Enseignement - Page 2

  • 4 écoles complètes suite au décret inscriptions au niveau de l'arrondissement

    C’est le 1er mars dernier que s’est clôturée la première phase du décret inscriptions en première année commune de l’enseignement secondaire, en Fédération Wallonie-Bruxelles. Au niveau de l’arrondissement de Verviers, quatre de nos écoles sont déjà complètes. Il s’agit de l’Institut Notre-Dame à Heusy, du Collège Providence de Herve, de l’Institut Saint-Roch Theux et de l’Athénée Verdi à Verviers. Il s’agit d’une grande première pour cet établissement. Le proviseur, Benoît Maréchal, nous explique les raisons de ce succès.

    Capture d’écran 2019-04-10 à 09.57.53.pngChaque année, il fait parler de lui et à chaque fois, c’est avec un peu d’appréhension que certaines personnes font sa connaissance. « Il », c’est le décret inscription. Étape obligatoire pour l’accès en première année commune de l’enseignement secondaire, ce décret a vu sa première phase se terminer le 1er mars dernier.

    Sur les 24 écoles de notre arrondissement, on peut observer que quatre sont déjà complètes, dont les deux « établissements » du Collège Providence de Herve qui ont chacun plus de 50 élèves sur leur liste d’attente.


    Une petite nouvelle a fait son apparition cette année. Il s’agit de l’Athénée Verdi, situé rue des Wallons à Stembert. Il y a également moins de 10 élèves sur la liste d’attente. Une grande première donc pour cet établissement dont le succès grandissant s’explique par plusieurs raisons.

    « Nous avons longtemps pâti de notre mauvaise réputation où l’on disait que l’AR Verdi était une école poubelle (sic) », explique Benoît Maréchal, proviseur de l’établissement.

    D'un article de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 10 avril 2019.

     

    N.B. Certains jeunes aubelois se dirigent aussi vers Visé et là aussi il y a encore des places disponibles.

    Capture d’écran 2019-04-10 à 07.56.09.png

     

     

  • Des fruits dans les écoles

    Manger des fruits et légumes n’est pas toujours simple pour les élèves de primaire. Et pourtant avoir une alimentation équilibrée est crucial pour le développement de l’enfant. Afin d’aider les écoles à fournir les enfants en fruits, la commune d’Aubel distribuera dès la rentrée des fruits une fois par semaine dans les trois écoles primaires situées dans la commune. Chaque élève aura droit à un fruit à 10h le mercredi. Ces fruits ne coûteront que 2971€ à la commune.

  • L'école communale de La Clouse lauréate

    Une douzaine d’écoles de la région verviétoise vont pouvoir bénéficier de subsides wallons pour mener à bien des projets liés à la biodiversité.

    Ce mercredi, René Collin, ministre wallon de la Nature, GoodPlanet Belgium et Natagora ont annoncé les noms des 135 écoles lauréates du troisième appel à projets « Ose le vert, recrée ta cour ». Pour la région verviétoise, il s’agit des établissements primaires ou maternels suivants : école de Burnenville (Malmedy), école communale d’Ondenval (Waimes), école Notre-Dame, section maternelle (Verviers), école communale fondamentale de Polleur (Theux), SFX2 maternelle (Verviers), école communale fondamentale Xhoffraix et Longfaye (Malmedy), école communale de La Clouse (Aubel), école NotreDame (Limbourg) ainsi que athénée royal de Spa, implantations Rener et Centre. Par ailleurs, la Haute école libre Saint-Roch de Theux est un des cinq établissements d’enseignement supérieur retenus.

    Lire la suite

  • Activité au profit du Télévie organisée par l'école d'Aubel

    Vendredi 15 mars, les élèves de l’école libre d’Aubel vont parcourir, tous ensemble, une marche d’un total de 2500 km.

    Ensemble, nous voulons réaliser un défi sportif pour aider les enfants malades.

    Par cette action, nous voulons aider le FNRS dans sa recherche contre le cancer et la leucémie

    Si, comme nous, vous estimez que la recherche est importante,télévie.png

    Si, comme nous, vous voulez faire un geste en faveur du FNRS

    Si vous voulez soutenir les élèves dans leur défi,

     

    Alors parrainez notre activité.

     

    2 possibilités de parrainage.

    * Soit votre parrainage est inférieur à 40 € :

    Vous remplissez une feuille de parrainage présentée par un enfant, et vous lui donnez l’argent.

