- Page 2

  • Olivier Meyers et Aubel veulent aller mieux

    Le médian aubelois en est déjà à sa 7 e saison en équipe fanion. © FH

    Le choc psychologique pour Aubel n’aura donc pas eu lieu dimanche dernier à Ougrée suite à l’intronisation de Tony Niro à la tête du club.

    Revenu avec 9e défaite en 11 matchs de la banlieue sérésienne, où Ougrée finissait même la rencontre à 10 joueurs, cela ne présage rien de bon pour la suite des événements…

    Mais avec Tony Niro à la barre, on sait qu’il est possible de franchir des montagnes à la condition que tous les jeunes Aubelois tirent à la même corde et sachent surtout se faire mal et se remettre en question. « C’est clair que l’on Capture d’écran 2019-10-30 à 10.11.59.png
    espérait un choc psychologique dimanche à Ougrée, mais il n’est pas venu », signalait Olivier Meyers (24 ans), le gars de Teuven. « La nomination du nouveau coach et surtout la démission de René Enst m’ont surpris ! C’était plutôt inattendu, même si la situation au classement est ce qu’elle est… J’apprécie beaucoup René (Ernst). C’est un très bon coach, qui a fait beaucoup pour le club. Avec notre 4/30, certains joueurs ont perdu confiance et le changement d’entraîneur peut justement rebooster certaines personnes. »

    Bien entendu, le n° 14 aubelois espère et veut que cela aille mieux, pour lui comme pour son club. « Tony Niro va nous apporter son expérience, nous insuffler son caractère et sa mentalité. Ce sont des valeurs qui vont nous permettre de nous en sortir. Notre nouveau coach ne laisse rien au hasard. Nous devons apprendre de nos erreurs. Il peut relancer la machine, mais ce seront toujours les joueurs qui resteront maîtres du jeu. Nous repartons ainsi d’une page blanche et cela va donner un nouvel élan à l’équipe. »

    Le médian aubelois, qui en est déjà à sa 7e saison en équipe fanion chez les « Vert et blanc » espère évidemment ne pas connaître la relégation. Il reste encore 19 matchs à disputer, mais il devient plus qu’urgent de prendre des points. « J’ai toujours évolué ici à Aubel à l’exception d’une seule saison en U14 à l’AS Eupen avec un certain William Mauclet », indiquait le futur ingénieur industriel. « C’est Jean-Paul Nyssen qui m’avait lancé en équipe A et j’avais notamment joué ce fameux test-match pour le titre face à Weywertz, à Bielmont. Après cela, j’avais mis un peu le foot entre parenthèses pour mes études, mais depuis 3 saisons, je suis quasiment tout le temps titulaire en équipe A. »

    Olivier a bien cerné les manquements vécus à Ougrée : « On manque surtout d’efficacité devant. On fait parfois des mauvais choix, mais aussi on n’ose pas tirer au but ! Accumuler les défaites provoque chez nous un manque de confiance. On doit aussi parvenir à changer de rythme et nous devons mieux gérer les phases arrêtées défensives. »

    Non, Aubel n’est pas mort ! 

    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 30 octobre 2019.

  • Un Aubelois dans le clip des Kids United

    Les Kids United, ces enfants chanteurs, cartonnent avec leurs reprises. Leur dernier titre « l’Hymne de la vie » est une reprise du générique du dessin animé « Les mondes engloutis ». En quelques jours le clip, a déjà été vu à plus de 500.000 reprises. Parmi les figurants, qui s’adonnent notamment à de la peinture, on retrouve Tom, un Aubelois de 10 ans qui a déjà eu l’occasion de figurer dans un clip de Kendji Girac.

