Personnalités - Page 2

  • Le VC Ardennes vise la lune

    Sauvé par le réalisateur aubelois Ben Stassen, le Vélo Club Ardennes « Fly Me To The Moon » a été présenté ce samedi soir dans les studios bruxellois de NWave. Avec une volonté commune : décrocher la lune.

    Nom de mission ? « Vélo Club Ardennes, saison 29. » Base de lancement ? Studios NWave à Forest. Équipage ? Une septantaine de jeunes astronautes pilotés par une quinzaine d’inusables bénévoles. Si les 50 ans de la mission Apollo 11 seront célébrés cet été, en même temps que la première victoire sur le Tour d’un certain Eddy Merckx, le VC Ardennes version « Fly Me To The Moon » a été mis sur orbite ce samedi soir, depuis les studios bruxellois du réalisateur aubelois Ben Stassen.

    Lire la suite

  • Une Aubeloise de 17 ans en finale de Top Model Belgium

    74DC377F-4E4C-4E3B-A01D-5075C011B39C.jpegLe 3 février, elle participera à la grande finale de Top Model Belgium. Une compétition qui permet de se faire remarquer par les professionnels de la mode mais qui a un coût important pour les jeunes qui veulent y participer. Cinq autres candidats de l’arrondissement tentent aussi leur chance dans ce concours de beauté.

    Voici Madisson de Rijck, une Aubeloise âgée de 17 ans. La jeune fille se retrouve en finale dans la catégorie Top Girl (les plus de 16 ans et d’une taille d’au moins 1m68). Elle est en option tourisme ce qui est important pour elle afin d’avoir une sécurité d’emploi. Car elle est bien consciente que ce concours ne lui garantit pas de trouver du travail dans le milieu du mannequinat, même si c’est son rêve. Ce concours lui a permis d’avoir un meilleur maintien et de défiler de manière plus professionnelle.

    D’une page d’ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 18 janvier 2019

  • Pierre Pesser démissionne après 42 ans de conseil

    Après avoir prêté serment au conseil communal d’Aubel ce mardi 8 janvier, Pierre Pesser, conseiller communal du groupe Aubel Citoyen, a remis sa démission en fin de séance.

    C’est la fin d’un parcours politique long de 42 ans pour cet entrepreneur aubelois spécialisé dans le travail de la pierre naturelle. Et on peut dire que c’est une page de la vie politique aubeloise qui se tourne car Pierre Pesser n’était pas un conseiller comme les autres.

    « J’ai fait connaître ma décision à certains membres du groupe Aubel Citoyen la veille des élections », explique Pierre Pesser. « Et je devais attendre d’être installé comme conseiller communal afin d’avoir droit à la parole. Je pense qu’il est temps pour moi de passer la main et de laisser place à quelqu’un de plus jeune. Il y a clairement de la lassitude au niveau du conseil communal. Maintenant, je ne vais pas rester inactif et je continuerai à travailler pour mon groupe mais dans un rôle de l’ombre. Je serai là pour épauler les plus jeunes de notre groupe et les conseiller s’ils en ont besoin. Par contre, j’aurais certainement accepté un poste d’échevin si nous étions passés en majorité et qu’on me l’avait proposé (NDLR : il était 4 e score de sa liste avec 365 voix de préférence). » Pierre Pesser a commencé son parcours politique en 1976 au sein d’une liste emmenée par le sénateur PSC Baltus avant de rejoindre une liste multiparti avec laquelle il a siégé dans l’opposition durant 12 ans. Puis il s’est mis sur la liste où figurait Jean-Claude Meurens, avec laquelle ils sont parvenus à renverser la majorité de l’époque.

    Lire la suite

  • Stassen et Meurens désalcoolisent à Charleroi

    Depuis l’automne dernier, une société désalcoolise tous types de boissons à Charleroi. MIS, c’est son nom, a été développé par des industriels de la région verviétoise : Philippe Stassen et les frères Meurens. Ils y ont investi 7 millions d’euros.

    On vous en parlait déjà en août dernier en présentant sa Bière des Amis et ses projets pour redynamiser Thimister : Philippe Stassen a développé un véritable groupe aux ramifications multiples, comprenant notamment une usine de désalcoolisation à Charleroi, MIS. Lui et ses associés, les frères Meurens de Herve, ont investi 7 millions d’euros dans ce projet.

    Ce mercredi dans l’Echo, Philippe Stassen détaille ce projet. Il est propriétaire de 48 % du capital de la société MIS avec ses enfants Olivier et Anne. Les 52 % restant appartiennent à Patrick et Olivier Meurens de Herve. Si Meurens et pays de Herve font penser à la siroperie basée à Aubel, il s’agit d’une autre branche de la famille, spécialisée dans l’assistance industrielle des PME.

    30 HECTOLITRES À L’HEURE

    Convaincu que les vins et bières sans alcool sont un vrai marché en devenir, les associés ont donc décidé de créer une usine pour réaliser le processus de désalcoolisation. L’usine est opérationnelle depuis l’automne dernier et emploie une demi-douzaine de personnes. Elle a une capacité de 30 hectolitres transformés à l’heure. Ses clients sont avant tout le groupe de Philippe Stassen, Néobulles. Car quand Philippe Stassen a vendu la cidrerie familiale à Heineken, il a gardé les marques Kidibul et Vintense notamment. Vintense qui est justement une gamme de vins sans alcool. Mais l’usine MIS ne fonctionnera pas uniquement pour Philippe Stassen ; n’importe quelle société qui veut y désalcooliser des boissons peut y faire appel. Ça peut concerner du vin, de la bière, du whisky… explique Philippe Stassen à l’Echo.

  • Ben Stassen vise les 12 millions

    Capture d’écran 2019-01-03 à 09.09.01.png2019 sera très probablement un grand millésime, pétillant à souhait, pour Ben Stassen et sa société réalisant des films d’animation en 3D, nWave. En effet, lors du premier semestre, Royal corgi devrait débarquer sur les écrans aux quatre coins du monde. Et les indicateurs laissent augurer d’un carton : plus de 20 millions de vues pour la bande-annonce via Facebook dans les jours qui ont suivi sa diffusion, le 12 octobre, et plus de 1,5 million désormais, sur Youtube. De quoi augurer d’un des grands rendezvous des salles obscures de 2019. On lève un coin du voile avec le réalisateur, originaire d’Aubel et qui vit désormais du côté de Seneffe, près de Nivelles…

    Une page de PROPOS RECUEILLIS PAR YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 janvier 2019.