Automobile - Page 2

  • Programme 2019 chargé pour l’écurie WRT du Verviétois Vincent Vosse

    WRT a présenté son copieux programme jeudi soir dans ses ateliers de Baudour. L’équipe du Verviétois Vincent Vosse et d’Yves Weerts participera au DTM, à la Blancpain GT Series, au WTCR et au TCR Europe et Benelux.

    Pour son dixième anniversaire, l’équipe belge WRT va avoir en effet un calendrier très chargé. Aux habituels programmes en Blancpain GT Series et TCR, WRT va en plus découvrir cette saison le très relevé championnat allemand DTM. Deux Audi RS5 seront engagées pour le Sud-Africain Jonathan Aberdein et un pilote encore à confirmer.

    AVEC L’AUBELOIS CHARLES WEERTS EN BLANCPAIN

    Présente dans le championnat depuis son lancement, WRT va encore être fidèle à la Blancpain GT Series avec un engagement dans la version endurance et dans la version sprint (le World Challenge Europe). Deux pilotes belges y sont présents avec le pilote officiel Audi Dries Vanthoor et le jeune Aubelois Charles Weerts, 18 ans, qui vient de la F4.

    Trois Audi R8 LMS sont engagées en Endurance pour les équipages Vanthoor/Riberas/Perez Companc (Bel/Esp/Arg), Weerts/Breukers/Sanchez (Bel/PB/Mex) et Davies/Petit/McDowall (Aus/Fra/G-B).

    En sprint, quatre voitures seront confiées à Vanthoor/Perez Companc (Bel/Arg), Weerts/Mies (Bel/ All), Tunjo/Breukers (Col/P-B) et Davies/Gamble (Aus/G-B). Enfin, WRT participera aussi au WTCR, la Coupe du Monde des voitures de tourisme, avec des Audi RS3 LMS pour Jean-Karl Vernay (Fra) et Gordon Shedden (G-B). L’équipe sera aussi en TCR Europe et Benelux avec le jeune belge Maxime Potty et Santiago Urrutia (Uru).

  • « Je me verrais bien finir ma carrière au Japon »

    De retour depuis mercredi passé en Belgique, Bertrand Baguette repart dès samedi au Japon. À la veille d’entamer sa sixième année au Pays du Soleil Levant, le pilote de ThimisterClermont nous a accordé une longue interview. Il a notamment affirmé qu’il se verrait bien terminer sa carrière au Japon, un pays où il se sent particulièrement bien.

    Il est devenu papa il y a trois mois d’un petit Gabriel.

    « J’espère faire les 24H de Spa ».

    En passant du Nakajima Racing au Keihin Real Racing, Bertrand Baguette passe dans une autre dimension et les ambitions s’en trouvent nettement plus élevées. À tel point que la lutte pour le titre en Super GT est l’objectif avoué.

    D’UN REPORTAGE D’OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 22 janvier 2019.

  • Delhez sur un nuage, Baguette dans un sauna

    L’homme d’affaires d’Aubel et le pilote professionnel de Spa ont vécu des scénarios très différents lors du double tour d’horloge ardennais. Mais le pilote de la Lamborghini numéro 9 et celui de la seule Honda NSX sont fiers d’être venus à bout de cette édition particulièrement éprouvante.

    Pas de répit pour les héros. Ce lundi matin, Bertrand Baguette reprend l’avion pour son pays d’adoption, le Japon. 

    Pour Bernard Delhez, cette édition s’est déroulée comme dans un rêve :« Il s’agissait de ma première course de la saison et j’ai eu le plaisir de la vivre au sein d’une excellente équipe. Heureusement qu’à 52 ans, je peux compter sur une condition physique forgée par 6 à 8 heures de sports hebdomadaires. Nous n’avons pas rencontré de problèmes et, de mon côté, j’ai signé de bons chronos sans commettre d’erreur. Je suis très satisfait du résultat global qui s’est soldé par une 2e place dans la catégorie réservée aux pilotes amateurs. Notre 30e position au classement général démontre aussi à quel point le niveau de ces 24 Heures est devenu démentiel. C’est d’autant plus gratifiant de les terminer de cette façon. »

    D'un article de DOMINIQUE DRICOT dans LA MEUSE VERVIERS du 30 juillet 2018.

