- Page 3

  • TRUBLION AU TROU

    Vendredi, vers 18 heures, un Aubelois né en 1996 a été intercepté par la police, alors qu’il faisait du grabuge en rue Capture d’écran 2020-04-27 à 08.32.37.pngdans sa localité, renversant des poubelles et hurlant. Les policiers n’ont pas tardé à l’identifier : le jeune est très connu des services. La suite est alors plutôt animée. Le gaillard se rebelle, insulte les représentants de l’ordre, crache vers eux et les menace même de mort.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 27 avril 2020.

  • On rouvre les commerces, mais pourquoi pas les marchés ?

    Le 11 mai, ce sera au tour des commerces de rouvrir, gros ou petits. Une décision saluée par nos politiques verviétois. Mais une question se pose : qu’en est-il des marchés ? Depuis mi-mars, ils sont supprimés car ils constituent un rassemblement de personnes. Vendredi soir, la Première ministre n’en a pas parlé. Un oubli fâcheux pour bon nombre de commerçants ambulants. Notamment du côté d’Aubel où deux marchés hebdomadaire ont lieu. Freddy Lejeune, bourgmestre et boucher, déplore que ce point reste une interrogation : « On ouvre tous les commerces pour avoir plus d’équité entre eux, c’est très bien. Mais, certains producteurs comptent sur les marchés. Il y en a pour qui cela représente jusqu’à 50 %, voire la totalité de leur chiffre d’affaires. Je ne vois pas bien la logique qui permet d’ouvrir tous les commerces sans ouvrir les marchés. Mais ce n’est que mon avis personnel. » Le bourgmestre a d’ailleurs interrogé les services du gouverneur à ce sujet. 

    La boucherie du mayeur aubelois est restée ouverte, elle. Un commerce qui lui permet de prendre le pouls de la population et de cerner les pratiques de celle-ci. « La distanciation, ça commence à bien faire pour certains. Je vois qu’il y a de plus en plus de personnes qui préparent des grands soupers pour cinq ou six personnes alors que je sais très bien qu’ils sont deux ou trois à la maison. Je leur fais la remarque sur le ton de l’humour, mais je ne suis pas là pour faire la police. J’ai bien l’impression que les gens respectent un peu moins le confinement. »

    D'un article signé A.R. ET Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 avril 2020.

  • Le confinement suspend les activités de l'Amitié de l'Age d'or aubelois

    AMITIE DE L'AGE D'OR AUBELOIS

    Suite à la prolongation des mesures de confinement, nous sommes au regret de vous signaler que les activités prévues au mois de mai sont malheureusement annulées.

    Il s’agit notre après midi à Banneux du 14 mai et de notre pèlerinage à Bouge du 20 mai.

    En ce qui concerne la suite de nos activités, nous ne manquerons pas de vous tenir informés en temps utile.

    Prenez bien soin de vous et de tous ceux qui vous entourent.

    Pour le comité,

    Hubert DENIS,
    Président.

  • Tchalou reste en Ligue A, Aubel dans l’attente

    Capture d’écran 2020-04-25 à 12.13.48.pngC’était attendu, c’est officiel : Tchalou sera toujours en Ligue A la saison prochaine, comme le lui a confirmé hier la Fédération belge de volley. Un soulagement pour le club de la région de Charleroi qui avait déposé une réclamation suite à sa descente en Ligue B. Dans l’attente de cette décision, Tchalou avait conclu un accord avec Aubel pour fusionner les deux clubs. Aubel devait accéder à la Ligue A mais, pour diverses raisons, devait renoncer à cette montée. En fusionnant les deux clubs, Tchalou conservait sa place en Ligue A en prenant la place d’Aubel. Et Aubel prenait la place de la 2e équipe de Tchalou en Nationale 3. La deuxième équipe aubeloise évoluant en promotion.

    La décision favorable à Tchalou fait que le club carolo n’a plus besoin de cette fusion avec Aubel pour jouer en Ligue A. Mercredi, lors d’une conférence de presse, les dirigeants de Tchalou avait annoncé vouloir respecter cet accord. « Et même si au final, on obtient ce qu’on veut sans devoir passer par cette fusion, l’accord de collaboration avec Aubel restera en place » disaientil.

    Cet accord de fusion entre Tchalou et Aubel doit surtout, comme nous le précisions dans nos éditions de jeudi, recevoir l’aval de la Ligue francophone de Volley pour être officialisé. Il faudra donc attendre cette décision pour savoir comment les équipes aubeloises évolueront la saison prochaine. 

     

  • Dison et Aubel à la bonne place le bon jour

    S’il avait été à son terme, le championnat de P1 aurait pris fin ce dimanche. Mais avec la crise du Coronavirus, il s’est achevé le 8 mars pour le plus grand bonheur de Dison et Aubel…

    Les Disonais ne pensaient sûrement pas qu’ils avaient fait le pas décisif vers la D3 amateurs en battant (2-0) Fize le Capture d’écran 2020-04-25 à 08.32.47.png8 mars. Et Aubel, en levant les bras après sa victoire (1-0) contre Ougrée, ne se disait sans doute pas qu’il venait d’assurer son maintien. Quelques jours plus tard, les championnats étaient interrompus. Et le 27 mars, l’ACFF décidait de stopper définitivement les compétitions et de désigner, dans chaque série, le(s) montants(s) et les descendants à l’aide d’un coefficient. Coefficient qui n’était pas vraiment nécessaire en P1 puisque les 16 équipes avaient toutes disputé 23 matchs. La lecture du classement donnait ainsi Dison champion et Wanze/ Bas-Oha montant en D3 amateurs puisque Tilleur ne renouvelait pas sa présence en D2 amateurs. À l’autre bout du classement, Amblève, Ougrée et Minerois descendaient en P2, accompagné par Weywertz suite à la descente de Huy de D3 amateurs en P1.

    Capture d’écran 2020-04-25 à 08.31.10.pngAvec cet arrêt brutal de la compétition et le système employé pour désigner les montants et descendants, trois clubs auront été à la bonne place le bon jour : Dison, Wanze-Bas-Oha et Aubel.

    Hormis une 12e place à l’issue de la première journée, une 10e après trois journées et une 12e après la quatrième journée, les hommes de René Ernst d’abord, Tony Niro ensuite ont toujours été sur une place descendante. Et le plus souvent à la 15e ou 16e place. Revenus à la 14e place au soir de la 21e journée, ils ont fait le bond décisif avec leur victoire contre Ougrée. Et, au-delà, un 10 sur 12 après la trêve de fin d’année. Au moment de clôturer 2019, ils avaient huit points de retard sur Weywertz qu’ils allaient dépasser, pour une victoire de plus, pour assurer leur maintien.

    D'un article de J.-M. M. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 25 avril 2020.