- Page 4

  • Un juré s’endort au 2e procès d’Hody

    ASSISES DE NAMUR 

    Les débats sur le fond ont débuté, lundi, à la cour d’Assises de Namur par la lecture de l’acte d’accusation dans le procès de Yves Hody de Jalhay et de Hugues Dewit, accusés d’avoir 

    Capture d’écran 2014-09-23 à 07.43.36.pngparticipé à l’assassinat de Manuel Maroquin, 34 ans, la nuit du 7 au 8 mars 2005 à Xhendremael (Liège). Manuel Maroquin avait été abattu de deux balles dans la tête alors qu’il était dans sa voiture garée de- vant son domicile. Les circonstances de cette exécution sont complexes. Un conflit financier entre les accusés et la victime est évoqué.

    L’avocat général est revenu sur la chronologie des faits, la personnalité des accusés et les liens entre eux ainsi que sur de nombreux autres éléments lors de la lecture de l’acte d’accusation de 115 pages durant la matinée. Les parents de la victime étaient présents. Ils se sont constitué parties civiles, de même que la mère de l’enfant de Manuel Maroquin, et sont représentés par Mes Reynders et Bosquin.
    Après la lecture de la suite de l’acte d’accusation, l’après-midi se poursuivra avec l’interrogatoire des accusés. Les premiers témoins se succéderont dès mardi.
    Il s’agit du deuxième procès de Yves Hody et Hugues Dewit car lors d’une première session d’assises à Liège, en janvier dernier, où ils étaient accusés avec deux autres, François Toussaint et Olivier Pagnier, la cour n’a pas validé le verdict du jury les concernant en raison d’une erreur de droit. La 
    cause a été renvoyée à Namur. François Toussaint et Olivier Pagnier avaient été condamnés, respectivement, à la réclusion à perpétuité et à sept mois d’emprisonnement.

    La cour d’assises de Namur a connu lundi un incident peu commun, en pleine audience : la récusation d’un juré en raison de son manque d’attention et de son « désintérêt total » pour le procès de Yves Hody et Hugues Dewit, accusés d’avoir participé à l’assassinat de Manuel Maroquin dans la nuit du 7 au 8 mars 2005 à Xhendremael (Liège).

    Après délibération, la cour a décidé de remplacer le 6e juré effectif par la 1ère jurée suppléante vu que le juré en question « semble dormir et ne présente aucun signe d’attention », a expliqué la présidente. 

  • Aubel, enfin, s’est fait peur au Mosa : 57-62.

    MOSA - AUBEL 54-62

    Intermédiaires : 10-12, 18-12 (28-24), 14- 15 (42-39), 12-23.
    Aubel : Demey 15, Gérardy 0, Demarteau 1, Lambot 10, Van Asche 4, Beckers 3, Baeten 2, Bozard 9, Hazée 18. 

  • Concours Aubel !

    Aubel.png

    Gagnez un magnifique GRILL à croque-monsieur, un tablier AUBEL, des bons d'achat et des fiches recettes.
    Comment ? http://qlic.it/86151 ou via le bouton "concours" de la page Facebook d'Aubel

  • Résultats du football du week-end

    En P2C, STAVELOT - AUBEL : 3 - 2

    Buts: 2e D. Paquay (1-0), 18e Ch. Charbon(1-1), 38e A. Dufour (2-1), 75e D. Paquay (3-1), 85e Ch. Charbon (3-2)

    Stavelot: G. Wathelet, A. Mathieu, V. Albert, JR Nshuti, R. Gillet (63e E. Tombeux), A. Dufour, S. Mack, V. Hurard (89e N. Faes), D. Paquay, J. Beco, C. Martin (76e F. Lefebvre)

    Aubel: G. Droeven, F. Ledoyen, P. Pesser, S. Pelsser, St. Simons (75e F. Dorthu), D. Alvarez (67e A. Rogister), St. Gillis, S. Hardy, F. Heins (53e Y Nagui), Ch. Charbon, K. Crisigiovanni

    Cartes jaunes: 20e Albert, 50 Hardy, 60e Ledoyen

     

    Carte rouge: 78e Beco
    Arbitre: M. Mancini
    Assistance: 55

    En P3C, HEUSY - AUBEL B: 1 - 2

    Buts: 24e Meunier (0-1), 40e Bauwens (0-2), 70e Damien Nelis (1-2).

  • Pas de fête sans alcool à Aubel

    Faute d’inscrits, le couscous de ce week-end au Bailou a du être annulé, comme déjà annoncé sur ce blog. Organisé par la maman de l’un des résidents handicapés de l’institution, et en partenariat avec une association de femmes musulmanes verviétoises, le couscous halal et sans alcool n’a pas attiré les foules. N’imaginez surtout pas que c’est le côté “halal” qui a diminué le quota de participants sinon vous vous attireriez, comme nous, les foudres de Jean-Jacques Moxhet, directeur du Bailou. Non, c’est la faute au manque d’alcool. « La population belge n’a pas encore enregistré qu’on pouvait faire la fête sans boire d’alcool » estime le directeur. À bon entendeur...