Activités culturelles - Page 5

  • Un Aubelois dans le clip des Kids United

    Les Kids United, ces enfants chanteurs, cartonnent avec leurs reprises. Leur dernier titre « l’Hymne de la vie » est une reprise du générique du dessin animé « Les mondes engloutis ». En quelques jours le clip, a déjà été vu à plus de 500.000 reprises. Parmi les figurants, qui s’adonnent notamment à de la peinture, on retrouve Tom, un Aubelois de 10 ans qui a déjà eu l’occasion de figurer dans un clip de Kendji Girac.

    Capture d’écran 2019-10-30 à 09.59.00.png

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 octobre 2019

  • Une grande expo dédiée à Hubert Grooteclaes

    Le 23 octobre 1994 décédait Hubert Grooteclaes. Le photographe né à Aubel en 1927 et ayant tiré le portait de grands artistes de son temps, comme Louis de Funès, Charles Aznavour ou encore Jacques Brel sera l’objet d’une grande exposition au centre culturel d’Aubel. Dès le 8 novembre, il sera possible d’admirer une fois encore ces fameuses photos qui montrent le pays de Herve comme nulle autre.

    Capture d’écran 2019-10-29 à 09.54.27.png

    AVEC DES ÉTUDIANTS DE ST-LUC

    Un grand honneur pour l’échevine de la culture Kathleen Perée. « Hubert Grooteclaes reste assez connu dans le village mais les plus jeunes ne savent pas toujours qui il est. C’est justement l’occasion de le faire découvrir. » En plus des photos de ce grand monsieur, l’exposition aura un autre volet. Les filles de l’artiste ont en effet contacté la section photographie de l’école de SaintLuc. Logique, Hubert Grooteclaes y a enseigné. Les étudiants ont été invités à se rendre à Aubel afin d’immortaliser la commune. « Le but n’était pas vraiment d’imiter Hubert Grooteclaes », signale Vincent de Waleffe, ancien élève et documentaliste qui s’occupe des œuvres de l’Aubelois. « D’ailleurs, en cours, il ne montrait jamais ses photos. L’exposition se tiendra du 9 au 24 novembre au centre culturel d’Aubel. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 29 octobre 2019

  • Meuh, on dirait bien du Dany Salme !

    Dany Salme est un artiste né à Liège, où il a obtenu un baccalauréat à l’Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc en 1987. Ses peintures associent les techniques de maîtres anciens à diverses influences, alliant réalisme et culture pop. Dany Salme s’inspire de son environnement, des vaches qui paissent dans la campagne d’Aubel où il habite mais aussi de souvenirs d’enfance et de l’univers Disney.

    PLUS VRAI QUE NATURE

    Observateur attentif du vivant, humain ou non, ses sujets de prédilection restent les animaux et les portraits. Pourtant son art peut dépasser la simple représentation, ses peintures sont souvent accentuées d’aspect surréaliste, de détails asymétriques et d’entités anthropomorphiques. Cela se voit surtout dans ses peintures murales psychédéliques et colorées, dont certaines peuvent être vues dans des endroits tels que le Pot au Lait, un bar bien connu au cœur de Liège. Pas si éloigné que ça des pâturages de ses petites protégées.

     

    Lire la suite

  • Le sol n’est pas stable, le chantier va coûter plus cher

    Du retard dans les travaux du centre culturel.
    Aubel ne possède malheureusement pas le sol le plus rigide de la région. Un inconvénient de taille alors que les travaux du centre culturel sont censés avoir démarré. Une étude est en cours afin de savoir quand seront finis ces travaux et combien ils vont coûter.
    Officiellement les travaux du nouveau centre culturel d’Aubel ont commencé le 30 septembre. Pourtant, les travaux sont bel et bien déjà à l’arrêt. Les essais de sol ont montré que celui-ci n’était pas stable au-dessus de 13m de profondeur. Tout est à refaire concernant les fonda- tions de ce bâtiment. Une nou- velle étude va être commandée afin de savoir comment on pour- ra construire ce fameux bâtiment.
    LA COMMUNE AVAIT PRÉVENU
    « J’avais averti l’ingénieur que le problème risquait de se présen- ter, mais il m’a dit que c’était bon », déplore Francis Geron, l’échevin des Travaux. « Malheureusement chez nous, nous n’avons pas de très bons sols. Un certain nombre de bâtiments chez nous sont sur des pieux afin d’avoir une plus grande stabilité. C’est le cas des halls sportifs par exemple. On va probablement devoir là aussi utiliser des pieux pour construire par-dessus. » En ce moment, on n’a aucune idée de la somme que la commune devra débourser en plus pour faire ces aménagements. L’échevin Geron estime à la louche qu’il faudra compter 200.000 € de plus que les 3,9 millions prévus. En ce qui concerne le retard, là aussi, la commune est dans le flou. « On va essayer de réaliser cette étude le plus vite possible. L’ennui, c’est qu’il faut trouver des gens disponibles pour faire le travail et on va tout doucement rentrer dans une période qui sera moins favorable pour les travailleurs du bâtiment », peste Francis Geron.
    « J’ai bien peur que ça nous reporte d’un an dans la fin des travaux », se désole le bourgmestre. « On attend avec impatience les résultats de l’étude afin de savoir ce qu’il en est exactement. »

    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 10 octobre 2019.