- Page 3

  • Le banquet à Aubel

    Capture d’écran 2015-05-24 à 11.42.22.png

    Ce mardi 26 mai à 20h20, Sara De Paduwa et Cédric Wautier vous donnent rendez-vous sur La Une pour découvrir l’émission pilote du Banquet, véritable chasse aux trésors gastronomique, bien de chez nous.

    C'est sur le plateau d’Aubel, en "Ardenne Bleue", une région renommée pour la qualité de son terroir et de sa gastronomie, que deux hauts représentants de la gastronomie belge, Eric Martin et Sang Hoon Degeimbre, s'affronteront en préparant un menu de banquet à servir le soir même.  

    les chasseurs

     

    Chacun sera aidé d’une équipe de six amateurs (les verts et les oranges), qui ne connaissent absolument pas la région. Deux membres de chaque équipe se transformeront en chasseurs de trésors gastronomiques et sillonneront, en tandem, la région, à la rencontre des producteurs locaux, pour apporter au plus vite les produits du terroir indispensables au menu.

    Attention, les chasseurs devront être résistants et ingénieux, car des imprévus et des surprises les attendent sur le parcours…

    Eric Martin

     

    Les quatre autres candidats aideront leur chef en cuisine et appliqueront leurs directives à la lettre. Loin de leur zone de confort et de leur cuisine habituelle, San et Eric devront improviser leur menu en fonction des ingrédients que leurs chasseurs leur apporteront, et gérer les inévitables embûches pour dresser leurs plats dans les temps.

    le banquet

     

    40 habitants de la région dégusteront ensuite les deux banquets préparés à base de produits qu’ils connaissent très bien et voteront pour l’équipe qui aura le mieux sublimé les produits de leur terroir.

    L'équipe gagnante remportera un séjour gastronomique dans un somptueux gîte de la région, afin de poursuivre sa découverte du plateau d'Aubel.

  • Lorenzo Gatto + Julien Liber aux Concerts du printemps ce vendredi 29 mai

    Capture d’écran 2015-05-24 à 11.25.24.png

    « Artiste créateur », « violoniste libertaire », « virtuose passionné » : autant de formules utilisées par une presse unanime pour qualifier le talent et la passion de Lorenzo Gatto qui entretient par ailleurs une intense relation avec son Capture d’écran 2015-05-24 à 11.26.04.pngpublic.

     

    Véritablement révélé aux yeux du grand public et de la critique internationale par son 2ème Prix et son Prix du Public au prestigieux Concours Musical International Reine Elisabeth 2009, le

    talent de Lorenzo Gatto a aussi été récompensé par de nombreux autres prix dont le 1er Prix et Prix du Public au Concours International RNCM de Manchester (18 ans) et le 1er Prix au Concours

    International Andrea Postacchini en Italie (16 ans).

    Né à Bruxelles en décembre 1986, Lorenzo commence l’étude du violon à 5 ans. Dès l’âge de 12 ans, il intègre le Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles dans la classe de Véronique

    Bogaerts où il obtient à 17 ans le diplôme supérieur de violon avec la plus grande distinction. Il se perfectionne par la suite auprès de Herman Krebbers en Hollande, d’Augustin Dumay à la

    Chapelle Musicale Reine Elisabeth (Belgique) et de Boris Kuschnir à Vienne. Il a par ailleurs travaillé avec de grands musiciens tels Salvatore Accardo, Zakhar Bron, Pamela Frank, Robert Mann, Midori, Seiji Ozawa, Julian Rachlin, ...

     

    Depuis qu'il a reçu le Prix Juventus des mains d'Alexandre Tharaud à l'âge de Capture d’écran 2015-05-24 à 11.26.13.png20 ans, Julien Libeer a été remarqué par la presse nationale et internationale comme une des personnalités musicales les plus marquantes de la jeune génération.

     

    Il devient alors l’invité de salles majeures, du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles au King’s Place Concert Hall de Londres, du Théâtre de la Ville (Paris) aux festivals de Menton et de Radio France Montpellier.

     

     

    En 2012, la célèbre pianiste Maria João Pires le prend sous son aile, et l’invite à se produire régulièrement à ses côtés. Après des passages remarqués dans le Palau de la Musica Catalana (Barcelone) et l'Auditorio Nacional (Madrid), les prochains mois le mènera entre autres à la Barbican Hall de Londres, ou encore au Concertgebouw d'Amsterdam dans la série Maîtres pianistes.

     

  • « C’est un petit terrain »

    Le RFC Aubel est à une victoire d’un retour en 1re provinciale

    NYSSEN : « FIZE, C’EST DU COSTAUD ET CETTE ÉQUIPE A LES CARTES EN MAINS »

    « JE NE M’ATTENDAIS PAS À CE QUE SIMON PELSSER PRENNE CETTE 2E JAUNE JEUDI SOIR »

    image.jpg

    Demain, à Fize (P2A), ce sera le tout dernier match de la saison du RFC Aubel (P2C). Et quel match, puisque c’est lui qui décidera si les gars de Jean-Paul Nyssen recevront (ou pas) le dernier ticket pour la P1.

    Mais son challenger, la JS Fizoise, comme le coach aubelois le précisait, a les cartes en mains : « Fize, c’est du costaud. Cette équipe, comme vous le savez, a les cartes en mains. Elle joue chez elle, a l’average à son profit puisqu’elle a battu Milanello 0-4 pendant que nous, nous ne mettions que 2 buts à Herstal. Hélas, je suis allé voir le terrain de notre adversaire de demain et il est petit... Il n’y a que 7 mètres entre la ligne du grand rectangle et la ligne de touche... On connaît la donne du match et on sait qu’Aubel devra obligatoirement s’imposer pour recevoir le dernier billet de la P1.»

