Football - Page 5

  • Grosse frayeur pour Aerts remplacé par Beckers

    Peu après le quart d’heure de jeu, Kevin Aerts a dû quitter ses coéquipiers sur blessure. En effet, sur une sortie, le gardien d’Aubel est rentré en contact avec Ziane et est resté au sol pendant de longues minutes. Il a finalement pu quitter le terrain avec l’aide de certains de ses coéquipiers et a été remplacé par Beckers. Après la rencontre, aucun verdict n’avait encore été établi, mais Aerts serait touché au niveau du pied. On devrait avoir plus d’informations dans les prochains jours concernant la gravité de sa blessure, en espérant évidemment que le gardien puisse rapidement revenir sur les terrains. 

    N.E. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2019.

  • Aubel n’aurait pas dû se découvrir à 1-1

    Alors que Weywertz et Aubel ont vécu un début de saison compliqué en termes de résultat, ils s’affrontaient samedi soir sur les terres germanophones. Rapidement devant, Weywertz a bien cru concéder le nul lorsque Van Melsen a égalisé sur penalty. Néanmoins, cinq minutes plus tard, c’était au tour d’Evens de convertir à 11 mètres et d’offrir la victoire aux locaux. S’il était content du résultat final, Jean-Michel Ummels n’était pas forcément convaincu par la prestation de ses hommes : « Je suis satisfait des trois points, mais pas de la manière » affirmait-il d’emblée. « Je pense que c’est le moins bon match que l’on a joué depuis le début de saison. J’avais dit avant la rencontre que ce que je voulais, c’est

    qu’on aille 6 points, mission accomplie. Maintenant, c’est sûr que ça a été poussif et qu’on ne s’est pas créé beaucoup d’occasions. Néanmoins, sur ce genre de match, ce qu’il faut arriver à faire c’est marquer quand on a cette petite occasion, ce qu’on a fait. Notre problème, comme à chaque fois, c’est que quand on démarre la seconde période, on est complètement absent les 15, 20 premières minutes. C’est quelque chose qui ne va pas et qu’il va falloir corriger. »

    COURU EN VAIN

    Du côté d’Aubel, on aurait clairement mérité le match nul. Néanmoins, c’est avec la défaite que les hommes de René Ernst sont repartis à la maison. « C’est une grosse déception car on a dû courir pendant 80 minutes pour finalement ne pas prendre un seul point » nous confiait le coach des visiteurs après le match. « On a eu des possibilités, des ballons devants le but, puis on obtient à la 80 e un penalty, qui me semble tout à fait logique et on revient à 1-1. À

    partir de là, on repart dans nos travers. On va de l’avant, tout le monde s’engage, on prend un ballon dans notre dos, on fait faute dans le rectangle et on encaisse de nouveau un but. Je signe 1000x pour le 1-1, aussi pour le 1-2, mais surtout pas pour le 2-1. Il faut garder cette sérénité dé-

    fensive et faire comme on a fait jusqu’à la 80 e minute, c’est-à-dire attendre le bon moment et avoir la réussite pour marquer un but. Mais certainement pas se découvrir après. Au vu du match, on peut être frustré de ne pas avoir pris le point. » -

    NICOLAS EVRARD dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2019

    Lire la suite

  • WEYWERTZ - AUBEL

    Weywertz a plus de soucis d’effectif qu’Aubel
    Mal lotis avec seulement 3 petits points en 5 matches, Weywertz et Aubel vont devoir se faire mal ou plus particulièrement à l’autre pour s’extraire de la zone déjà rouge de la P1... Seulement vainqueurs de Ster, les gars de Jean-Michel Ummels ne souhaitent pas rester la tête dans l’eau après la joute de ce samedi soir. Ummels signalait : « Psychologiquement, le match de ce samedi soir est très important. C’est certainement le moment pour nous de prendre 3 points. Aubel n’est pas trop bien et prend pas mal de buts, mais aura aussi à cœur de venir chez nous pour capitaliser au classement. »
    Mais, le coach des germanophones est quelque peu inquiet : « J’ai pas mal de souci avec mon noyau et je ne prendrai la décision finale que ce samedi matin. J’ai, hélas, un gros souci d’effectif. Ce qui est certain, c’est que Vilz jouera entre les perches ».
    En face, René Ernst a moins de souci avec son noyau, mais sait évidemment que ce sera compliqué à Wévercé. « C’est clair que notre capital point est difficile en ce moment, mais le groupe vit bien et, on a beaucoup travaillé cette semaine afin de gommer nos lacunes défensives. À Weywertz, je veux voir un groupe appliqué, avec du caractère et de l’enga- gement ».
    Mais ce sont aussi les valeurs qu’Ummels souhaite voir dans son groupe. «Mais, on est confiant pour aller faire un bon résultat à Weywertz », ajoutait Ernst. « Il est clair que seuls les points comptent, que l’on va avoir affaire à un match engagé et que ce sera compliqué».
    PAGO dans LA MEUSE VERVIERS du 21 septembre 2019

