que personne n’a encore réclamé d’argent. « On n’a pas reçu de déclaration de créance ou quelque chose comme ça. Donc si on ne sait pas sur quel compte payer c’est compliqué », détaille le bourgmestre Freddy Lejeune. « On n’a bien entendu rien contre. La somme est prévue au budget et nous allons la payer. »

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 décembre 2020.

  • Réouverture des commerces: les clients au rendez-vous à Aubel

    Les clients étaient au rendez-vous pour la réouverture des commerces ce mardi 1er décembre. A Aubel, beaucoup ont tenu à être présent le jour J pour soutenir leurs commerces locaux et ont préféré patienter plutôt qu’acheter ailleurs.

    "J’aime beaucoup ce magasin. Les vendeuses sont gentilles et c’est maintenant qu’il faut vraiment les relancer pour leur trésorerie. C’est pour ça que je me suis dit: "Allez Lulu, on y va, explique cette cliente. Tout ça c’est du bonheur!"

    Un plaisir. Un sentiment de délivrance partagé par les commerçants, en manque eux aussi. "Le manque de tout. Le manque de rapprochement avec nos clients. Le manque de vie sociale. C’est un tout. Et puis, pour nos magasins, il fallait que l’on rouvre. C’était important au niveau financier. C’est un manque à gagner. Un énorme manque à gagner", signale Maryline Bruhl, gérante d’Espace Mode à Aubel.

    Selon une enquête, les commerces non essentiels ont vu leur chiffres d’affaires diminuer en moyenne de 51% lors de ce deuxième confinement.

  • Schreiber occupée par la vaccination

    Alors que l’on évoque la possibilité d’installer des infrastructures permettant d’organiser la vaccination, l’entreprise Schreiber, de Lontzen, se retrouve à nouveau aux avant-postes. Elle avait déjà été sollicitée pour installer dans un délai record un hôpital de campagne sur le site du CHR Verviers. Une infrastructure dont la mise en place avait suscité l’attention de médias internationaux, espagnols notamment, mais aussi de France 2.

    Rebelote avec la vaccination et le testing, qui se développe. Cette fois, Marc Fabry est contacté pour de plus petites structures permettant d’abriter les personnes qui viennent entre autres pour recevoir une des doses susceptibles de les immuniser contre le coronavirus. On veut prendre les devants afin de faire face à une marée humaine désirant recevoir ces injections. Ce ne serait probablement pas sous ces bâches que l’on piquerait. Mais elles seraient nécessaires pour gérer les distances entre personnes venant pour une injection. Et pour éviter aussi que ceux qui voudraient se prémunir du covid ramassent un gros coup de froid qui pourrait leur causer bien du souci…

    C’est par un petit chapiteau de ce type que la ministre Christie Morreale est passée pour accéder au premier village de testing wallon, à Liège Airpport, qu’elle a inauguré ce lundi après-midi.

    Une structure de quelque 100 m2 sous laquelle on devrait pouvoir assurer une distanciation sociale à une soixantaine de personnes, jauge Marc Fabry.

    Le patron de chez Schreiber souligne qu’actuellement, même si les marchés de Noël ont été interdits, il y a une forte demande pour de telles structures, également très prisées dans la logistique et le transport. De nombreux artisans tels que les bouchers et les boulangers réclament aussi des chapiteaux de taille réduite pour permettre aux clients de patienter jusqu’à ce qu’une place se libère dans leurs magasins, sans devoir affronter la pluie et le vent.

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 1er décembre 2020

  • Le cri d’alerte de nos commerçants

    Ce samedi 28 novembre, les commerces non-essentiels rouvriront en France. Chez nous, nos commerçants fermés espèrent pouvoir rouvrir leurs portes dès ce lundi 30 novembre, mais…

    Espace Mode a perdu 85 à 90 % de son chiffre d’affairesCapture d’écran 2020-11-26 à 12.42.08.png

    Pour la chaîne de vêtements Espace Mode, qui possède deux enseignes à Aubel et Malmedy dans la région, cette nouvelle fermeture a été très compliquée.

    Si on estime logique la fermeture des magasins suite à l’évolution de la crise sanitaire ces dernières semaines, on se dit prêt à rouvrir chez Espace Mode.

    Et on espère que ce sera pour ce lundi 30 novembre au plus tard. « On voit que la situation sanitaire évolue positivement depuis ce mois de novembre », détaille Maxime Meeckers, responsable commercial d’Espace Mode. « Ce n’est pas évident d’avoir fermé tout un mois. Il faut dire que nous travaillons par collection et que nous avons des quantités de stock à vendre car on achète des quantités pour vendre sur une période déterminée. Et la période des fêtes est importante pour nous. Toute semaine perdue à partir de celle-ci aura un impact pour nous. On espère vraiment que la Belgique suivra les pays voisins comme la France, l’Allemagne, le Luxembourg ou les Pays-Bas. Suite à cette nouvelle fermeture lors de ce deuxième confinement, on a perdu 85 à 90 % de notre chiffre d’affaires. Et si on ouvre plus tard que début décembre maximum, le flux clients sera trop important à gérer même si on s’adaptera. »

    Suite au système de click & collect, la chaîne va rouvrir ses magasins trois fois par semaine à partir de ce mercredi. « Ce sera uniquement pour que les clients puissent venir réceptionner les pièces commandées sur notre e-shop », dit Maxime Meeckers. « On veut les accueillir dans de bonnes conditions. »

    D'une page de LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020

  • Les appels pour les seniors reprennent

    Capture d’écran 2020-11-20 à 08.00.04.png« La solitude ça n’existe pas », chantait Gilbert Becaud. Monsieur 100.000 volts ne pouvaient pas savoir que des années après sa mort la solitude pouvait être plus présente que jamais. Logique, les plus faibles en cette période de covid sont les personnes âgées. Il est donc important de ne pas leur rendre visite pour ne pas risquer de les contaminer. Sauf que voilà, avec les moyens actuels, Gilbert Becaud a tout de même raison, on est rarement seul. C’est ce qu’on croit à Aubel, puisque pour la deuxième fois un service qui consiste à téléphoner aux personnes les plus isolées est lancé. Le but est de s’assurer qu’elles ne manquent de rien et qu’elles vont bien.

    « C’était déjà quelque chose que l’on avait fait durant le premier confinement et qui avait bien fonctionné », glisse Céline Hubin, présidente du CPAS et qui est en charge des aînés. « On avait beaucoup de personnes qui étaient contentes d’avoir reçu un coup de fil pour voir comment elles vont. Elles peuvent parler, se raconter, ça me tenait vraiment à cœur de recommencer ici. »

    Lire la suite