- Page 2

  • Laurent Beckers, le gardien d’Aubel, ne comprend pas : « On devait gagner ce match »

    Le portier aubelois tentait de conserver son calme après cette incroyable fin de match.

    « D’abord, il n’y a pas penalty et puis, il n’y a pas lieu d’accorder le 3-1 à Ster car Maxime Lahaye est sur la ligne. Il saute, fait une tête et le ballon est renvoyé par la transversale dans le jeu. Enfin, sur le dernier but, le ballon frappé par le Sterlain est dévié par Scheffer. Ce ballon allait sortir en touche… Je refuse de m’emballer sur l’arbitrage, mais j’avoue que ce dimanche, je n’ai rien compris. C’est un vrai gâchis. Ster ne devait jamais revenir et a connu la réussite ce dimanche. On devait gagner car je n’ai quasiment pas eu de ballons. On espérait rentrer avec une 2e victoire à la maison… Enfin, Corentin Willem a dû déclarer forfait, juste avant le match, pour cause de maladie. -

    PAGO dans LA MEUSE VERVIERS du 30 septembre 2019.

  • Un partage au goût de défaite pour des Aubelois qui menaient encore 3-0 à la 85e minute !

    C’est un incroyable scénario qui s’est déroulé ce dimanche au stade Jean-Marie Doome. Alors que l’équipe de René Ernst menait allègrement 3-0 à la 85e minute, un premier but (?) de Chareton accordé par le juge assistant qui a jugé que le ballon avait passé la ligne, suivi d’un penalty assez léger sur Zander et que Chareton transformait, semait une zizanie totale sur le terrain et la déconfiture dans les rangs aubelois.

    Avant tout ça, Kerff venait stupidement de prendre 2 cartons jaunes en même pas 3 minutes. Puis, le pire arrivait dans le temps additionnel, quand Scheffer déviait une frappe de Ziant hors de portée de Beckers (3-3).

    Avant la 85e minute, il n’y avait d’une seule équipe sur le terrain. Binot (2 buts) et Van Muylder se mettaient en exergue au marquoir. Ster n’était nulle part et mauvais. Aubel était consistant et combatif mais durant 85 minutes…

    RENÉ ERNST : « UN SCANDALE »

    René Ernst était hors de lui. « Je n’aime pas critiquer les arbitres, mais ce dimanche, c’était un scandale ! Comment peuvent-ils accorder le 3-1 alors que le ballon est repoussé sur la ligne et que le ballon

    touche l’avant de la latte pour ressortir ? Et ce penalty accordé est incroyable. On était bien en place durant 85 minutes et on sait que l’on peut être en difficulté en accordant ce soi-disant but. M.Fickers a sifflé dans un sens et n’était pas du tout à la hauteur. Je suis remonté. Ster n’a pas eu une occasion et repart avec un point… On s’est fait avoir par les choix des arbitres et cela a conditionné tout le reste ».

    VINCENT HEINS : « UNE HONTE »

    En face, Vincent Heins était gêné. « Franchement, notre point est miraculeux. C’est une honte d’avoir presté ainsi. Il va falloir que je remette de l’ordre dans la maison. Aubel critique notre penalty accordé mais on peut en dire de même pour leur 2-0. J’ai eu beau remonter les bretelles au repos, mais rien n’y a fait. À 3-1, c’était la panique générale à Aubel et nous avons su en profiter ». -

    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 30 septembre 2019.

    Lire la suite

  • Succès de foule pour la conférence sur le burn-out

    M. Paul BOUR nous a transmis un reportage complet de la conférence sur le burn-out organisée par AUBEL CITOYEN. Vous pouvez le lire en suivant ce lien.

  • Vincent Heins (Ster-Francorchamps) va-t-il se faire « crocter » dans la buvette après le match à Aubel ?

