Politique - Page 4

  • L’opposition lance « Le vilain petit canard » son magazine

    Capture d’écran 2020-01-31 à 08.36.22.pngRaconter un conseil communal n’est pas chose aisée. Les termes sont parfois très techniques et les débats loin d’être passionnants. Patricia Kindermans relate chaque mois (comme ici) ce qu’il se passe à Aubel sur le site de son groupe siégeant dans les rangs de l’opposition : Aubel Citoyen.

    Pour le conseil de ce mois de janvier, le groupe se lance dans un nouveau format. Il publiera dorénavant ses comptes rendus dans un magazine papier. « On veut être le plus transparent possible et montrer qu’on est toujours actif dans la commune », nous indique Joël Jacob, qui se qualifie comme l’animateur du groupe. « Sur les 15 personnes inscrites sur la liste, on est encore 14 à être très actifs. Et on a vraiment la volonté d’expliquer aux Aubelois ce qui se passe vraiment dans le conseil. » Si les événements relatés sont rigoureusement exacts, Patricia

    Kindermans émaille son texte d’analyses personnelles et de réflexions humoristiques. Par exemple, celle qui a été journaliste raconte la minute de silence pour Josse Stas lors du dernier conseil comme suit : « Tout le monde se lève (mais pas de Danette en vue) ». Le conseil a également ce soir-là approuvé l’assemblée générale de Neomansio. « Une décision qui ne casse pas trois pattes à un canard (eh ! eh ! private joke…) », commente la rédactrice.

    « Le ton est un peu décalé, mais les faits sont bien là », commente Joël Jacob. « Il faut bien motiver le lecteur à tout lire. C’est assez long, mais on fait ce qu’on peut pour faciliter la lecture. » « Le vilain petit canard » sera distribué ce week-end dans toutes les boîtes aux lettres de la commune. Il sera distribué dans les commerces qui le souhaitent. « On verra bien la demande pour les prochains numéros », signale Joël Jacob. « Le vilain petit canard » pourrait devenir un beau cygne. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 31 janvier 2020.

  • Conseil communal du 13 janvier 2020: «En janvier, tout est voté à l’unanimité »

    Procès-verbal du conseil communal du 13 janvier où l’on apprend que Mimile est propriétaire de ses bulles à verre, que Martine Meurens a épousé en secret Thierry Mertens, qu’on a éclairé Val-Dieu avec des bougies, qu’un voleur de parapluies se cache à la commune, qu’il y a une pièce qui manque à Ores et que la fille du maïeur va se marier à vélo sur la musique de Ravel…

    Patricia Kindermans pour Aubel Citoyen résume le conseil communal du 13 Janvier 2020

    PV complet

  • Bingo : quinze de nos vingt communes retouchent 635.692 €

    Quinze communes de l’arrondissement viennent de recevoir un total de 635.692 € de la part de la Région wallonne. En cause : la manière de calculer du ministre Furlan pour répartir le Fonds des communes 2016. Un pactole pour certaines entités...
    La fin de l’année est la période des cadeaux sous le sapin. Pour le citoyen, mais aussi pour 15 des 20 communes francophones de l’arrondissement, cette année... En cause : le fait que le ministre wallon PS Paul Furlan les avait privées d’une partie de la dotation censée leur revenir via le Fonds des communes. Des sanctions financières calculées pour 2016 dans le cas des communes dont le taux de l’IPP était inférieur à 8 % et les additionnels au précompte immobilier sous la barre des 2.600. Nombre d’entités wallonnes, dont Jalhay et Theux, avaient sourcillé et certaines avaient pris le taureau par les cornes, lançant une procédure au Conseil d’État. Résultat des courses : la Région wallonne a compris qu’elle allait perdre, vu l’avis de l’auditeur. Et avant que tombe l’arrêt, le ministre Pierre-Yves Dermagne a retiré la décision de son prédécesseur.

    Aubel a reçu moins de 20.000 €.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 17 janvier 2020.

  • L’opposition demande à filmer le conseil

    À l’heure de l’internet partout tout le temps, il semble de plus en plus simple de filmer et diffuser des vidéos. De nombreux conseils communaux sont d’ailleurs retransmis en direct sur les réseaux sociaux. À Aubel, certains aimeraient d’ailleurs que ce soit le cas. C’est notamment l’avis de Martine Meurens, du groupe Aubel Citoyen. Celle-ci a tout d’abord fait remarquer que lors du dernier conseil, on lui a volé son parapluie. « Ce qui m’a fait penser qu’il faudrait des caméras et donc je me demandais où en était la proposition de diffuser le conseil en direct », a fait savoir la dame.
    La majorité s’est montrée assez peu intéressée par le principe expliquant que pour avoir un système de qualité il fallait de gros moyens qu’elle ne semblait pas prête à mettre pour tout de suite. « Il y a des systèmes qui font que la caméra se focalise sur la personne qui parle, mais ce n’est pas donné », a expliqué Benoît Dorthu. Le son est également problématique. Dans beaucoup d’enregistrement de conseils communaux diffusé en direct, il n’est en effet pas facile d’entendre avec beaucoup de clarté qui parle et ce qui est raconté.
    Il n’empêche que dans la commune voisine, Thimister-Clermont, les conseils sont retransmis en direct et ce simplement au moyen d’un Smartphone placé sur un pied. Pour l’opposition, il serait intéressant d’avoir une diffusion afin d’attirer le public au conseil et d’assurer une plus grande publicité des débats.


    ADRIEN RENKIN àns LA MEUSE VERVIERS du 15 janvier 2020

  • L’éclairage d’Aubel en passe d’être remplacé par du LED

    Cette année, Ores commencera à changer les éclairages dans la commune d’Aubel. Elle devrait remplacer 60 points par du LED, bien plus efficace et moins énergivore. Une opération qui s’inscrit dans le cadre de renouvellement complet du parc lumineux de la commune de Freddy Lejeune. En dix ans, tous les spots lumineux devraient être remplacés.
    Une opération qui a un certain coût pour la commune, 30.000 € par an, mais qui devrait être rentabilisée grâce aux économies que ces lampes à faible consommation devraient rapporter. En tout, ce sont 602 points qui doivent être remplacés dans la commune. Les premières lampes remplacées seront celle de la rue de la Station et de la rue de Battice.
    Certains spots situés en terrain privé, comme ceux qui éclairent l’abbaye de Val-Dieu, devront eux aussi être remplacés.
    D’ici 2030, on pourra dire qu’Aubel brillera d’un tout nouvel éclat.

    D’un article d’ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 janvier 2020