Politique - Page 5

  • 60 logements neufs en projet sur le site de la Driesch

    Pour les Aubelois, le projet d’urbanisation de la Driesch est considéré comme le monstre du Loch Ness. Tout le monde en parle, mais personne ne croit véritablement en son existence. Un nouveau projet est cependant à l’étude. Le groupe Horizon souhaite en effet construire une soixantaine de logements sur ce site. « Il y aurait principalement des maisons à quatre façades », précise Yves Decors, développeur immobilier au sein du groupe. « On prévoit aussi quelques groupes de deux et trois maisons collées et deux immeubles de six appartements. Il n’y aurait qu’une quinzaine de logements par hectare. »Capture d’écran 2019-03-14 à 10.18.55.png

    En ce moment, le terrain est totalement vide. Les herbes y poussent librement. Or il a toujours été question d’y bâtir. Déjà en 2004 on se demandait où en était le dossier. En 2007, la commune et la Région wallonne ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur le nombre de logements que l’on pourrait construire. Le ministre Antoine souhaitait à l’époque qu’Aubel cesse sa politique de sélection pour des revenus aisés pour se tourner vers une politique de village pour tous, ce qui n’était pas du goût du bourgmestre de l’époque, Jean-Claude Meurens. Le dossier a ainsi vivoté de mandature en mandature pour ressortir dernièrement. « On a négocié la densité de population à la baisse avec tous les gouvernements successifs pour arriver ici à un compromis qui nous satisfait », assure le bourgmestre actuel, Freddy Lejeune. Ce projet tombe bien car la commune souhaite rajeunir sa population. « Nous voulons conserver nos jeunes. Ils ne savent plus rester car il n’y a plus de terrain disponible sur le territoire de la commune », poursuit le bourgmestre.

    Même si le projet est orienté pour les jeunes, Freddy Lejeune se rend compte que tout le monde ne pourra pas acheter les logements qui sont actuellement prévus. « Il faudra un couple solide, où les deux personnes travaillent. L’aide des parents serait idéale. D’après ce qu’on m’en a dit, ce seraient des logements assez chers à plus de 200.000 €. Mais ça reste moins onéreux que si on devait acheter un terrain et construire dessus. On pense que nos jeunes seront intéressés par une telle opportunité. »

    Le projet va bientôt faire l’objet d’une étude d’incidence sur l’environnement et les habitants seront consultés le 26 mars. Leurs avis sont attendus afin de faire évoluer le projet dans une direction qui conviendrait au plus grand nombre. « On sait que ça ne plaira pas à tous. Avoir une soixantaine de logements, ça signifie un plus grand trafic. Mais bon, on pense que nos concitoyens ne seront pas égoïstes et comprendront tout le positif que ce projet peut apporter sur la commune. De toute façon, même si tout se passe bien, ce n’est pas l’an prochain qu’on va donner les premiers coups de pelle », conclut le bourgmestre. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 mars 2019.

  • Trois échevins honoraires

    Ce lundi, au conseil communal d’Aubel, le bourgmestre Freddy Lejeune a remis trois distinctions honorifiques. Jean-Marie Doome, Béatrice Stassen-Weerts et Édouard Denoël sont devenus échevins honoraires. Des titres qui n’avaient pas été remis depuis 25 ans dans la commune.

    « Une manière de remercier leur implication toutes ces années dans la commune », s’exclamait le bourgmestre. Béatrice Stassen-Weerts, anciennement échevine de l’Enseignement ou des Finances, est la première dame à recevoir ce titre dans la commune. Elle a été conseillère communale de 2001 à 2012.

    LA CHARNIÈRE DE CE NOUVEAU MILLÉNAIRE.

    Édouard Denoël a occupé la fonction d’échevin de 1983 à 1995. En ce qui concerne JeanMarie Doome, ce n’est pas la première fois que la commune marque l’importance de l’ancien échevin des Sports.

    Le stade de football de la commune porte déjà son nom. Normal pour celui qui a été la charnière de ce nouveau millénaire, comme l’a mentionné le bourgmestre. Il a été échevin de 1995 à 2012 et a présidé le club durant 15 ans. -

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 13 mars 2019.

    Beatrice.jpg

  • Ouf ! Pas de plainte à Aubel.

    Ce blog s'étonnait le 13 décembre dernier du fait que les boîtes jaunes étaient devenues bleues à Aubel. Bénédicte Willems-Léger nous avait précisé qu'elles étaient bien jaunes.

    A Courcelles, les boîtes étaient effectivement devenues bleues et, distribuées en septembre 2018, elles pouvaient être confondues avec des gadgets électoraux. Une plainte a été déposée à la commission ad hoc du Parlement wallon et la sanction vient de tomber: mois 40 % de salaire pendant trois mois pour la bourgmestre et les échevins.

    Espérons maintenant que les Aubelois feront bon usage des ces boîtes jaunes.

     

  • Conseil communal placé sous le signe de la Saint-Valentin : tout le monde s’aime (quoique… y’a quand même un moment où y faut aller dormir !)

    Patricia Kindermans pour Aubel Citoyen résume le conseil communal du 11 février 2019.

    Résumé du 2èmevolet de notre feuilleton mensuel consacré à nos conseils communaux.

    Dans cet épisode, vous apprendrez que Marc Stassen a appris par cœur le texte de sa prestation de serment, que, pour Francis Geron, « le canard est toujours vivant », que Freddy Lejeune a frôlé l’extinction de voix, qu’un enfant devant une issue de secours, c’est moins grave qu’une table, que le nouveau centre culturel va vous coûter 4,5 € par mois pendant 20 ans, qu’on ne se taxe pas soi-même, que personne ne veut de nous… et bien d’autres choses encore !

    Conseil Communal du 11 février 2019 vu par AUBEL CITOYEN.pdf

  • Les candidats PS: Grégory HAPPART présenté par l'USC d'Aubel

    Pour les fédérales, à l’échelon provincial, 3 places de candidat effectif et 3 de suppléant sont dévolues à l’arrondissement de Verviers. Le plus haut dans la liste est Grégory Happart, fils de Jean-Marie. Le Fouronnais, 5e effectif, est présenté par l’USC d’Aubel. Or, en 2014, le PS avait décroché 5 élus. Marc Goblet est aussi bien placé : il poussera la liste, à la 15 e place. Mais celui ayant les meilleures chances de monter au fédéral, c’est probablement Malik Ben Achour, le 1 er suppléant. Du coup, si un élu renonçait à son mandat, il aurait de grandes chances de le remplacer. Or, Frédéric Daerden sera tête de liste et Christophe Lacroix, ex-ministre régional, se présente aussi.

    Yves BASTIN annonce aussi, dans LA MEUSE VERVIERS du 15 février 2019, que Sylvia Belly (échevine à Verviers, d'origine aubeloise) sera 5e candidate suppléante pour les régionales.