  • « Je vais perdre cinq kilos »

    Peu de Belges au départ des 24 Heures de Spa-Francorchamps, encore moins de régionaux. Parmi les rares ‘privilégiés’ au sein d’un plateau de plus en plus élitiste, Bernard Delhez, un Gentleman Driver, est un homme simple, discret et…. heureux.

    Lire la suite

  • L'Aubelois Charles Weerts s'impose aux Emirats

    Le jeune pilote aubelois Charles Weerts, qui a eu 17 ans jeudi passé, vient de remporter le championnat de Formule 4 des Émirats Arabes Unis, devant David Schumacher, le fils de Ralf. Une rampe de lancement idéale pour notre régional, qui prendra part au championnat allemand de Formule 4 cette saison avec de grandes ambitions.

    La Formule 4, c’est la suite logique du karting au niveau des monoplaces. Originaire de France, ce championnat s’est ensuite exporté vers d’autres pays et c’est notamment par là qu’est passé notre pilote de Formule 1 Stoffel Vandoorne. Si on parle aujourd’hui de la F4, c’est parce que le jeune Aubelois Charles Weerts vient de remporter, le week-end passé, le championnat des Émirats Arabes Unis, au nez et à la barbe de David Schumacher, le fils de Ralf.

    Tout juste de retour, Charles Weerts savoure ce qui constitue son premier titre international. « Le championnat des Émirats Arabes Unis, c’était en réalité un très bon moyen de s’entraîner durant l’intersaison pour la saison qui va démarrer en Europe. Cette année, je vais en effet prendre part au championnat allemand ADAC de F4 », détaille l’Aubelois.

    Et de revenir sur sa belle performance dans la péninsule arabique. « Le championnat a eu lieu sur six week-ends, avec quatre courses par week-end. La première a eu lieu fin décembre, la dernière ce week-end. J’ai pris part à ce championnat avec le team Dragon, qui résulte d’une collaboration entre Motopark, mon écurie de la saison passée, et un team de Dubaï. Je n’avais que 13 points d’avance avant le dernier weekend. Il faut dire que j’ai connu des problèmes de moteur, que je n’ai pas fini certaines courses, etc. Je n’ai pas été verni. Mais ce weekend, j’ai su tout rassembler pour remporter les quatre courses et signer trois meilleurs temps en course. La remise des prix a eu lieu le samedi soir et j’ai repris l’avion dimanche. C’est mon premier titre FIA, j’espère qu’il y en aura d’autres », explique encore Charles Weerts, qui prenait part à ce championnat avec la ferme intention de le remporter. « Au final, j’ai gagné le championnat avec plus de 50 points d’avance. »

    Place à présent au championnat allemand pour le jeune pilote aubelois de 17 ans, qui a fait ses débuts dans cette compétition en 2017 en tant que rookie (première saison).
    AMBITIEUX EN F4 ALLEMANDE
    « J’ai terminé vice-champion chez les rookies. Parmi les championnats de F4, l’Allemand et l’Italien présentent le niveau le plus relevé. La saison passée, j’étais chez Moto-park et cette saison, j’ai rejoint un team néerlandais, Van Amersfoort Racing, dans lequel Mick Schumacher, le fils de Michael, a fait ses débuts. C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience et mon objectif est clair : gagner ce championnat.
    Mais je sais qu’il sera long et que c’est impossible à dire maintenant. La saison démarrera début avril avec des essais officiels le 3 et le 4. La première course aura lieu les 14 et 15 avril. En tout, il y aura sept week-ends, dont un en Autriche et peut-être un en même temps que la F1 à Hockenheim. »
    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 7 mars 2018