    Capture d’écran 2019-10-30 à 09.59.00.png

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 octobre 2019

  • Une grande expo dédiée à Hubert Grooteclaes

    Le 23 octobre 1994 décédait Hubert Grooteclaes. Le photographe né à Aubel en 1927 et ayant tiré le portait de grands artistes de son temps, comme Louis de Funès, Charles Aznavour ou encore Jacques Brel sera l’objet d’une grande exposition au centre culturel d’Aubel. Dès le 8 novembre, il sera possible d’admirer une fois encore ces fameuses photos qui montrent le pays de Herve comme nulle autre.

    Capture d’écran 2019-10-29 à 09.54.27.png

    AVEC DES ÉTUDIANTS DE ST-LUC

    Un grand honneur pour l’échevine de la culture Kathleen Perée. « Hubert Grooteclaes reste assez connu dans le village mais les plus jeunes ne savent pas toujours qui il est. C’est justement l’occasion de le faire découvrir. » En plus des photos de ce grand monsieur, l’exposition aura un autre volet. Les filles de l’artiste ont en effet contacté la section photographie de l’école de SaintLuc. Logique, Hubert Grooteclaes y a enseigné. Les étudiants ont été invités à se rendre à Aubel afin d’immortaliser la commune. « Le but n’était pas vraiment d’imiter Hubert Grooteclaes », signale Vincent de Waleffe, ancien élève et documentaliste qui s’occupe des œuvres de l’Aubelois. « D’ailleurs, en cours, il ne montrait jamais ses photos. L’exposition se tiendra du 9 au 24 novembre au centre culturel d’Aubel. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 29 octobre 2019

  • En octobre, sur celui qui pose des questions tu ne jetteras point l’opprobre !

    Conseil communal du 14 octobre 2019 

    Une séance où on apprend que le maïeur n’aime pas qu’on lui force la main, qu’on veut donner des sous à Védia mais pas aux médecins, que des conseillers veulent débourser 10 € pour équilibrer les comptes de la commune et que le Programme Stratégique Transversal aubelois sera bientôt consultable en long, en large et en travers sur le site d’Aubel ...

     

    Patricia Kindermans pour Aubel Citoyen résume le conseil communal du 14 octobre 2019

    Patricia Kindermans pour Aubel Citoyen résume le conseil communal du 9 septembre 2019.

    Vos commentaires sont évidemment les bienvenus.

     

     

  • Pas encore d’effet Tony Niro à Aubel

    Encore groggy de sa défaite concédée à Malmedy, Ougrée entrait difficilement dans son match face à la lanterne Capture d’écran 2019-10-28 à 08.09.50.pngrouge.

    Dominé sur son propre synthétique malgré un net avantage sur le plan technique, le groupe d’Alain Colomboretto se voyait même réduit à dix suite à l’exclusion de Guilmi sans pour autant devoir concéder de réelles occasions. Contraint de proposer des modifications tactiques, Ougrée optait pour un flanc gauche numériquement affaibli, alors qu’Aubel passait à une défense à trois après l’ouverture du score de Masselin, libre de tout marquage sur un coup-franc en première zone.

    Comme souvent quand vous manquez de confiance, les visiteurs concédaient un second but évitable sur penalty. Si le bilan à l’extérieur reste bloqué à zéro pour Aubel, Ougrée s’assoit plus confortablement dans le ventre du mou du classement.

    « Notre dernière défaite a laissé des traces au point de se demander à quelle sauce nous allions être mangés. Les cartes pleuvaient dans un camp et l’histoire semblait se répéter. C’est finalement à 10 contre 11 que nous avons trouvé les ressources mentales pour contrer un adversaire supérieur lors des premiers échanges. Après la pause, Ougrée a repris le monopole du ballon pour concrétiser une victoire logique. Le hold-up de Malmedy a donc réellement traîné dans les esprits. » Du côté d’Aubel, Tony Niro faisait preuve de pragmatisme face à ce premier échec.

    « Il nous a manqué de la percussion offensive. Et ce, malgré deux permutations tactiques. Les deux buts encaissés étaient aussi évitables. On va encore beaucoup travailler car je ne crois pas au choc psychologique. »

    Lire la suite