Activités culturelles - Page 4

  • Centre culturel : les travaux débutent lundi

    Avec plus de deux mois de retard, les travaux du centre culturel d’Aubel vont enfin pouvoir commencer. Les premiers coups de pelle retentiront ce lundi.

    Le début des travaux du centre culturel aurait en principe dû commencer fin du mois de septembre. Malheureusement les sols peu stables de la région en ont décidé autrement. Des essais ont en effet montré qu’en dessous de 13 mètres de profondeur, le sol ne permet pas la construction du bâtiment. Il faut d’abord planter des pieux dans la terre afin qu’elle puisse supporter cet imposant édifice ce qui n’était pas prévu à l’origine. Après avoir bataillé pour obtenir un prix correct de la part des entrepreneurs, Francis Geron, l’échevin des Travaux, peut enfin l’annoncer : le chantier démarrera ce lundi 9 décembre.

    DEUX ANX DE TRAVAUX

    Le chantier doit en principe durer deux ans. Il devrait donc être terminé à l’horizon de 2022. Il s’agit là d’une entreprise qui devait à l’origine coûter 3,9 millions d’euros. Suite aux retards et à l’installation de pieux pour stabiliser le terrain il grimpait de 130.000 € pour dépasser ainsi le palier de quatre millions.

    Pour rappel, l’état des sols à Aubel était bien connu de l’échevin Geron qui en avait touché un mot aux entrepreneurs. Celui-ci lui avait à l’époque assuré qu’il ne devrait pas poser de problème.

    AUCUN SUBSIDE

    Ce dont on se souvient peu c’est que si on estimait le coût du projet à 3,9 millions, en février le collège n’avait prévu que 3,6 millions au budget. La majorité estimait en effet pouvoir faire jouer la concurrence lors des appels d’offres et faire ainsi diminuer les coûts. Un pari qui s’est avéré perdant.

    Cette somme énorme avait fait grincer les dents de l’opposition qui déplore qu’aucun subside ne soit attaché à ce projet « mammouth », comme l’avait appelé Benoît Dorthu, l’échevin des Finances, en février dernier. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 5 décembre 2019.

  • Pour les 20 ans d'A Piacere

    Le temps passe et nous rapproche de l'événement à savoir le concert du Belgian National Youth Choir, BEvocaL le dimanche 1er décembre à Aubel. 
    Le chant lie, soutient et enrichit chacun !
     
    Le groupe vocal A Piacere fête cette année ses 20 ans d’existence. Pour célébrer l’événement en musique, il a invité le Chœur National des Jeunes de Belgique, BEvocaL, à venir chanter dans l’église d’Aubel, le dimanche 1er décembre à 15 heures. C’est la première fois que ce Team Belgium du chant choral viendra en région francophone, en province de Liège.
     
    BEvocaL rassemble des chanteurs âgés de 18 à 30 ans issus des 3 communautés de notre pays, créant ainsi une coopération artistique originale. Cet ambassadeur musical des scènes nationales et internationales s’est produit fin août 2019 à la Nuit des Chœurs à Villers-la-Ville devant des milliers de personnes.
     
    Dans un répertoire varié, allant de Brahms à Queen, tout en revisitant même des airs d’opéras, BEvocaL est emmené par Maria van Nieukerken, une cheffe néerlandaise renommée et dynamique.
     
    La durée du concert est de 2 fois 40 minutes. Les places, certaines numérotées, sont en prévente à 12 euros et à 15 euros le jour du concert. Entrée gratuite pour les enfants jusqu'à 12 ans accomplis.
     
    Places en vente  au Press Shop à Aubel. 
    Renseignements : 0486/286 482
     

  • 130.000 € à payer en plus pour le centre culturel

    Un des gros projets dont tout le monde parle à Aubel, c’est le chantier du nouveau centre culturel. Un chantier de plusieurs millions, qui a été financé sans subside sous la législature précédente, ce que reproche l’opposition. Le budget de ce projet grimpe encore avec des travaux inattendus. Début octobre, le chantier était stoppé avant même le premier coup de pioche. Le sol peu stable nécessitait l’installation de pieux dans la terre afin de pouvoir bâtir cet imposant édifice.
    PLUS DE 4 MILLIONS
    Après négociations, le budget de ces travaux a enfin été fixé. La commune devra débourser 130.000 € de plus.
    Le budget du centre grimpe donc à plus quatre millions d’euros. Auparavant, il était fixé à 3,9 millions.
    Selon Francis Geron, l’échevin des Travaux, ces travaux de stabilisation du sol devraient commencer avant les vacances de Noël. Les travaux auront donc été retardés de plus de deux mois. Au total, le chantier devrait durer deux ans.
    Une situation que déplorait Francis Geron, qui connaissait l’état des sols dans la région et qui avait averti l’entrepreneur en charge des travaux que la probabilité d’utiliser des pieux était très grande.
    Ils devront descendre à 13 m afin de s’appuyer sur un sol plus stable.

