Personnalités

  • Que deviennent nos maïeurs marquants ?

    Une sérénité retrouvée impliqué au niveau politique pour Jean-Claude Meurens

    Figure politique bien connue de notre région, l’Aubelois Jean-Claude Meurens a également décidé de passer la main le 14 octobre dernier après quatre mandats à la tête de sa commune. Il était le bourgmestre d’Aubel depuis 1995. Un choix qu’il ne regrette absolument pas car il aspirait à retrouver du temps et de la sérénité. C’est un homme heureux que nous avons pu rencontrer chez lui. « Je ne suis pas mécontent d’avoir pris cette décision, que du contraire », souligne JeanClaude Meurens. « Il était temps pour moi de laisser la place car j’aspirais à réaliser d’autres choses. C’est vraiment en toute quiétude que je suis parti et je le vis très bien. J’ai retrouvé une belle sérénité et je suis épanoui dans ma vie. J’ai beaucoup plus de liberté pour m’adonner à des loisirs, voir mes proches… Cette décision a été réfléchie et je n’ai absolument aucun regret. »

    Deux pages de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 août 2019.

  • À la rencontre de Jean-Paul Nyssen, le coach qui a mené Minerois au titre en P2B

    Prof de néerlandais et d’anglais dans le secondaire à Herve, Jean-Paul Nyssen, clermontois d’origine, a mené Minerois vers le titre en P2B cette saison. Il nous a reçus dans son école, le Collège Royal Marie-Thérèse, pour une longue interview, histoire de découvrir quelle personnalité se cache derrière celle de l’entraîneur.


    UN REPORTAGE D’OLIVIER DELFINO à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 17 mai 2019

  • La bague au doigt après 17 ans de vie commune

    Freddy Lejeune, le bourgmestre d’Aubel, a passé la bague au doigt de sa chère et tendre, Joëlle Georges, au terme de 17 années de vie commune.

    Cérémonie brève mais rarissime, ce samedi, à la maison communale d’Aubel. Le bourgmestre de la localité, Freddy Lejeune, s’y mariait au terme de 17 années de vie commune avec sa compagne Joëlle Georges. Un réel événement présidé par le 2 e échevin Francis Geron pour qui c’était là une grande première. « Et probablement la dernière aussi ! » devait-il ajouter, visiblement peu à l’aise dans l’exercice. L’humour allait toutefois détendre l’atmosphère : « Je suis très heureux de vous accueillir ici, dans cette maison qui est aussi la tienne, Freddy. Et en présence de toute votre famille. D’habitude, ce sont les parents qui poussent un « ouf » de soulagement quand leurs enfants se marient. Ici, ce sont certainement les enfants qui se disent “enfin”. »

    Capture d’écran 2019-04-08 à 08.07.06.pngEt de conclure très officiellement, après échange des consentements mutuels : « En conséquence, nous, Francis Geron, échevin officiant en l’absence du titulaire empêché et faisant fonction d’officier de l’Etat Civil de la commune d’Aubel, déclarons au nom de la Loi que Monsieur Freddy Lejeune et Madame Joëlle Georges sont unis par le mariage. Le petit bisou est autorisé… ».

    D'un article de FREDDY HAUGLUSTAINE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 8 avril 2019

  • Finaliste dans un concours de coiffure

    Pour ses 10 ans de carrière au sein du salon de coiffure heusytois XYZ, l’Aubeloise Charlotte Demez se lance un sacré défi. Ce weekend, elle va en effet concourir au L’Oréal Professionnel Style & Color Trophy International, à Paris.

    Un concours dans lequel elle s’est retrouvée après avoir remporté la grande finale belge en mai 2018. « C’était une première. Ma patronne a toujours fait énormément de concours, elle est toujours au courant de tous les événements dans le milieu de la coiffure », explique Charlotte Demez. Consciente du potentiel de son ouvrière, Séverine Tieleman, manager XYZ, a proposé à Charlotte Demez de participer à ce concours l’an passé.

    Charlotte Demez s’est trouvée face à onze candidats également retenus pour la finale belge. « On devait présenter un modèle en total look avant/après devant un jury composé de coiffeurs internationaux à Bruxelles », raconte-t-elle. Au terme de la soirée, elle a remporté ainsi le Best Colour Award 2018 (relatif à ses talents de coloriste) et le premier prix Belgique. Une récompense qui salue l’ensemble de sa prestation et lui donne son billet pour la finale internationale ce week-end.

    À Paris, elle devra reproduire le look qui l’a hissée sur la plus haute marche du podium belge. « Psychologiquement, je ne sais pas si je suis prête (rires) ! » Mais professionnellement, la coiffeuse du XYZ Heusy a mis toutes les chances de son côté. « Je m’informe de tout ce qui se passe, de toutes les nouveautés… » Elle aura affaire, cette fois, aux meilleurs candidats des 32 autres pays participants lors d’une énorme soirée à laquelle sont conviées quelque 2.000 personnes ! 

    A.F. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 mars 2019.

  • Le géant « La Martiniquaise » met la main sur la boisson pétillante pour enfants de Philippe Stassen

    Capture d’écran 2019-03-20 à 07.58.48.pngKidibul n’est plus aubelois ! Philippe Stassen, qui avait revendu la marque à Heineken avant de la racheter en 2014, s’en sépare à nouveau. Il cède ainsi la société « Kidibul international SPRL » au géant français « La Martiniquaise » qui possède notamment la vodka Poliakov, le Porto Cruz, le genièvre Peterman ou encore le whisky Label 5.

    UN AUTRE PROJET EN COURS

    Et l’emblématique « self-made-man », comme il se décrit lui-même, de préciser le pourquoi d’une telle cession. « Avec la famille Meurens, nous avons massivement investi dans une unité de désalcolisation et d’embouteillage basée à Charleroi. Ce sont quand même sept millions d’euros que nous avons injectés et pour cela, il faut des capitaux. »

    Mais Philippe Stassen insiste sur un point ô combien important : il n’y aura aucune perte d’emploi. « Je peux l’assurer, il n’y a pas d’impact pour le personnel. Neobulles, la société qui chapeautait tout, ce sont 27 personnes qui y travaillent. Pas une ne va perdre son poste. » Aujourd’hui, Philippe Stassen gère ou possède des parts dans 12 (11 à partir du 1 er mai) sociétés différentes, dont la plupart ont leur siège à Thimister, mais également à Liege Airport, avec des bureaux au sein même du terminal passagers. -

    Extraits d'un article de GASPARD GROSJEAN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 20 mars 2019.