- Page 5

  • Traditionnelle fête de Noël

    Amitié de l’âge d’or Aubelois

                Le vendredi 14 décembre 2018 comme chaque année nous fêterons Noël.

     Cet après-midi récréatif débutera à 11 H 30 par la Messe célébrée par Monsieur le Curé Benoît Sadzot.

    Ensuite, le verre de l’amitié avec tous nos heureux jubilaires de cette année 2018.

    L’animation musicale sera composée d’un synthétiseur - accordéoniste avec des chansons d’hier et d’aujourd’hui.

     

    Un repas chaud sera servi:

    Potage aux choux-fleurs et aux brocolis

    ******

    Civet de biche

     Pomme aux airelles

     Croquettes de pomme de terre

    ******

    Bavarois au pain d’épices

    ******

    Notre après-midi se terminera par la deuxième partie de l’animation.

     

    La salle bleue du Hall Omnisport d’Aubelsera ouverte dès 10 H 30

     

    Le prix est de 27 €boissons comprises à verser au n° BE55 0682 5177 4944  du Club des 3 x 20 Aubel, Rue Saint Hubert, 40, Aubel.

    Nous espérons vous rencontrer très nombreux et passer ensemble quelques heures agréables.

    Inscription obligatoire et paiement !!!!! avant le 5 Décembre 2018.

      Chez : Hubert DENIS 087/68 71 66 – 0498/69 35 91

     

  • Balade guidée à Aubel

    20181125.jpg

  • Le jeune William Spits a été confronté à Neerdael

    Aubel donne la chance aux jeunes, cela se vérifie d’année en année, mais aussi match après match, puisque depuis un bon mois et demi, un petit jeune, William Spits, pointe son nez dans l’équipe A de Michaël Mager.Capture d’écran 2018-11-20 à 08.36.10.png

    Ce citoyen de Housse n’a cependant pas fait ses classes de jeunes chez les Herbagers. « Non, J’ai 19 ans. J’avais d’abord commencé à Blegny, puis après 4 années, je suis parti pour 4 autres à Visé avant de revenir à Blegny. L’an dernier, je suis arrivé à Aubel pour évoluer en U21 ou en P3. »

    Lire la suite

  • FOU ! FOU ‘ FOU’ …………………….OUF , C’EST FINI !

    Dimanche 18 novembre, stade Jean-Marie Doome, match R. AUBEL FC reçoit l’équipe de WANZE - BAS-OHA, 16h15, le score 6-6 , du jamais vu sur notre  terrain. OUF ! c’est fini. Les commentaires vont bon train : « impensable, inexplicable ! gagner 4-0 à la demi-heure puis  4-3 à la mi-temps ». Je  ne suis  pas monsieur Godard, du journal La Meuse Verviers, mais  je  me demande s’il avait  pris suffisamment de feuilles de papier tant les notes à prendre étaient abondantes au vu du déroulement du match. Les supporters du R.Aubel FC. croyaient que  la  mi-temps allait remettre les pendules à l’heure c’est-à-dire décider ensemble joueurs + T1 + T2 de viser la victoire finale. La seconde  mi-temps reprend, il ne faut  pas  5 minutes pour  voir le score ramené à 4-4. C’est le  coup de bambou pour  notre  défense courageuse, volontaire, prise de  panique visible face à des individualités très techniques et une équipe cohérente en parlant des rouges et bleus. Ce fut un aller et retour dans  chaque  camp pendant une  bonne  partie de la  seconde  mi-temps. Conséquence : une  multitude de goals inhabituelle. Aubel reprenait chaque  fois le  dessus et croyait tenir  la victoire mais  jusqu’à la dernière  minute Wanze Bas-Oha a cru au ma     tch nul et a eu raison d’y croire puisque dans  les  dernières minutes, ils  ont  marqué pour faire 6-6. La  joie  dans un camp, la déception dans l’autre. C’est alors que  les  mémoires ont  fonctionné en rappelant les résultats obtenus à Braives, à Trooz où les mêmes lacunes étaient déjà apparues et se terminaient  par une défaite. Les T1 et T2 se rendent compte de ce qui se passe sur  le terrain dès que  le score est en défaveur des verts et blancs. Cela se passe dans  la  tête et trouver des  solutions à ce  niveau ne sont  pas faciles. Il reste une  semaine pour  entreprendre une réflexion et entendre le ressenti de chaque joueur. Dimanche prochain, nous recevons l’équipe de Fize là où nous  avons perdu le match sur  le score de 1-0 terrain affreux. Ce  ne sera pas  le  cas chez nous mais  ce  n’est pas suffisant d’avoir  un bon et beau terrain, c’est ce que  les acteurs produisent dessus.

    Nous  souhaitons  aux deux entraîneurs et à tous les  joueurs de bien se  préparer pour assurer  un autre spectacle. Bonne  chance et à dimanche.

