- Page 4

  • Aubel l’emporte au mental : « Une victoire avec les tripes » s

    Si l’on revenait un an en arrière, Aubel aurait plus que certainement perdu la rencontre de ce dimanche face à Geer. Après une ouverture du score de Colling à la 15e minute et une bonne première période, les hommes de Niro ont ensuite su faire le dos rond et n’ont pas encaissé, notamment grâce à une très belle prestation de Laurent Beckers dans les buts. « On a été dans le dur aujourd’hui contre une équipe qui n’a rien lâché. On a encore le stress du début de saison qui prend le dessus, encore plus chez nous, mais on a su tenir », affirmait le coach aubelois après le match. « Il y a eu une mi-temps pour chaque équipe. On a fait preuve de caractère et on est allé chercher cette victoire avec les tripes.

    D'un article de NICOLAS EVRARD à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 21 septembre 2020

    Lire la suite

  • Aubel gagne à Bastogne, Spa battu à Lommel

    Ce dimanche, Aubel avait enfin son premier match officiel après plusieurs mois d’arrêt. Pour le compte du tour préliminaire de la Coupe AWBB, les troupes d’Arnaud Lardinois mettaient le cap sur Bastogne, également équipe de Régionale 2.

    Romain Klassen et les Aubelois rejouent déjà jeudi soir. © Cl.D.

    Après un premier quart assez compliqué, les Herbargers sont parvenus à hausser leur niveau de jeu pour se rendre la partie plus simple.

    Face à une équipe luxembourgeoise volontaire mais intrinsèquement inférieure, les Aubelois ont assuré durant les trois derniers quarts pour assurer leur qualification pour le tour suivant (61-82 au final).

    Ils rejoueront déjà ce prochain jeudi en 32 e de finale face à la Régionale 1 de l’Union Huy Basket. « On a connu un premier quart dans la continuité de notre off-day vendredi soir à Saint-Louis en match amical », souligne Arnaud Lardinois, le coach aubelois. « Après un petit remontage de bretelle, les gars ont livré un excellent 2 e quarttemps avant de gérer la deuxième mi-temps. Il y a encore de nombreuses choses à améliorer et il faut savoir que ce n’était que notre troisième match depuis le début de la préparation. Puis avec le covid, l’ambiance qui règne durant les matchs est assez particulière. »

    D'un article de C.B. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 21 septembre 2020

  • AUBEL B - MCS LIÈGE : 2 - 3

    Les buts: 10e Palleschi (0-1), 13e Meyers (1-1), 26e El Garrouji (1-2), 80e Palleschi (1-3), 90e Marlet (2-3).

    Aubel B: Massart, Malta, Dumont (35 e C. Beckers), Lennertz, L. Dejalle, C. Dejalle (80e Tricha), Ernst, Marlet, Meyers (65e L. Beckers), Ernst, Schonbrodt.

    MCS Liège: Afkir, Di Crescenzo, Trubia, Dioum, Schurgers, Asrar, El Garrouji (81e Lavaccara), Conrad (63e Amrani), Sferrazza (46 e Colombi), Ben Abdeslam, Palleschi.

    Cartes jaunes: Amrani, Ben Abdeslam.

    Arbitre: M. Kizedioko.

  • Niro : « C’est un match à 6 points »

    Après la défaite inaugurale à Beaufays dimanche dernier, Aubel est déjà dans l’obligation de s’imposer ce dimanche face à Geer, pour sa première sortie à domicile dans ce championnat 2020-2021.Capture d’écran 2020-09-19 à 08.29.56.png

    « C’est un match à 6 points contre une équipe de Geer qui a l’ambition d’intégrer la première moitié du tableau. Si on veut vivre une saison plus ou moins tranquille, il faut la même détermination qu’en fin de saison dernière. Or, dimanche dernier à Beaufays, si on n’a eu à rougir de notre prestation, on a par contre connu de gros soucis au niveau du mental, de l’agressivité et de l’esprit de compétition. On n’a pas témoigné de la mentalité que je veux voir sur un terrain et on a donc failli à notre tâche sur ce planlà… », développe Tony Niro, qui poursuit sa théorie :

    « En foot, il faut pratiquement gagner un match sur deux. Après la saison dernière que les joueurs ont vécue (NDLR : et le sauvetage sur le fil), il ne faut pas recommencer avec ce doute et pour ne pas douter, il faut une victoire ce dimanche. Il ne faut pas se dire qu’il restera encore 28 matchs après, c’est un très mauvais calcul. Il faut prendre tous nos matchs comme des finales de Coupe », assène-t-il avec la détermination qui le caractérise. Pour la venue de Geer, Tony Niro sera privé, pour diverses raisons, de Van Hoof, Bauduin, Roex, Nalbou et Kerff, tandis que Meyers est incertain.

    Exceptionnellement, le coach aubelois ne dispensera pas d’entraînement ce samedi matin. « C’est le premier samedi de congé », confie encore Tony Niro. 

    O.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 19 septembre 2020

    Lire la suite

  • 11 nouveaux cas à Aubel

    Sciensano enregistre un nombre affolant de nouveaux contaminés pour une bonne raison

    Sciensano a enregistré 201 nouveaux cas de covid entre ce jeudi et ce vendredi dans la région verviétoise. Une augmentation anormale qui est notamment due à des retards dans le traitement des données mais aussi à des clusters.

    Les chiffres du jour de Sciensano font tourner la tête. Alors qu’on s’étonnait de ne pas spécialement voir d’augmentation au jour le jour de nouveaux cas de covid ces dernières semaines, la vision des tableaux de l’institut scientifique fait l’effet d’une claque. Entre les chiffres de jeudi et vendredi, on assiste à l’arrivée de 201 nouveaux cas en région verviétoise. Sachant que jeudi, on comptait 2.477 cas depuis le début de la crise dans la région, voir que l’on augmente en 24h de plus de 8 % fait froid dans le dos.

    En allant dans le détail, on constate aussi que Verviers à elle seule a enregistré 73 nouvelles contaminations. Un grand nombre de communes semblent touchées, les petites comme les grandes, puisque Dison a enregistré 20 nouveaux cas. Ils sont 13 à Herve, 11 à Jalhay et Aubel, 9 à Spa et Pepinster…

    PROBLÈME DANS LES LABOS

    Mais comment expliquer que la région souffre à ce point ces dernières heures ? Il s’agit en fait des aléas de la science. Vu que l’on teste plus, les laboratoires peinent à suivre la cadence. Leur matériel est saturé et ils peinent à envoyer toutes les données au même moment. Il s’agit là en fait de données comprenant plusieurs jours qui n’ont pu être traitées directement par un des laboratoires de la région et qui ont été envoyées d’un coup, nous apprend le service presse de Sciensano.

    Il y a également un plus grand délai avant d’analyser les échantillons, nous explique un médecin de la région verviétoise. « Maintenant, on fixe les échantillons dans un liquide, ce qui permet qu’il ne se dégrade pas pendant 24 à 48h. Et donc, on peut analyser plus tard, quand on a le temps. Parce que même s’il y a plus de bras pour effectuer les tests, ça ne veut pas dire qu’on a le matériel en suffisance pour suivre en laboratoire », détaille le professionnel de la santé.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 19 septembre 2020