- Page 3

  • Florian Heydens arrive dans la défense de Tony Niro

    Entraîné par Marc Wilmots en 2014.Capture d’écran 2019-11-26 à 10.09.46.png

    Le défenseur aubelois Florian Heydens a connu Marc Wilmots comme entraîneur lors de l’année de la Coupe du monde au Brésil. C’était lors de son passage à Visé. Le Haccourtois a les yeux qui pétillent quand il explique ces instants de sa jeune vie…

     

    Lire la suite

  • 5 champions de Belgique au club de Welkenraedt

    La pratique du tir à l’arc est fort peu répandue dans notre région. Du moins, c’est ce que l’on imagine… À l’archerie d’Intertir à Welkenraedt, quarante-six membres, dont une vingtaine de jeunes, pratiquent pourtant régulièrement ce sport.

    Plusieurs d’entre eux se sont d’ailleurs distingués lors des derniers championnats de Belgique de la discipline. L’arrondissement de Verviers compte actuellement 4 clubs de tirs à l’arc : l’Archery club à Recht, sur le territoire de la commune de Saint-Vith, les Archers de l’ordre du Chuffin à Theux, la confrérie des archers spadois et enfin les White Bear à Welkenraedt. C’est en 2006 que cette section a vu le jour au sein d’Intertir, l’association qui regroupe les différentes sociétés de tir locales.

    « À l’époque, quelques passionnés s’entraînaient régulièrement. Quatre ou cinq jeunes prenaient part à l’entraînement, mais il n’y avait pas de réelle structure qui leur était destinée », se souvient Philippe Lorquet, l’Aubelois responsable de l’archerie.

    D'une article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2019.

  • Aubel et ses vieilles enseignes du XVIIIe siècle

     

    Nos villes et nos villages conservent un grand nombre d’anciennes enseignes sculptées. Leur origine remonte à la construction des façades auxquelles elles ont été intégrées.

    Ces enseignes servaient généralement à désigner les maisons des négociants par un titre quelconque choisi par le propriétaire sans nécessairement un lien avec l’objet du commerce. C’est un choix personnel, parfois religieux, parfois personnel, parfois original. Très souvent, elles se rencontraient sur les façades des auberges et des cabarets. Tout le monde savait où se trouvait l’auberge Au blanc cheval, quand on donnait un rendez-vous dans cette auberge !

    Chez nous, la ville de Liège est très riche en vieilles enseignes. Mais, la ville championne est sans doute Maestricht avec ses 178 enseignes anciennes. On y trouve un grand nombre de thèmes, dont beaucoup ne manquent pas d’originalité. Les sujets sont historiques, religieux, humoristiques ou simplement figuratifs.

    Au XVIIIe siècle, Aubel jouit d’une grande prospérité, grâce à sa position au cœur du Duché de Limbourg (Limbourg, Dalhem, Fauquemont et Rolduc), mais surtout grâce à sa position sur la ligne qui délimite les terres de labour (céréalière) au Nord et les terres de pâturages (lait, beurre, fromage, …) au Sud. La preuve en est le succès exceptionnel de son marché institué le 28 août 1630.

    Comme le marché se tient à cette époque le lundi, les ambulants doivent se déplacer le dimanche pour rejoindre les places d’Aubel. Les auberges et les cabarets vont donc se multiplier. Et avec eux, les enseignes originales. Ces jolies pierres, souvent au-dessus des portes ou dans la façade, caractérisent le commerce. Toutefois, en 1778, une enseigne d’un cabaret de Fexhe-Slins annonce : « J’existe et embellis la rue ». C’est bien là sa raison d’être !

    Lire la suite

  • Marchant, 28e à Levi, est soulagé

    Pour son grand retour en Coupe du monde, 1.051 jours après sa terrible blessure encourue à Adelboden en janvier 2017, Armand Marchant a parfaitement réussi son coup. Sur le slalom de Levi (Finlande), le skieur thimistérien a su se placer parmi les 30 meilleurs de la première manche et s’est finalement classé 28 e au terme de la seconde. De quoi marquer trois points et ouvrir une deuxième place pour la Belgique sur le slalom en Coupe du monde.

