- Page 7

  • Vin du Pays de Herve va installer son chai à Aubel ou Plombières

    En 2016, Michel Schoonbroodt, a une idée : créer un domaine viticole à Herve. La coopérative Vin de Liège voit le jour en septembre 2017. « Une vingtaine de personnes se sont réunies pour constituer le capital », nous raconte l’administrateur délégué de la coopérative. Nous sommes maintenant 450 coopérateurs, dont une soixantaine de coopérateurs actifs dans différents domaines. Le capital est maintenant de 450.000 euros. » Deux personnes travaillent à temps plein dans la coopérative. « Moi je fais tout sauf être dans la vigne », nous précise Michel Schoonbroodt. « Je trouve les terrains, j’organise les conseils d’administration, les groupes de travail… Nos décisions sont à chaque fois collectives. Je recherche des coopérateurs, bien sûr, c’est une recherche sans fin parce que c’est un projet ambitieux. On parle de plusieurs millions d’euros. Pour réunir ces montants, on recherche plusieurs centaines de coopérateurs, qui deviendront un jour plusieurs milliers. On a des coopérateurs qui mettent plus d’argent que d’autres et, heureusement, nous en sommes bien contents.

    Chacun est invité à venir selon ses propres moyens. Ce sont des parts de 500 euros. En moyenne, chaque coopérateur prend 2,1 parts. C’est un projet un peu fou mais qui a déjà été réalisé par d’autres, comme Vin de Liège, qui est un succès. Nous sommes le petit frère. Et nous espérons qu’il y aura un jour une troisième initiative. » Philippe Dufourny, 30 ans, est le vigneron de la coopérative. « Je suis tous les jours dans les vignes. Je veille au bien-être de la plante. On travaille en bio, sans herbicide. Ça demande beaucoup plus de travail mais c’est faisable. Les gens sont demandeurs d’avoir des produits issus de notre ville, de notre province, et qui respectent la nature. On sait faire du bon vin en Belgique. » Grâce à la Sowecsom (Société wallonne d’économie sociale marchande), le capital de la coopérative va passer de 450.000 euros à 650.000 euros. Michel Schoonbroodt : « Nous arrivons à une étape importante : la création du chai. On va construire un bâtiment à Aubel ou Plombières. On doit acheter pressoirs, cuves… Et la Sowecsom nous aide à passer cette étape. »

    VINS EFFERVESCENTS ET VINS BLANCS TRANQUILLES

    Plusieurs vins seront produits par la coopérative. « Des vins effervescents, des crémants de Wallonie, et des vins blancs tranquilles. Nous n’allons planter que des cépages blancs. Il y a une demande, il y a aussi l’envie, et on joue la sécurité. Nos premiers vins seront commercialisés en 2021. Nous irons vers des vins rouges plus tard, lorsque nous nous sentirons plus capables financièrement de prendre des risques. » Michel Schoonbroodt est impatient de produire les premières bouteilles. « Ça va être un très bon produit pour lequel nous serons fiers de valoriser notre terroir. On veut un produit proche de ce que la nature pourra nous donner. Pour le Pays de Herve, c’est aussi important d’ajouter un patrimoine supplémentaire et de compléter par le vin les produits de bouche que sont le fromage, la charcuterie et la bière. » Pourquoi la coopérative Vin du Pays de Herve doit-elle gagner le concours #CoopTogether ? « Pour avoir le maximum de visibilité et convaincre le maximum de personnes de nous rejoindre dans ce projet. » 

    NICOLAS DEWAELHEYNS dans LA MEUSE du 5 juin 2019.

  • Décès de Monsieur André CHANLY, époux de Madame Yvette JULEMONT

    La famille annonce le décès de Monsieur André CHANLY, époux de Madame Yvette JULEMONT, né  à Dison le 6 mars 1948 et décédé à Aubel le 2 juin 2019.

    Enaos.

  • 300 Vierges, dont des Téco produites par la fameuse usine de disjoncteurs de Beyne

    Saviez-vous que l’entreprise Téco, aujourd’hui basé à Beyne-Heusay, a été grande productrice de statues de la Vierge Marie, outre ses fameux disjoncteurs qui ont donné lieu à l’expression « remonter le Téco » ? Une des découvertes à faire au gré d’une expo à l’église de Battice.

