Patrimoine

  • Une crèche inspirée de Val Dieu

    C’est une exposition pour le moins sympathique qu’il est possible de voir actuellement à l’abbaye du Val Dieu, à Aubel. 80 crèches sont exposées, de la plus petite à la plus grande, de la plus colorée à la plus monochrome. Et parmi elle, une sort totalement du lot : elle représente l’abbaye.

    Outre la fameuse crèche de Philippe Delmotte, près de 80 crèches sont visibles dans l’exposition. Organisée par l'association belges des amis de la crèche, cette expo si particulière présente des compositions venant d’horizons très différents. On retrouve ainsi des crèches de Toscane (Italie) ou encore d’Autriche.

    Mais la plupart sont réalisées par des membres de l’association, active des deux côtés de la frontière linguistique, qui donne des cours de fabrication. D’autres crèches ont été prêtées par des collectionneurs.

    D'un article de J.D. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 9 décembre 2019.

    Lire la suite

  • Les enseignes du passé, un patrimoine sacré à Aubel

    Au 18ème siècle, le marché d’Aubel se tient le lundi. Les ambulants doivent se déplacer le dimanche pour rejoindre les places. Les auberges et les cabarets vont donc se multiplier et avec eux, des enseignes originales. Ces jolies pierres se retrouvent souvent au-dessus des portes et dans la façade. Elles caractérisent le commerce parfois de façon très personnelle.

    Une enseigne rénovée

    À Aubel il en reste 8. L’une d’elles, "Aux Trois Rois" a été remise en état par le centre culturel. Un gage du passé qui ne pouvait disparaitre. "Je pense que c’est important pour le patrimoine aubelois", souligne Kathleen Perée l’échevine de la Culture.

    Celui qui a eu l’honneur de recréer l’enseigne est Jean Vaessen, horloger aubelois passionné de sculpture. Il voulait apporter sa pierre à l’édifice. "Je suis investi dans mon village. Ces enseignes font aussi partie de la vie à Aubel et du tourisme également", précise-t-il. 

    L’histoire de ces enseignes n’est pas toujours connue. C’est le cas de celle des Trois Rois. Choix personnel de l’époque , dans ce cas religieux certainement ou peut-être originale. Personne ne le sait. Mais cela n’a pas empêché le sculpteur de pouvoir y mettre sa touche. "Ce qui a été difficile pour moi, c’est de devoir créer cette pièce sans base existante car elle était trop abîmée. Les corps ça allait mais les visages étaient plus difficiles à reproduire sur base d’une photo. Je me suis donc permis de changer un peu le regard de certains personnages", ajoute encore le sculpteur qui a pleinement réussi son défi.

    VEDIA

  • Aubel et ses vieilles enseignes du XVIIIe siècle

     

    Nos villes et nos villages conservent un grand nombre d’anciennes enseignes sculptées. Leur origine remonte à la construction des façades auxquelles elles ont été intégrées.

    Ces enseignes servaient généralement à désigner les maisons des négociants par un titre quelconque choisi par le propriétaire sans nécessairement un lien avec l’objet du commerce. C’est un choix personnel, parfois religieux, parfois personnel, parfois original. Très souvent, elles se rencontraient sur les façades des auberges et des cabarets. Tout le monde savait où se trouvait l’auberge Au blanc cheval, quand on donnait un rendez-vous dans cette auberge !

    Chez nous, la ville de Liège est très riche en vieilles enseignes. Mais, la ville championne est sans doute Maestricht avec ses 178 enseignes anciennes. On y trouve un grand nombre de thèmes, dont beaucoup ne manquent pas d’originalité. Les sujets sont historiques, religieux, humoristiques ou simplement figuratifs.

    Au XVIIIe siècle, Aubel jouit d’une grande prospérité, grâce à sa position au cœur du Duché de Limbourg (Limbourg, Dalhem, Fauquemont et Rolduc), mais surtout grâce à sa position sur la ligne qui délimite les terres de labour (céréalière) au Nord et les terres de pâturages (lait, beurre, fromage, …) au Sud. La preuve en est le succès exceptionnel de son marché institué le 28 août 1630.

    Comme le marché se tient à cette époque le lundi, les ambulants doivent se déplacer le dimanche pour rejoindre les places d’Aubel. Les auberges et les cabarets vont donc se multiplier. Et avec eux, les enseignes originales. Ces jolies pierres, souvent au-dessus des portes ou dans la façade, caractérisent le commerce. Toutefois, en 1778, une enseigne d’un cabaret de Fexhe-Slins annonce : « J’existe et embellis la rue ». C’est bien là sa raison d’être !

    Lire la suite

  • INAUGURATION DE L’ENSEIGNE AUX TROIS ROIS

    Les Rois mages de retour pour la Noël.

    Après quelques mois d’absence, l’enseigne « Aux Trois Rois », située Place Albert Ier 5 à Aubel, va retrouver sa place.

    Celle-ci était fortement endommagée et nécessitait une restauration.

    Le Centre Culturel et l’Administration communale ont décidé de la remplacer par une nouvelle.

    Le travail a été confié à Jean Vaessen, horloger à Aubel et sculpteur à ses heures.

    Celui-ci explique : « Nous avons décidé de refaire une nouvelle enseigne car il ne restait plus que la Vierge Marie et le petit Jésus. Avec les années, les rois mages sont tombés et se sont cassés.

    La planche du fond était pourrie et trop abimée pour être restaurée. La nouvelle enseigne est en chêne comme la précédente et les personnages manquants ont été sculptés à partir d’une photo. Légèrement différents de ceux d’origine, j’ai apporté ma touche personnelle. Nous les avons lasurés puis enduits d’un époxy transparent pour résister aux intempéries. »

    L’inauguration aura lieu le samedi 30 novembre à 16h30 à l’ouverture du marché gourmand. »

    Vaessen_2084.JPG

  • Val-Dieu à la télé

    Le chef Julien Lapraille, curieux, a profité d'une promenade à l'Abbaye du Val-Dieu pour poser quelques questions à Alain Pinckaers, co-fondateur de la brasserie...

    Résultat : de la bonne humeur et quelques secrets dévoilés ! 

    Découvrez ce beau reportage sur RTL TVI samedi 9 novembre à 17h35 dans l'émission La grande balade - RTL TVI.