Agriculture - Page 3

  • Le blues du dernier éleveur de lapins de Wallonie

    La photo a été prise à Fouron-Saint-Pierre, mais une partie des étables se trouve sur Aubel.

    Depuis des années, Christian Teller élève des lapins. Une passion que l’Aubelois a depuis qu’il est tout jeune et qui est devenue sa profession : il en vend 200.000 par an à la grande distribution. Or, cette passion devient de plus en plus difficile à exercer en Belgique. Christian Teller, le dernier éleveur de lapins de Wallonie, pointe plusieurs facteurs à cela : la concurrence déloyale des lapins étrangers qui inondent le marché et l’augmentation des coûts de production chez nous.

    Une page d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 avril 2019.

  • Le bétail a fondu dans notre région

    On dit souvent que les bovins sont responsables d’une bonne partie de l’effet de serre causant le réchauffement climatique. Mais en moins de 40 ans, le cheptel a diminué de 40 % chez nous !

    - 40 % de bovins, mais quasi autant de lait

    - 76 % d’exploitations

    Une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 4 mars 2019.

     

  • Un nouveau fromage produit à Herve

    Le voile est enfin levé sur la « Meule du Plateau », made in Herve. Le nouveau fromage, de type Comté, et la nouvelle fromagerie qui se cachent derrière ce nom ont été présentés ce mardi par Herve Société, qui est, comme nous vous l’annoncions le 29 janvier dernier, derrière ce projet.

    D'une page de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 février 2019.

    Lire la suite

  • 5.000 € de la province pour le vin du Pays de Herve

    La coopérative à finalité sociale « Vin du Pays de Herve » n’a qu’un an, mais avec 20.000 pieds de vignes, elle est plus que lancée dans l’aventure de la production de vin local.

    Elle vient de franchir une étape supplémentaire dans la reconnaissance de son projet, qui a désormais le soutien de la Province de Liège. Un subside 5.000 euros leur est octroyé. Depuis plusieurs années, la Province de Liège entend promouvoir une agriculture durable qui fait la part belle aux produits du terroir. Elle sait l’importance de soutenir et d’accompagner les initiatives favorables au développement du « consommer local ».

    « Nos Services agricoles travaillent au quotidien à la favorisation d’initiatives telles que celle de la coopérative “Vin du Pays de Herve”. Les façons de procéder sont multiples : aide à l’étiquetage, à la commercialisation, analyses pour répondre aux normes de l’AFSCA, conseils quant aux sols cultivés ou à la gestion… et aides financières d’accompagnement. Dans ce cas-ci, il était important à nos yeux de montrer notre soutien aux 380 coopérateurs en leur octroyant un subside de 5.000 € pour inviter à aller encore plus loin dans leur démarche encourageante » souligne André Denis, député provincial en charge de l’Agriculture, de la Ruralité et de l’Environnement. Et aller plus loin, c’est bien le but poursuivi par la coopérative qui œuvre à ajouter 4 hectares de vignes aux 4 hectares actuellement exploités entre Hombourg, Aubel et Clermont-sur-Berwinne.

    Michel Schoonbroodt, administrateur-délégué de la Coopérative Vin du Pays de Herve, ne cache pas sa joie : « Je suis heureux de recevoir ainsi le soutien de la Province dans ce projet ambitieux. Au-delà du vin, nous créons également une activité agricole durable, génératrice d’emplois et non délocalisable. Un nouveau patrimoine dont nos enfants seront fiers ».  

  • Le chai du Vin du Pays de Herve à Aubel ?

    La coopérative à responsabilité limitée et à finalité sociale Vin du Pays de Herve va doubler la superficie de son vignoble. Après avoir planté quatre hectares de vignes à Clermont (Crawhez), Aubel (Messitert) et Hombourg (Te Berg et Berlieren), elle se prépare à mettre en culture la même surface du côté de Hombourg et de Montzen, non loin du golf de Henri-Chapelle. L’opération est prévue pour le mois de mai, explique Michel Schoonbroodt, l’administrateur délégué de Vin du Pays de Herve.

    DU CAPITAL DÉPENDRA LE CHAI
    La coopérative cherche toujours à assurer l’augmentation de son capital. En trouvant de nouveaux coopérateurs, d’abord.
    De l’importance des nouveaux capitaux levés dépendra le profil et l’aspect du chai, explique Michel Schoonbroodt. Un bâtiment qui pourrait devenir un nouveau jalon touristique dans la région, à côté de la siroperie Nyssen ou de la fromagerie du Herve du Vieux moulin, par exemple.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 18 janvier 2019.