Commerce - Page 4

  • Le Moulin Hick a 10 fois plus de demandes que de disponible

    Explosion de la demande pour la farine destinée aux ménages, au Moulin Hick, au Val-Dieu. C’est bien simple : si Capture d’écran 2020-04-23 à 08.24.09.pngl’entreprise était en mesure de satisfaire aux demandes pressantes des clients, elle pourrait vendre dix fois plus de sachets de farine en petits conditionnements de 1 à 5 kilos, explique Philippe van Laethem. Ce qui a amené la PME aubeloise à recourir à 3, 4 ou 5 intérimaires, selon leurs disponibilités, pour ensacher de la farine servant à préparer du pain, de la pâtisserie et autres douceurs bienvenues pour remonter le moral du citoyen à domicile en ces temps de confinement. Ceci alors qu’en temps normal l’effectif se borne aux 10 équivalents temps plein qui, de leur côté, continuent à turbiner plus que jamais pour assurer le reste de la production.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 avril 2020.

  • Un tunnel pour «désinfecter» les clients

    « Mon objectif, c’est de protéger les clients et le personnel », explique Éric Merella, le gérant de l’Intermarché de Boussu. Depuis ce jeudi matin, les clients qui souhaitent entrer dans l’Intermarché situé sur l’axiale boraine doivent passer par un tunnel. « C’est un bain de vapeur qui dure seulement six secondes. On entre avec son caddie et on reçoit des petits jets qui nous désinfectent totalement », décrit le gérant.

    Lire la suite

  • Coiffeurs fermés

    Le gouvernement a décidé mardi de fermer les salons de coiffure jusqu’au 5 avril. Il n’y a plus d’exception. Même avec rendezvous, même avec un seul client à la fois, tous les salons doivent fermer. En Wallonie, le ministre Willy Borsus proposera au gouvernement d’étendre aux coiffeurs l’indemnité de 5.000 € promise aux entreprises fermées en raison de la crise. En Région bruxelloise, les coiffeurs auront droit à une indemnité de 4.000 €. Un certain nombre de coiffeurs, furieux de ne pas être contraints à la fermeture comme la plupart des commerces non alimentaires, avaient menacé lundi de mettre le gouvernement en demeure si ce dernier ne modifiait pas sa politique en la matière.

  • Les brasseries tournent au ralenti

    Dans le secteur brassicole, on souffre. Notamment à Val-Dieu, où l’on venait d’entamer de gros travaux restructurant l’espace. La fermeture de l’horeca a provoqué l’arrêt de toute la production au fût. De nombreuses commandes ont Capture d’écran 2020-03-24 à 08.23.10.pngété annulées ou reportées, explique Alain Pinckaers, l’administrateur délégué : « On refait donc notre stock ». Ce lundi, une dizaine des 19 personnes du personnel étaient encore au boulot pour la production. Alain Pinckaers pensait avoir encore du boulot cette semaine, et peut-être la suivante. Ensuite, la brasserie sera probablement à l’arrêt. Quant au chantier de transformation de la brasserie (nouvelle brasserie, salle de dégustation, magasin), il est à l’arrêt depuis une semaine, entre autres parce que du matériel doit venir d’Italie. En attendant, les installations actuelles demeurent opérationnelles.

    Au Grain d’orge, à Hombourg, on tourne aussi au ralenti. « On ne livre presque plus rien. », explique Viviane Johnen. On produit environ la moitié de la normale, avec un personnel qui vient en alternance, ce qui permet de respecter plus facilement la distanciation sociale.

  • Annulation des marchés

    En raison des derniers événements, le Collège communal a décidé d'annuler les marchés du mardi et du dimanche jusqu'à nouvel ordre.
    Prenez soin de vous, restez chez vous.