    « C’est un gros soulagement, je suis content de ma journée. Il a fallu beaucoup de travail pour arriver là et ça a été récompensé », nous a confié, heureux, Armand Marchant ce dimanche, quelques heures après sa 28 e place finale au slalom de Levi (Finlande). Une épreuve qui marquait l’ouverture de la Coupe du monde 2019-2020 de la spécialité.

    Cette 28e place, qui lui rapporte trois points, a évidemment une saveur toute particulière pour le talentueux skieur de Thimister-Clermont, qui effectuait ce dimanche son grand retour au plus haut niveau du ski mondial, 1.051 jours après la terrible blessure encourue à Adelboden, en janvier 2017. Une blessure complexe (fracture du plateau tibial, déchirure des ligaments croisés et du ménisque) qui a nécessité 7 opérations.

    La 28e place décrochée ce dimanche, outre la dimension psychologique importante qu’elle représente vu le parcours du combattant que le skieur a traversé depuis janvier 2017, a d’autres effets bénéfiques. À commencer par une amélioration sensible de son classement mondial. Actuellement 54°, Armand Marchant devrait grimper aux alentours du top 40, voire 30. Et puis, sa prestation finlandaise offre une deuxième place à la Belgique pour la prochaine manche de Coupe du monde de slalom. Ce sera à Val d’Isère mi-décembre.


    Armand Marchant, dont la suite du programme dépendait de ce qui allait se passer ce dimanche, en sera. Et ce, sans devoir passer par des manches de Coupe d’Europe pour assurer sa participation. Il peut donc dès à présent préparer le prochain rendez-vous mondial, qui constituera sa prochaine compétition. «Je rentre en Belgique en ce début de semaine puis je retournerai en France pour m’entraîner », conclut le Thimistérien, qui a pleinement réussi son retour au plus haut niveau mondial ce dimanche.


    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 25 novembre 2019.

  • Aubel continue sa marche en avant

    Ce dimanche, Aubel espérait bien enchaîner un neuvième succès de rang avec la réception de Neufchâteau. Une tâche a priori abordable pour les Herbagers qui devaient jouer face à un adversaire qui avait 4 victoires en neuf matchs.

    Pourtant, ce sont les Luxembourgeois qui entamaient le mieux les débats. Après le premier quart-temps, Aubel se retrouvait mené 15-22. La tendance allait rapidement s’inverser en faveur des hommes d’Arnaud Lardinois. Les Aubelois allaient livrer un très gros 2e quart en plantant 29 points pour seulement 13 encaissés. De quoi mener 44-35 à la pause.

    Dans le troisième quart, les locaux continuaient à gérer les débats même si Neufchâteau ne lâchait rien. Avant les dix dernières minutes, le score était de 57-47 en faveur des Aubelois. Le dernier quart allait voir les visiteurs s’écrouler totalement. Aubel n’en demandait pas tant et la 9e victoire consécutive tendait les bras à Bousmanne et ses équipiers (78-56 au final).

    De quoi satisfaire le coach Arnaud Lardinois. « Nous avions pourtant bien commencé par un 7-0 » dit Arnaud. « Puis le temps-mort adverse nous a fait mal car nous avons pris un 015. De quoi courir après le score durant le premier quart.

    Les gars n’ont pas paniqué et ont ensuite déroulé leur basket. Nous avons planté 29 points dans le 2e quart et puis nous avons pu gérer le score. » Aubel conforte un peu plus sa première place mais Arnaud Lardinois ne peut s’empêcher de pousser un coup de gueule. « Nous sommes certainement la seule série au monde tous sports confondus où le premier ne montera pas directement », déplore le coach aubelois. « Il faut que ce système change. On va jouer des playoffs et on sait que ce sera la forme du jour qui décidera de tout. Si on joue Mons avec quatre ou cinq joueurs de D1, l’avantage du terrain ne servira à rien. C’est vraiment dommageable. »

    C.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 25 novembre 2019.

    Lire la suite