    Téco, c’est avant tout une firme dont le nom a été synonyme de disjoncteur, objet pour lequel elle fut pionnière en Belgique. D’ailleurs, on dit encore régulièrement qu’il faut « remonter le Téco », en utilisant le nom de la firme liégeoise qui inondait le marché de ce dispositif depuis 1932.

    JUSQU’À 3.000 €

    « La firme disposait de fours destinés à la fabrication de porcelaine pour produire des isolants électriques. Mais ils étaient si gros qu’on pouvait envisager de fabriquer d’autres objets », explique l’historien d’origine aubeloise Thomas Lambiet, un des concepteurs de l’exposition. On diversifiera dès lors la production avec de la décoration. D’où cette multitude d’objets religieux, dont une série de Vierges, bien représentées à Battice. Téco commercialisera aussi des services de table, des nécessaires de toilette ou des symboles religieux qui orneront nombre de sépultures. Ces objets ont souvent été conçus par des sculpteurs reconnus et certaines pièces sont aujourd’hui estimées à près de 3.000 €, surtout celles de style art nouveau.

    Cette expo sera aussi l’occasion de se souvenir que Marie a été particulièrement priée sur des sites de pèlerinage de la région. Avec des milliers de pèlerins qui venaient vénérer Notre-Dame du Rosaire, à Aubel, où l’on donnait des son et lumière très courus. Il y a aussi eu la Madone de Noblehaye, qui serait apparue lumineuse dans un tronc à plusieurs reprises, ce qui aurait incité les villageois à lui ériger une chapelle, à Bolland (Herve). S’y ajoute Notre-Dame de Moresnet, dont la vénération a provoqué la création d’un pèlerinage qui attirait 150.000 visiteurs par an, estimait-on, en 2016…

     

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 juin 2019.

  • PACTE D’EXCELLENCE – INFORMATION REFLEXION (2)

                                                    Aux parents des élèves fréquentant l’école maternelle, l’école primaire, l’école secondaire, peu importe le choix du réseau.

                                                   Chers parents,                                                                                   

                                                   Après un premier article paru il y a une quinzaine de jours sur le blog Aubel, article qui voulait introduire le sujet « le pacte d’excellence ». Je rappelle quelques éléments parus dans ce premier article.

    PACTE D’EXCELLENCE = 

    • Évolution
    • Depuis 2015 tous les réseaux.
    • Définitivement mis en place pour 2030
    • 10.000 collaborateurs depuis 2015
    • Participation de tous les acteurs de l’école
    • Revoir et améliorer le système de fonctionnement de l’enseignement à tous les niveaux.

    Abordons l’article 2 qui veut répondre à la question : « POURQUOI un pacte d’excellence aujourd’hui  ? »

    Lire la suite

  • 0,64 % des voix pour le Vlaams Belang à Aubel-Plombières

    En région verviétoise, de manière générale, le parti nationaliste flamand n’a pas vraiment fait d’émule. Côté germanophone, par contre, les choses se corsent et, visiblement, davantage d’électeurs ont voté pour le Vlaams Belang mené par Luk Van Nieuwenhuysen. Ainsi, dans le canton d’Eupen (Eupen, La Calamine, Lontzen, Raeren) il est à 2,17 % des voix pour la chambre des représentants.

    C’est dans la commune de Bullange qu’il fait le score le plus élevé avec 3,87 %.

    Ailleurs, en région verviétoise, le Vlaams Belang ne dépasse généralement pas 1 % des voix. Dans le canton de Malmedy, il en a obtenu 0,78 %, soit 94 voix au total, sur les communes de Malmedy et Waimes.

    Dans le canton de Limbourg (Baelen, Jalhay, Limbourg, Welkenraedt), il est à 0,69 % - allant jusqu’à 1,03 % dans la commune de Baelen - tandis que dans celui d’Aubel (Aubel, Plombières) la moyenne n’est pas bien haute également avec 0,64 % des voix.

    D'un article de V.M. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 1er juin 2019.