Produits d'Aubel

  • Nouvelles distinctions pour la Brasserie de Val-Dieu

    La brasserie a fait le plein de médailles lors de la 3ème édition du LONDON BEER COMPETITION 
    • Val-Dieu Grand-Cru
    • Val-Dieu Triple
    • Val-Dieu Brune
    • Blanche de Liège
    • Val-Dieu Noël
    • Val-Dieu Blonde
    • Val-Dieu Cuvée 800
    Découvrez la liste complète des médaillés : https://londonbeercompetition.com/en/competition-global-results/2020/

  • Martine Meurens se lance dans le sirop à siroter

    Du neuf dans vos boissons estivales : Martine Meurens vient de prendre livraison de la première production Capture d’écran 2020-07-16 à 12.05.54.pngindustrielle de ses nouveaux sirops.

    Cette fois, l’Aubeloise change de cap en proposant un produit différent de la sauce pour boulets liégeois (qui viennent d’entrer au Petit Robert) et du sirop de Liège liquide. Elle se différencie aussi des sirops exotiques au goût d’agave, de coco ou de dattes, qu’elle fait aussi produire. On est parti cette fois pour des sirops plus dilués qu’on peut ajouter à de l’eau, pétillante ou non. Grosso modo sur le modèle de ce qu’on a avec de la grenadine…

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 16 juillet 2020

  • Une sauce liégeoise toute prête !

    L’Aubeloise Martine Meurens présente un tout nouveau produit à base de son sirop de Liège qui devrait être Capture d’écran 2020-05-15 à 08.30.27.pngcommercialisé dès le mois de juin. Le concept est gourmand puisqu’il s’agit d’une sauce liégeoise toute prête dans laquelle il n’y aura plus qu’à ajouter des boulettes.

    « C’est à cause ou grâce à Facebook plutôt que l’idée m’est venue de développer ce produit. Régulièrement, je publie la recette des boulets sauce chasseur ou lapin, selon la région, sur Facebook, et à chaque fois elle est partagée des centaines et des centaines de fois, sans que j’aie à payer un sponsoring. Puis on sait que les boulets sauce chasseur font partie des plats préférés des Belges. Mais pour une bonne sauce, il faut un bon sirop », ajoute en souriant Martine Meurens.

    Si les gens ont peut-être un peu plus de temps pour cuisiner à la maison, vu la période, la recette pour de bons boulets saucés peut être fastidieuse, et puis « réussir sa sauce, c’est encore une autre histoire », souligne l’Aubeloise. Elle a donc collaboré avec un restaurateur de la région pour élaborer une recette à la hauteur de ses attentes. « Il fallait arriver au goût que je souhaitais obtenir. » Le commencement remonte à août-septembre 2019. « J’avais déjà travaillé dessus il y a une dizaine d’années, mais ce n’était jamais sorti. Puis j’ai eu des contacts avec une société de plats préparés. Je me suis dit que je pourrais peut-être travailler avec eux parce qu’ils étaient très ouverts. » C’est ce qu’elle fera avec de premiers tests à l’automne. Des tests prometteurs. « Toutes les personnes qui ont goûté le produit ont été satisfaites », se réjouit Martine Meurens.

    D'un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 mai 2020

  • 5.500 gels de la Cidrerie offerts

    La Cidrerie Stassen a produit du gel qu’elle a offert aux Aubelois.Capture d’écran 2020-05-13 à 08.13.51.png

    Depuis le début de la crise sanitaire, un bel élan de solidarité s’est mis en place à Aubel. Et ça continue. Dans les prochains jours, chaque habitant de plus de 12 ans recevra un flacon de 125 ml de gel hydroalcoolique fabriqué par la Cidrerie Stassen. Du gel déjà distribué à l’hôpital de Verviers, mais aussi à la maison de repos d’Aubel.

    Lutter contre la propagation du Covid-19, c’est devenu l’affaire de tous. Et ça, la Cidrerie Stassen l’a bien compris. En effet, la cidrerie aubeloise – qui fait partie du groupe Heineken – a décidé d’utiliser son excédent d’alcool issu de la désalcoolisation pour produire du gel hydroalcoolique. Ainsi, grâce à la désalcoolisation de deux bouteilles de cidre, elle peut créer un petit flacon de 125 ml de désinfectant. Grâce à ça, 5.500 flacons seront prochainement distribués aux habitants de la commune d’Aubel.

    UN FLACON PAR HABITANT

    « On va distribuer un touteboîte aux habitants pour les informer que des séances de distribution seront organisées sur rendez-vous au hall omnisports » explique Freddy Lejeune, le bourgmestre d’Aubel. Chaque habitant de plus de 12 ans recevra un flacon. « On a assez de flacons pour en garder en cas de besoin pour plus tard, comme par exemple la réouverture du marché », ajoute le bourgmestre.

    Lire la suite

  • Sur 4 hectares, Ben Stassen plante 16.250 pieds de vigne et compte vendre ses crus dès 2024

    Retour à ses racines, pour Ben Stassen ! Le réalisateur aubelois, auteur des films belges les plus vus de par le monde (Royal Corgi, Le voyage extraordinaire de Samy…) avec sa société de films d’animation nWave, s’investit dans le terroir aubelois. Avec son neveu, Charles Piron, celui qui était le fils d’un des patrons de la cidrerie portant son nom, se lance à son tour dans la production de breuvages alcoolisés, en plantant 4 hectares de vigne sur les hauteurs du village, près du Château Magis. Son nom : le vignoble du Bois de Loë. En fait, le domaine s’étendra sur 6,7 hectares, englobant aussi un espace pour le chai et un bois. Un endroit bien exposé, avec une pente de 10 à 15 degrés, où les deux Aubelois d’origine, entourés de quatre pros du secteur viticole, sont en train de planter 16.250 pieds de vigne sur l’équivalent de quelque 6 terrains de foot. Cette plantation est la concrétisation d’un rêve. Tout commence lors d’un repas de famille, voici dix mois, lors duquel Charles Piron, qui travaille dans la presse spécialisée dans le vin et pour une société qui organise de grands concours viticoles, signale à son oncle qu’une parcelle bien exposée et au sous-sol prometteur est à vendre, du côté du Château Magis. L’idée mûrit, comme le bon vin, se décante et bientôt, le duo se lance dans l’aventure, pétillante à souhait. Sur le terrain, cela se traduit ces dernières heures par la plantation des pieds. Ils sont mis en terre par des vignerons français, après que Ben Stassen et Charles Piron les ont pralinés dans du purin. Ensuite, il s’agit d’arroser chaque plant avec deux litres d’eau par pièce. Un sacré travail. Leur cheval de bataille : des cépages traditionnels. Les Aubelois n’ont pas opté pour des variétés hybrides, clonées pour mieux résister aux climats plus froids, comme chez Vin du Pays de Herve ou Vin de Liège. Non, ici, ils ont choisi du sauvignon blanc, du chardonnay destiné à produire des vins tranquilles ou des pétillants, du pinot meunier, du pinot noir et de l’auxerrois, qui donnera un peu de sucre. Une option traditionnelle qu’ont déjà choisie d’autres producteurs belges, comme le fameux Ruffus ou Chant d’Éole, mais aussi Benoît Heggen.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 mai 2020.