    En situation délicate et de relégable après seulement 6 matchs de championnat, Aubel sait que le chemin est encore long, mais aussi qu’il est aussi grand temps de faire des résultats et surtout prendre des points et, dès ce dimanche pour la visite de Ster-Francorchamps. René Ernst reste calme malgré la situation compliquée au classement : « Ben oui, on la connaît, on la lit ! Ce n’est pas magnifique, mais il ne sert à rien non plus de dramatiser. L’important pour nous actuellement est surtout d’arrêter de faire des cadeaux à nos adversaires. Et devant, il faut être plus concret, faire mouche ! » Le mentor a planté le décor avant la venue d’un cador au stade Jean-Marie Doome avec un acteur central pas du tout inconnu des citoyens locaux, Vincent Heins ! « Fi- nalement, je ne suis jamais venu beaucoup comme adversaire ici à Aubel. Je vois toujours bien le terrain de ma véranda, mais c’est vrai que je suis souvent venu voir jouer Aubel ».
    RENTRER GAGNANT
    Et puis, le mentor sterlain sait que cela « crocte bien » à Aubel... « C’est clair qu’ici dans le village, il y a beaucoup de « crocteux » comme on dit. On me chambre un peu avant le match, mais aussi quand je me trouve dans la zone de coaching. Alors pour moi, il vaut mieux que je rentre dans la buvette après le match avec la victoire, sinon j’en ramasse ! », disait-il en rigolant. « C’est toujours gentil et sympa, mais je préfère être dans la peau du vainqueur, c’est clair. Aubel ne vit pas un départ heureux, mais a perdu aussi beaucoup de cadres par rapport à l’an passé. Perdre William Mauclet n’est pas rien. Puis, il y a aussi, Julien Galère... »
    TEMPS DE JEU
    En face, René Ernst a donné du temps de jeu mardi à Van Muylder, Campo, Heydens et Van Hoof qui se sont bien comportés, avec la P3, à Croatia Wandre (1-2). « Oui c’était important pour eux. Quant à Ster, on connaît. C’est un gros morceau et c’est une équipe qui peut battre n’importe qui dans la série. Mais, on n’aura pas le choix demain, on doit prendre des points et se lancer ».
    C’est aussi un peu le même son de cloche du côté de Heins. « On reste sur 3 matches sans victoire, donc les 2 derniers avec un match nul... Avec cela, on n’avance pas et j’espère que l’on ne va pas faire comme il y a 2 ou 3 ans où nous en avions obtenu beaucoup trop... Il faut donc casser cette spirale de partages. Aussi, il faut savoir qu’Aubel était notre seule défaite du 2e tour de la saison passée, donc je sais que ce ne sera pas simple pour nous ! »
    Bref, Aubel pourrait-il devenir la bête noire de Ster et de Vincent Heins ? Réponse, dimanche, sur le coup de 16h50...


    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 28 septembre 2019

    Lire la suite

  • Après 4 saisons à Aubel, Julien Galère revient au stade Jean-Marie Doome pour la première fois

    Julien Galère s’installe dans sa nouvelle équipe de Ster-Francorchamps et fera son retour à Aubel dimanche où il pourrait peut-être ouvrir son compteur but personnel. Mais Aubel ne lui a laissé que de bons souvenirs...
    Julien n’a finalement que 27 ans et fait déjà office d’un vieux de la vieille dans notre arrondissement. En effet, après une formation à l’AS Eupen, le Clermontois s’est ensuite lancé à Malmundaria (2 ans), à Warnant (1 an) et à Aubel durant 4 saisons avant de prendre le chemin de Ster-Francorchamps en juin dernier.
    « En fait, je n’ai jamais joué qu’en P1 », nous disait-il en prélude de son retour, dimanche, au stade Jean-Marie Doome. « Je viens de passer 4 belles années à Aubel qui est un club sain, convivial, sérieux avec des dirigeants qui te donnent l’envie. J’ai pu prendre pas mal d’expérience avec les Herbagers et même au niveau de ma vie profes- sionnelle (NDLR : Julien est éducateur). Aussi, j’ai pu voir évoluer le club, surtout au niveau des infrastructures. C’était très enrichissant ».
    Julien reviendra ce dimanche déposer son sac pour la première fois dans le vestiaire visiteur. « Exact, cela me fera bizarre, mais je me réjouis de les revoir et jouer cette rencontre. J’ai beaucoup d’amis là-bas ».

    D’un article PATRICK GODARD à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 28 septembre 2019