    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 19 novembre 2019.

  • Hubert Grooteclaes : une trajectoire peu commune

    Né à Aubel dans le pays de Herve en 1927, Hubert Grooteclaes a vécu plus de trente ans de sa vie à Embourg, avec sa femme Ninette et ses trois filles, Marianne, Pascale et Madeleine. Fils de fromagers, il pense à une carrière artistique mais les difficultés de l'après-guerre contrarient ses projets. Après le travail à la fromagerie, il colorie les portraits des célébrités du monde du spectacle et à 27 ans, il reçoit son premier appareil photo.

    Premier à avoir réussi le pari de faire entrer la photographie dans les galeries de peintures, il fut un photographe actif doublé d’un enseignant généreux. Autodidacte, il pratique d’abord la photographie en amateur pour ensuite entrer comme stagiaire chez un professionnel dont il s’émancipe rapidement pour ouvrir son propre studio à Liège galerie Cathédrale. Spécialisé au départ dans l’art du portrait, fasciné depuis l’enfance par le monde du spectacle, il s’attache dans les années 1950 et les années 60 à immortaliser sur pellicule les vedettes de l’époque telles qu’Yves Montand, Danièle Darrieux, Jacques Brel, Romy Schneider, Jean Marais… et Léo Ferré dont il devient un ami intime jusqu'à la mort de ce dernier.

    Audacieux et éclectique, il élargit sa palette en créant ses premiers « photographismes » au début des années 1960. Autant d’images abondamment utilisées pour des affiches, des pochettes de disques (Léo Ferré, Jacques Brel, Sammy Davis Jr, Françoise Hardy, Charles Aznavour…) et des couvertures de livres. Par ailleurs, les sixties inaugurent la longue suite des voyages et expositions en Belgique et dans le monde ainsi que la multiplication des techniques, telle que ses célèbres photos floues, coloriées à la main d'où se dégagent poésie et mélancolie.

    Enseignant à l’Institut supérieur Saint-Luc à Liège pendant près de 20 ans,  et maître de stage aux Rencontres Internationales de la Photographie à Arles, Hubert Grooteclaes est invité à participer à quelques missions artistiques et reçoit en 1993 le premier « Prix SABAM » consacré à la photographie pour l’ensemble de son œuvre.

    Hubert Grooteclaes est décédé à Embourg le 23 octobre 1994.

  • Exposition à la mémoire de Hubert Grooteclaes et de sa vision du pays d’Aubel

    Pascale, Marianne et Madeleine ont décidé de rendre un hommage à la mémoire de leur père, Hubert Grooteclaes décédé, il y a 25 ans.

    Sous forme d’un retour aux sources, le célèbre photographe liégeois étant originaire d’Aubel, elles se sont adressées au Centre Culturel local pour monter une superbe exposition présentant un ensemble de paysages de la région d’Aubel et Pays de Herve qu’il aimait temps.

    Exposition St Luc

    Comme leur père fut pendant de nombreuses années professeur à la célèbre école supérieure des arts à Liège, elles ont également décidé d’associer l’ESA Liège (Saint Luc) sous forme d’une exposition annexe qui se tiendra dans la petite galerie du Centre Culturel. Sur une cinquantaine d’élèves ayant rentrés un projet sur le thème « Aubel vu par les élèves de la section photographie », une vingtaine d’entre eux présentera sa vision de la petite ville du plateau de Herve ainsi que de ses alentours. (Dossier et photos en annexe)

     

    Spectacle d’eRno Le Mentholé

    A l’occasion du vernissage, le 8 novembre, eRno Le Mentholé proposera une lecture en musique de textes de Léo Ferré, grand ami d’Hubert Grooteclaes (présentation de l’artiste en annexe). Ces textes ont été écrits pour une quinzaine de photos de l’artiste liégeois et publiés dans un portfolio « L’éternité de l’instant » aux Editions du Perron à Liège en 1984.

    Informations pratiques :

    Celle-ci se tiendra : les samedis et dimanches, 9 et 10 – 16 et 17 – 23 et 24 novembre 2019 de  10.00  à 17.00 heures – ou sur rendez-vous en vous adressant à Pascale Grooteclaes, 0496/067971.

    Vernissage le vendredi 8 à 18.30 – spectacle d’eRno Le Mentholé à 20 heures

    Adresse : Place Albert 1er, n°8a, premier étage du Centre Culturel