Environnement - Page 4

  • Aubel parmi le top 5 des meilleurs trieurs

    Le tri des déchets continue à mobiliser dans l’arrondissement verviétois. Selon les chiffres d’Intradel, en 2018, 4 communes verviétoises font parties des 5 meilleurs trieurs.

    Présentation annuelle des résultats d’Intradel, l’Intercommunale de traitement des déchets de Liège et environs qui regroupe 72 communes, ce vendredi. Avec une bonne nouvelle pour les communes verviétoises. En effet, dans le top 10 des communes qui produisent le moins de déchets par an, on retrouve 6 communes de l’arrondissement verviétois.

    D'un article de LOÏC MANGUETTE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 mars 2019.

  • 1.729 équipes vont nettoyer la province

    Le grand nettoyage de printemps est de retour ces 29,30 et 31 mars.

    Haro sur les crasses de tout poil, ces 29, 30 et 31 mars pour le cinquième grand nettoyage de printemps mis sur pied par la Région wallonne. Avec un succès grandissant, puisqu’en cinq éditions, on est passé de 10.000, à 40.000, puis 73.000, 110.728 à enfin 163.055 citoyens inscrits à l’échelon wallon, pour un total de 6.000 équipes, dont 381 pour les 20 communes de l’arrondissement de Verviers.

    Cinq sont inscrites à Aubel.

    D'un article d'YVES BASTIN À LIRE dans LA MEUSE VERVIERS du 28 mars 2019.

  • Aubel dans le Top 10

    Obligatoires depuis 2010, le nombre de certificats résidentiels augmente chaque année. En 9 ans, la Région wallonne en a enregistré 497.236. « Les deux dernières années ont à elles seules fait augmenter la base de données de près de 30 % (+ 106.911 certificats) », annonce Valérie De Bue. « Nous sommes encore loin d’un certificat par logement puisque le parc wallon en compte 1.615.774. Les logements ne sont en effet certifiés que lors de la mise en vente ou en location. Nous avançons donc mais ces premières données nous permettent d’établir des ordres de grandeur tout à fait crédibles pour la Wallonie. » Entre 2016 et 2018, c’est le label C qui a le plus progressé (+31,4 %), suivi par les labels D (+30,7 %) et E (+29,7 %).

    Capture d’écran 2019-03-20 à 08.05.11.png

    Capture d’écran 2019-03-20 à 08.05.30.png

    Aubel affiche donc 3,6 % de ses logements en A, A+ et A++, mais aussi 30% de ses logements en label G.

    D'un article de DIDIER SWYSEN (AVEC B.J.) dans LA MEUSE VERVIERS du 20 mars 2019 et sur sur www.sudinfo.be .

  • L'école communale de La Clouse lauréate

    Une douzaine d’écoles de la région verviétoise vont pouvoir bénéficier de subsides wallons pour mener à bien des projets liés à la biodiversité.

    Ce mercredi, René Collin, ministre wallon de la Nature, GoodPlanet Belgium et Natagora ont annoncé les noms des 135 écoles lauréates du troisième appel à projets « Ose le vert, recrée ta cour ». Pour la région verviétoise, il s’agit des établissements primaires ou maternels suivants : école de Burnenville (Malmedy), école communale d’Ondenval (Waimes), école Notre-Dame, section maternelle (Verviers), école communale fondamentale de Polleur (Theux), SFX2 maternelle (Verviers), école communale fondamentale Xhoffraix et Longfaye (Malmedy), école communale de La Clouse (Aubel), école NotreDame (Limbourg) ainsi que athénée royal de Spa, implantations Rener et Centre. Par ailleurs, la Haute école libre Saint-Roch de Theux est un des cinq établissements d’enseignement supérieur retenus.

    Lire la suite

  • 60 logements neufs en projet sur le site de la Driesch

    Pour les Aubelois, le projet d’urbanisation de la Driesch est considéré comme le monstre du Loch Ness. Tout le monde en parle, mais personne ne croit véritablement en son existence. Un nouveau projet est cependant à l’étude. Le groupe Horizon souhaite en effet construire une soixantaine de logements sur ce site. « Il y aurait principalement des maisons à quatre façades », précise Yves Decors, développeur immobilier au sein du groupe. « On prévoit aussi quelques groupes de deux et trois maisons collées et deux immeubles de six appartements. Il n’y aurait qu’une quinzaine de logements par hectare. »Capture d’écran 2019-03-14 à 10.18.55.png

    En ce moment, le terrain est totalement vide. Les herbes y poussent librement. Or il a toujours été question d’y bâtir. Déjà en 2004 on se demandait où en était le dossier. En 2007, la commune et la Région wallonne ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur le nombre de logements que l’on pourrait construire. Le ministre Antoine souhaitait à l’époque qu’Aubel cesse sa politique de sélection pour des revenus aisés pour se tourner vers une politique de village pour tous, ce qui n’était pas du goût du bourgmestre de l’époque, Jean-Claude Meurens. Le dossier a ainsi vivoté de mandature en mandature pour ressortir dernièrement. « On a négocié la densité de population à la baisse avec tous les gouvernements successifs pour arriver ici à un compromis qui nous satisfait », assure le bourgmestre actuel, Freddy Lejeune. Ce projet tombe bien car la commune souhaite rajeunir sa population. « Nous voulons conserver nos jeunes. Ils ne savent plus rester car il n’y a plus de terrain disponible sur le territoire de la commune », poursuit le bourgmestre.

    Même si le projet est orienté pour les jeunes, Freddy Lejeune se rend compte que tout le monde ne pourra pas acheter les logements qui sont actuellement prévus. « Il faudra un couple solide, où les deux personnes travaillent. L’aide des parents serait idéale. D’après ce qu’on m’en a dit, ce seraient des logements assez chers à plus de 200.000 €. Mais ça reste moins onéreux que si on devait acheter un terrain et construire dessus. On pense que nos jeunes seront intéressés par une telle opportunité. »

    Le projet va bientôt faire l’objet d’une étude d’incidence sur l’environnement et les habitants seront consultés le 26 mars. Leurs avis sont attendus afin de faire évoluer le projet dans une direction qui conviendrait au plus grand nombre. « On sait que ça ne plaira pas à tous. Avoir une soixantaine de logements, ça signifie un plus grand trafic. Mais bon, on pense que nos concitoyens ne seront pas égoïstes et comprendront tout le positif que ce projet peut apporter sur la commune. De toute façon, même si tout se passe bien, ce n’est pas l’an prochain qu’on va donner les premiers coups de pelle », conclut le bourgmestre. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 mars 2019.