    P. BOUR

  • 7 banques à Aubel et une seule à Plombières ?

    Merci Jean-Louis de nous communiquer des informations publiées par le journal « La Meuse Verviers ». Tous les Aubelois ne  lisent  pas ce quotidien régional d’où la  place importante occupée par le blog Aubel  dans la vie des Aubelois et au-delà de notre commune.

    Dans  le blog Aubel daté du 6 novembre, nous avons  pu découvrir une  information intéressante : à Aubel, il existe 7 banques pour 4 230 habitants, soit  1 banque  pour  604 Aubelois, tandis que  pour  la  commune de Plombières, c’est 1 banque pour 5 198 habitants. La différence est significative entre deux communes situées à plus ou moins  10 à 15 km de distance.

    Face à cette  information, deux attitudes pourraient  être possibles :

    1ère attitude ; l’Aubelois pourrait  être indifférent. Il lit.

    2°  attitude : l’Aubelois lit l’information, est surpris, s’étonne, se pose des questions notamment « Pourquoi une telle différence entre le  nombre de  banques des deux communes voisines » ?

    J’opte  pour  la  2° attitude  , très globalement, car je  me rends compte  que  c’est une  multitude  de facteurs en interaction qui amènent une telle  différence quantitative.

    Envisageons  l’une  ou l’autre  hypothèse.

    Qui dit  « BANQUE » dit «  finances, opérations  financières , placements, prêts, actions, obligations, dépôts, retraits… Il n’y a  qu’un pas  à poser pour se dire que dans  la  commune d’Aubel, les  opérations financières  sont  plus  nombreuses que dans  la  commune de Plombières. Si on compare : 7 à 1. Pourquoi ?

    A mon humble  avis, cette différence du nombre de  banques inversement  proportionnelle  au nombre d’habitants peut s’expliquer  en considérant :

    La  composition de la pyramide des âges des deux communes,
    Le statut social des composantes de ces deux pyramides,
    L’histoire  de ces  deux communes.

    Quelques précisions :

    Pyramides des âges , aspect quantitatif , l’importance des classes : petite enfance, enfance, adolescence, jeunes adultes (20 à 40 ans), adultes (40 à 60 ans), aînés (au- delà de 60 ans). Ce n’est peut-être pas la bonne  classification !  L’importance  quantitative de chaque  classe peut  influencer  le nombre d’institutions bancaires dans  l’une  ou l’autre commune.

    Statut social : profession libérale, indépendants, ouvriers, employés, dans  les  secteurs privé  ou public, le taux de  chômage. A nouveau , le  nombre de  banques pourrait se justifier selon les dominantes dans l’échelle sociale.

    L’histoire des deux communes :

    Pour  Plombières, le sous-sol laisse apparaître en différents  endroits de  la  commune des richesses notamment en plomb, ce qui réclame de  la  main d’œuvre , des cadres, main d’œuvre que nous appellerons « mineur », main d’œuvre qui se prolonge dans  les  charbonnages régionaux (Minerie, Hasard, Wérister…) Le statut de  mineur n’est pas à l’époque  le  plus élevé  dans  la  hiérarchie et s’est perpétué durant de  nombreuses années.

    Pour Aubel, les zones agricole et  boisée au départ  ont engendré  de  petites  industries : siroperie, cidrerie de typeprivé qui ont  pris de l’extension dans  le temps, ce qui suppose une  main d’œuvre , des cadres qui se sont  perpétués de génération en génération. L’agriculture, les produits de la ferme, le  bois ont  influé sur  le  développement  de la commune d’Aubel, avec pour conséquence une  pyramide des âges, des professions  à statut  social plus élevé que dans  la commune de  Plombières.

    Nous  pouvons comprendre  pourquoi 2/3 des habitants de notre commune désirent garder ce caractère « bien portant financier et protectionniste . Cette logique se traduit  concrètement  sur  le terrain. En effet, 54 appartements sont  terminés et quasi occupés, 11 appartements en construction, 31 appartements en projet ajoutés à ceux qui existent  déjà   et nous voulons  garder nos  jeunes à Aubel : où ? quand ? comment ? avec quels  moyens ?

    L’augmentation de la  population étant  là, et ce n’est pas terminé, faudrait-il une  8° banque à Aubel ? Faut-il créer une « agence  immobilière sociale ? Je reprends  une  phrase écrite par Jean-Marc Piron : « La citoyenneté reste pour  moi essentielle dans  notre  société ( et j’ajoute : dans  notre commune) pour aller  au-delà de l’individualisme et construire  un monde  où chacun(e) a sa place (et j’ajoute : construire notre environnement  communal) où chacun(e) a sa place »

    Tous et  toutes, citoyens, citoyennes aubelois sommes invités à réfléchir à la  problématique environnementale  durant  cette nouvelle législature qui s’annonce pour  6 ans.

                                                                                 P.Bour.