    * Soit votre parrainage est supérieur à 40 € :

    Vous effectuez un versement sur le compte ouvert au FNRS pour notre activité :

                IBAN BE80 2100 0816 0277

    avec comme communication : parrainage école libre d’Aubel.

    Dans ce cas, vous recevrez une attestation pour la déduction fiscaleau début de l’année 2020 (février-mars)

     

    Nous vous remercions de nous soutenir et de nous aider dans notre projet. 

    Les élèves et l’équipe éducative de l’école libre d’Aubel

     

  • Heureuse découverte sur le blog « Aubel » : « De nouveaux bancs à l’école libre ».

    Le projet a pour origine le constat effectué par les surveillants des temps de récréation : trop de violence dans la cour. Il faut donner une suite à ce constat. L’équipe enseignante se tourne vers la formation continuée : « L’éducation à la Paix ». Le projet touche les élèves de l’école. Des apports extérieurs (dons, coup de main gratuit, main créatrice) ont aidé à la réalisation du projet. Toutes les équipes sont en route. DONC CONSTAT QUESTION RECHERCHE DE SOLUTIONS.

    Penser « ÉCOLE » c’est penser aux SAVOIRS à apprendre, c’est penser aux SAVOIR-FAIRE (comment faire), c’est penser aux SAVOIR-ÊTRE (les comportements), penser école c’est penser aux « SAVOIR DEVENIR » (l’enfant qui se met en projet). Il manque une pièce au puzzle c’est le FAIRE SAVOIR. L’école ne doit pas craindre de montrer ce que les élèves y apprennent. Il faut montrer, ouvrir ses portes, communiquer comme l’école libre l’a fait (d’autres écoles le font aussi).

    Dans la recherche de solution(s) au problème posé, le groupe de réflexion a pensé aux VALEURS HUMAINES, qui touchent l’élève tout entier. AMITIÉ et RÉCONCILIATION s’adressent plus à la formation de la conscience, de l’esprit, à la VIE INTÉRIEURE qu’il faut nourrir aussi. Ce sont les pratiques de ces valeurs qui constituent la nourriture de cette vie intérieure. L’école c’est la vie extérieure, mais aussi la vie intérieure. Les deux vies sont intégrées l’une dans l’autre, s’influencent l’une l’autre. Nous ne voudrions pas terminer sans relever la présence de monsieur Lejeune, bourgmestre, et de madame Denoël–Hubin, échevine de l’enseignement fondamental communal. D’abord un peu de taquinerie. Notre bourgmestre porte une casquette en cas de mauvais temps. Il n’est pas le premier maïeur à porter la casquette (j’en ai connu 7, il est le 2° précédé de monsieur Gérardy). Porter la casquette en cérémonie officielle, c’est être proche des ouailles, même des enfants, c’est se mettre sur un pied d’égalité, c’est porter une philosophie démocratique et c’est très bien. De plus, les élèves voient le bourgmestre et l’échevine se distinguant par la couleur de l’écharpe. Il en est de même pour l’échevine qui a le souci de tous les enfants de la commune.

    Du point de vue éducationnel et l’échevine et le bourgmestre sont des porteurs d’éducation à la Paix et non de la violence. La pratique de leur fonction va dans ce sens. CONSTRUISONS DES PONTS et NON DES MURS.

    Inviter ces deux personnalités, c’est une forme de MERCI que nous adressons aux autorités communales 2012-2018 et aux actuelles qui assureront la continuité (travaux, les urgences matérielles, conduire et rechercher les bagages des classes de mer…).                                                                                                                                                                                    

    Pour terminer, je formule deux souhaits :

    • Que la pratique des VALEURS AMITIÉ et RÉCONCILIATION (c’est parfois, voire souvent, difficile) dépasse les murs de l’école et se prolonge en famille, dans les mouvements de jeunesse, les sports.
    • Que ce projet garde tout son SENS ET NE DEVIENNE pas UNE ACTIVITÉ LUDIQUE.

    Félicitations à tous les acteurs et actrices, spécialement aux élèves de 3° et 4° primaires, qui ont réfléchi à des valeurs qui touchent la vie intérieure de tout être humain, valeurs profondes, car riches, mais parfois très difficiles à vivre. Être ami, se réconcilier demande parfois de sérieux efforts, MAIS CELA EN VAUT LA PEINE ; c’est très bien d’y réfléchir dès le plus jeune âge.

    Merci.

    P. Bour