    Aubel, pour cette dernière joute, devra évidemment se passer des services de son back gauche, Simon Pelsser, puisque le bougre a pris, jeudi, une double jaune (carte rouge) le privant du match qu’il ne fallait absolument pas rater... « Franchement, je ne m’attendais pas à ce que Simon prenne cette 2e jaune jeudi soir. Il n’y avait pas de feu, ni de danger et il se trouvait au milieu du terrain... On connaît Simon, mais cela m’embête évidemment pour demain. Normalement, Fré- déric Heins devrait revenir dans le coup, mais il n’est pas impossible non plus que l’un ou l’autre chan- gement soit opéré. Je dois encore voir. »

    Enfin, pour vous rendre au stade de la rue Magritte à Fize-Fontaine, vous devez prendre la sortie Villers-le-Bouillet. Ensuite, prendre à gauche dans la direction de Huy. On arrive à un rond-point dit « volvo ». 

    À cet endroit, il faut de nouveau prendre à gauche et le terrain fizois sera un peu plus loin sur cette route. Il faut compter trois quarts d’heure de route. Aubel compte sur ses nombreux supporters pour le pousser vers la montée en P1. « On n’est pas favori », signalait, pour conclure, Jean-Paul Nyssen. 

    « Fize joue bien foot, a pas mal d’expérience dans son groupe et il est clair que si nous débutons le match comme ce fut le jeudi face à Milanello et que Fize en fait de même, comme cela avait été le cas à Herstal, alors là, nous n’aurons aucune chance... »

    Mais un match n’est pas l’autre, donc tous les espoirs et les rêves aubelois sont permis. Allez Aubel!

    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 23 mai 2015

  • Un rush du triptyque ardennais à Aubel lundi

    Après un GPM à Mabrouck, le triptyque ardennais aura un rush à Aubel ce lundi vers 15h20.

    image.jpg

  • Aubel doit gagner à Fize pour aller en P1.

    Aubel a su gagner à 10

    Les Aubelois s’offrent une finale pour la P1 dimanche à Fize

    Alors qu’Aubel aurait pu se retrouver mené 0-2 après 5 minutes, les gars de Jean-Paul Nyssen ont su laisser passer l’orage pour s’imposer, de surcroît à 10, face à une très bonne équipe de Milanello qui n’a rien lâché malgré sa lourde défaite de dimanche dernier.

    image.jpg

     

    AUBEL...................... 2 

    MILANELLO HERSTAL...........0 

    Buts : 33e Pelsser (1-0 sur pen.) et 73e Gbegnon (2-0 c.s.c.).

    Aubel : Droeven ; Pesser, Simons, Ledoyen et Pelsser ; Hardy, Alvarez, Gilis (67e Baltus), Nagui et Crisigiovanni (91e Nijhof) ; Charbon.

    Milanello : Colson ; S.Henrard (46e V.Henrard), Ledent, Dabeye et Pinsart ; Hermans, Ljubic (74e Esteve), Nelles et Gbegnon ; Montalbano et Leruth. Cartes jaunes : Pelsser (28e), Pinsart (40e), Ledent (66e) et Crisigiovanni (87e).

    Carte rouge : 65 e Pelsser (2e jaune). 

    Arbitre : M.Wégria.

    Assistance : 250.

    « Aubel a enfin pu regoûter à la victoire qui le boudait depuis 5 matches », s’exclamait Jean-Paul Nyssen lors de la rentrée au vestiaire. « En effet, il faut remonter à notre match à Stavelot pour trouver trace d’un succès ! L’important dans un tour final est de gagner, car cela fait du bien à une équipe, surtout psychologiquement. On a gagné ce match 2-0 et nous avons mis notre 2e but alors que nous étions en infériorité numérique. Mais il faut aussi reconnaître que nous avons connu une difficile entame de match car nous aurions très bien pu nous retrouver mené 0-2... »

    Tout était dit dans les propos du mentor herbager qui se félicitait quand même du bon match de ses jeunes gars. Si Droeven fut en- core parfait dans les perches, il a pas mal été sollicité par les Le- ruth, Montalbano ou encore Nelles (ex-Malmundaria).

    PELSSER EXCLU

    Que dire de l’arrière-garde locale bien orchestrée par la paire Ledoyen-Simons ! Si, un seul bémol à cette belle victoire dans un très bon match (surtout en 1e mi-temps) de la part des deux équipes, est la nouvelle stupide carte rouge (double jaune) de Simon Pelsser qui manquera la fi- nale de dimanche à Fize... L’ancien Elsautois se chargeait pourtant de mettre le matricule 2816 aux commandes sur penalty à la 33e minute (suite à une faute grossière de S. Henrard sur Nagui). Aubel était sur du velours, disposait d’une belle sécurité mais le poteau de Droeven (39e) repoussait aussi un envoi du très bon Hermans. Mais Crisigiovanni se révélait fort redoutable tout au long de la rencontre. Il fut un vrai poison pour Herstal. « On avait bien repris le second acte » ajoutait encore le coach local. « Puis, on s’est retrouvé en infériorité numé- rique... Mais mon équipe a su aller mettre ce 2e but (NDLR : auto but de Gbegnon pressé par Charbon à la 73e) et ce n’était déjà pas si mal car cette victoire va faire du bien pour dimanche. Il faut savoir que nous aurons affaire à un gros calibre (NDLR : Fize), croyez-moi. »

    Allez, Aubel n’est plus qu’à 90 minutes et une victoire de la P1. 

    PATRICK GODARD dans LA MEUSE du 22 mai 2015