Commerce - Page 3

  • Marchés rouverts à Aubel

    Aubel reverra débarquer ses ambulants mardi. On attend 10 à 15 échoppes et un public plutôt local de 300-400 personnes.

    Le dimanche, traditionnelement, Aubel voit affluer 5.000 personnes, dont nombre de Néerlandais et d’Allemands. Mais pour la reprise dominicale, le 24, il faudra s’en passer. Ce jour-là, le nombre d’échoppes frise souvent la cinquantaine. Certains occasionnels risquent dès lors de devoir s’en retourner, en faisant chou blanc, pour la reprise. À noter que les débits de boisson et les dégustations seront interdits, ainsi que le veut le fédéral.

  • 5.500 gels de la Cidrerie offerts

    La Cidrerie Stassen a produit du gel qu’elle a offert aux Aubelois.Capture d’écran 2020-05-13 à 08.13.51.png

    Depuis le début de la crise sanitaire, un bel élan de solidarité s’est mis en place à Aubel. Et ça continue. Dans les prochains jours, chaque habitant de plus de 12 ans recevra un flacon de 125 ml de gel hydroalcoolique fabriqué par la Cidrerie Stassen. Du gel déjà distribué à l’hôpital de Verviers, mais aussi à la maison de repos d’Aubel.

    Lutter contre la propagation du Covid-19, c’est devenu l’affaire de tous. Et ça, la Cidrerie Stassen l’a bien compris. En effet, la cidrerie aubeloise – qui fait partie du groupe Heineken – a décidé d’utiliser son excédent d’alcool issu de la désalcoolisation pour produire du gel hydroalcoolique. Ainsi, grâce à la désalcoolisation de deux bouteilles de cidre, elle peut créer un petit flacon de 125 ml de désinfectant. Grâce à ça, 5.500 flacons seront prochainement distribués aux habitants de la commune d’Aubel.

    UN FLACON PAR HABITANT

    « On va distribuer un touteboîte aux habitants pour les informer que des séances de distribution seront organisées sur rendez-vous au hall omnisports » explique Freddy Lejeune, le bourgmestre d’Aubel. Chaque habitant de plus de 12 ans recevra un flacon. « On a assez de flacons pour en garder en cas de besoin pour plus tard, comme par exemple la réouverture du marché », ajoute le bourgmestre.

    Lire la suite

  • Sur 4 hectares, Ben Stassen plante 16.250 pieds de vigne et compte vendre ses crus dès 2024

    Retour à ses racines, pour Ben Stassen ! Le réalisateur aubelois, auteur des films belges les plus vus de par le monde (Royal Corgi, Le voyage extraordinaire de Samy…) avec sa société de films d’animation nWave, s’investit dans le terroir aubelois. Avec son neveu, Charles Piron, celui qui était le fils d’un des patrons de la cidrerie portant son nom, se lance à son tour dans la production de breuvages alcoolisés, en plantant 4 hectares de vigne sur les hauteurs du village, près du Château Magis. Son nom : le vignoble du Bois de Loë. En fait, le domaine s’étendra sur 6,7 hectares, englobant aussi un espace pour le chai et un bois. Un endroit bien exposé, avec une pente de 10 à 15 degrés, où les deux Aubelois d’origine, entourés de quatre pros du secteur viticole, sont en train de planter 16.250 pieds de vigne sur l’équivalent de quelque 6 terrains de foot. Cette plantation est la concrétisation d’un rêve. Tout commence lors d’un repas de famille, voici dix mois, lors duquel Charles Piron, qui travaille dans la presse spécialisée dans le vin et pour une société qui organise de grands concours viticoles, signale à son oncle qu’une parcelle bien exposée et au sous-sol prometteur est à vendre, du côté du Château Magis. L’idée mûrit, comme le bon vin, se décante et bientôt, le duo se lance dans l’aventure, pétillante à souhait. Sur le terrain, cela se traduit ces dernières heures par la plantation des pieds. Ils sont mis en terre par des vignerons français, après que Ben Stassen et Charles Piron les ont pralinés dans du purin. Ensuite, il s’agit d’arroser chaque plant avec deux litres d’eau par pièce. Un sacré travail. Leur cheval de bataille : des cépages traditionnels. Les Aubelois n’ont pas opté pour des variétés hybrides, clonées pour mieux résister aux climats plus froids, comme chez Vin du Pays de Herve ou Vin de Liège. Non, ici, ils ont choisi du sauvignon blanc, du chardonnay destiné à produire des vins tranquilles ou des pétillants, du pinot meunier, du pinot noir et de l’auxerrois, qui donnera un peu de sucre. Une option traditionnelle qu’ont déjà choisie d’autres producteurs belges, comme le fameux Ruffus ou Chant d’Éole, mais aussi Benoît Heggen.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 mai 2020.

  • La brasserie du Val-Dieu primée pour sa liqueur

    La brasserie du Val-Dieu est connue pour ses bières mais bien moins pour sa liqueur. Et pourtant, elle vient de recevoir une médaille d’argent aux « World Liqueur Awards 2020 ». Cette liqueur est un distillat de la Grand Cru mélangé avec 18 épices différents. Elle offre un goût aux notes orangées tout en gardant l’amertume de la bière.

    Avec un message spécial pour les régionaux de la part de la Brasserie sur Facebook:

    Pour fêter ça, nous vous proposons de la (re)découvrir au prix occasionnel de 20€ ! 

    Livraison gratuite (et sécurisée !) à domicile dans un rayon de 25 kms autour de l’Abbaye du Val-Dieu.

    Commande en MP sur notre page Brasserie de l'Abbaye du Val Dieu ou par mail à sabine@val-dieu.com jusqu’au mercredi 06 mai inclus. 

    Livraison : vendredi 8 mai
    Prenez soin de vous et à bientôt

  • On rouvre les commerces, mais pourquoi pas les marchés ?

    Le 11 mai, ce sera au tour des commerces de rouvrir, gros ou petits. Une décision saluée par nos politiques verviétois. Mais une question se pose : qu’en est-il des marchés ? Depuis mi-mars, ils sont supprimés car ils constituent un rassemblement de personnes. Vendredi soir, la Première ministre n’en a pas parlé. Un oubli fâcheux pour bon nombre de commerçants ambulants. Notamment du côté d’Aubel où deux marchés hebdomadaire ont lieu. Freddy Lejeune, bourgmestre et boucher, déplore que ce point reste une interrogation : « On ouvre tous les commerces pour avoir plus d’équité entre eux, c’est très bien. Mais, certains producteurs comptent sur les marchés. Il y en a pour qui cela représente jusqu’à 50 %, voire la totalité de leur chiffre d’affaires. Je ne vois pas bien la logique qui permet d’ouvrir tous les commerces sans ouvrir les marchés. Mais ce n’est que mon avis personnel. » Le bourgmestre a d’ailleurs interrogé les services du gouverneur à ce sujet. 

    La boucherie du mayeur aubelois est restée ouverte, elle. Un commerce qui lui permet de prendre le pouls de la population et de cerner les pratiques de celle-ci. « La distanciation, ça commence à bien faire pour certains. Je vois qu’il y a de plus en plus de personnes qui préparent des grands soupers pour cinq ou six personnes alors que je sais très bien qu’ils sont deux ou trois à la maison. Je leur fais la remarque sur le ton de l’humour, mais je ne suis pas là pour faire la police. J’ai bien l’impression que les gens respectent un peu moins le confinement. »

    D'un article signé A.R. ET Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 avril 2020.