    Lire la suite

  • Roex évolue dans 3 équipes aux USA

    Le défenseur aubelois profite de son Erasmus dans le Mississippi pour se maintenir en forme.
    Malgré un Erasmus au Mississippi, cela n’empêche pas Antoine Roex de continuer à faire le sport qu’il aime. En Amérique, il évolue au sein de trois équipes différentes en attendant son retour à Aubel.
    Titulaire en défense centrale lors des deux dernières saisons, Antoine Roex manque à l’appel jusqu’à présent du côté d’Aubel. Le jeune joueur n’est ni blessé, ni en froid avec le club, il se trouve tout simplement à plusieurs milliers de kilomètres du Stade Jean-Marie Doome. En effet, il est actuellement en Erasmus aux États-Unis et plus précisément à l’Université d’état du Mississippi. « Je suis arrivé le 12 août dernier et je reste jusqu’en décembre dans le cadre de mes études de business », explique-t-il.
    Il sera donc présent pour le second tour. Mais dans quel état ? Que le club d’Aubel se rassure, Antoine Roex continue de se maintenir en forme. À vrai dire, la majorité de son temps libre, il le passe à jouer au foot- ball.
    « En arrivant ici, je voulais absolument jouer mais je ne savais pas encore comment. » Et il n’a pas tardé à trouver son bonheur. « J’ai d’abord rencontré une personne qui jouait foot pour s’amuser et m’a proposé d’aller avec lui. C’est ainsi qu’une fois par semaine, je me suis retrouvé à évoluer dans des matchs à 11 contre 11 non officiels. On participe à un championnat local qui n’est pas très structuré, mais le principal est de s’amuser. »
    Très vite, cela ne lui suffit pas et il tente sa chance du côté de l’équipe de l’Université. «J’ai fait des tests et on m’a sélectionné dans l’équipe. Depuis, j’évolue dans le championnat universitaire en plus de l’autre équipe. J’en suis donc à deux entraînements et parfois trois matchs par semaine. On peut dire que je garde plus que le rythme », rigole-t-43A103FE-838A-4CA6-A769-9EE6D719C59F.jpegil.
    Côté niveau de jeu, il n’a malheureusement pas pu retrouver celui de la P1. Là-bas, le football est loin d’être le sport national et cela se ressent. « Le championnat universitaire, cela vaut une bonne P4. Si je suis un joueur normal à Aubel, je suis un peu vu comme le meilleur ici. Ce qui me fait rigoler. »
    En tout cas, le football lui a permis de rencontrer pas mal de monde jusqu’à présent. « Je ne veux pas me prendre la tête, j’avais absolument envie de jouer et je ne pense pas à une éventuelle surcharge physique. Au sein du groupe, je retrouve le même état d’esprit qu’à Aubel. On est là pour passer un bon moment avant tout. »
    Et malgré un programme déjà bien chargé. Antoine Roex s’apprête à rejoindre une troisième équipe. Bien plus surprenante celle-ci.
    « Je vais intégrer l’équipe professionnelle féminine en tant que joueur d’entraînement », s’amuse-t-il. « Là-bas, plusieurs sports sont professionnels dans les Universités. Si le football n’en fait pas partie chez les hommes, c’est bien le cas avec les femmes. Et tout est diffé- rent. Tout est payé et elles vivent au même rythme que les joueuses pros. Elles voyagent en avion pour disputer leurs matchs de championnat et jouent sur un terrain qui rendrait jalouses certaines équipes de Division 1. J’ai dû passer toute une batterie de tests pour y être accepté. Nor- malement, le niveau devrait être un peu plus élevé même si je ne ferai que les entraînements. »
    Du coup, alors qu’on l’imagine profiter du rêve américain, Antoine Roex joue donc au football au sein de trois équipes différentes et parfois plus de 5 fois par semaine. Il reviendra à Aubel au top physiquement.
    ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du 20 septembre 2019

     

  • Pauporte sera absent

    P1

    Il ne manque qu’un seul joueur à René Ernst pour que son noyau soit complet.

    « Pauporte souffre encore d’une grosse entorse et ne devrait pas être de retour avant 15 jours au moins. » Hormis cela, tout va bien à Aubel, « sauf les résultats », sourit René Ernst.

    D'un article d'ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du 20 septembre 2019.