- Page 8

  • 25 HEURES POUR LA VIE les 13 et 14 SEPTEMBRE 2014 à Aubel

    1973185_809794945728093_5647814063311559863_o.jpg

    C’EST QUOI?
    > de la marche à pied
    > du spinning
    > du tennis 

    COMMENT?
    Constituez une équipe ou complétez une équipe Au minimum 1 personne par équipe en activité pendant 25 heures Pour participer: versez 10,-€ 
    sur le compte : BE95 3631 3198 0058 en mentionnant votre nom et adresse, avant le 10 septembre ou sur place. 

    POURQUOI? 
    Pour aider la Fondation contre le cancer. Vous connaissez tous un malade ou une personne en rémission!! Vous êtes dans l’impossibilité de participer à cet événement, vos dons sont les bienvenus sur le compte : BE95 3631 3198 0058 en mentionnant votre nom et votre adresse. 

    MOMENTS FORTS : 
    SAMEDI 20h30 : une lumière pour nos battants
    DIMANCHE 13h00 : barbecue de clôture

    Relais pour la Vie https://www.facebook.com/relayforlifebelgium
    Fondation contre le cancer https://www.facebook.com/fondationcontrelecancer

    Article précédent consacré à la même initiative à Aubel ou à Visé.

  • René Schyns, citoyen d'honneur de la Ville de Liège

    Capture d’écran 2014-08-15 à 08.21.42.png

    De gauche à droite : Monsieur Eric WARNAUTS, Monsieur Guy SERVAIS, Monsieur René SCHYNS, Monsieur Eric GILSON, Madame Sara DE PADUWA, Monsieur Raphaël SCAINI, Madame Aline BOLAND, Monsieur ROCCO DE PRIMIS, Professeur Patrizio LANCELOTTI, Monsieur Stéphane HALLEUX, Professeur Philippe KOLH, Professeur Thomas FROEHLICHER, Monsieur Emmanuel WISLEZ, Monsieur Gérard MICHEL

    Le welkenraedtois René Schyns, que l'on a vu actif dans nombre d'activités à Aubel et dans tout le Pays de Herve, a été fait citoyen d'honneur de la Ville de Liège hier après-midi, parmi une série d'autres personnalités.

  • Aubel au mois d’août 1914

    Aux journées très agitées des 8 et 9 août qui faillirent être fatales à la localité par suite de la présence des peu désirables régiments boches succédèrent quelques jours plus calmes.

    Quelques cavaliers teutons patrouillent dans les environs, explorant routes, chemins et sentiers, et tracassant, d’une façon ou l’autre, les paisibles citoyens qu'ils rencontrent.

    Pendant ces jours plus calmes, les Aubelois s’efforçaient de recueillir quelques nouvelles de la guerre, et les esprits donnaient cours à leur imagination stratégique fantaisiste. Mais les nouvelles étaient rares ; comment en effet, apprendre quelque chose, quand on est pour ainsi dire isolé du reste du monde.

    Trains supprimés, voies ferrées détruites, télé- graphes et téléphones enlevés, plus rien ne subsistait qui puisse servir à la transmission des communiqués. Cependant, le vélo, peut encore
    être utilisé, et quelques jeunes gens se rendent, par ce moyen de locomotion en Hollande et de la apportent des journaux belges et français, mais surtout les feuilles anversoises et bruxelloises, entr’autres la «Métropole» et le «XXe Siècle ». Quand le soir arrive, ils rentrent au village, porteurs de ces précieux journaux, on se les passe à tour de rôle, ou bien on se réunit à quelques-uns chez M. Paul ou M. Jean où la lecture en est faite à haute voix. On y lit avec une grande satisfaction et une véritable fierté, l’héroïque résistance de nos soldats et les coups terribles que nos vaillants bataillons portent aux hordes barbares du Kaiser.

    Les journaux sont lus en cachette car déjà on sait que les Boches n'aiment pas que les nouvelles de la guerre soient transmises par d’autres sources que les agences allemandes. Pendant assez longtemps ces jeunes gens organisent un véritable service journalier entre Aubel et la Hollande, et cela marcha assez régulièrement, jusqu’au jour où les Boches garnissant la frontière de nombreuses sentinelles, empêchèrent tout passage avec la Hollande.

    Mentionnons aussi à ce moment le départ de plusieurs Aubelois.

    Les véritables assassinats commis par les soldats boches sur de paisibles belges à Battice, Herve, à Soumagne, à Visé, à Berneau, à Fouron-Saint-Martin, et autres localités, la destruction de villages entiers, avaient remplis de crainte bien des gens, et, redoutant de semblables actes à Aubel, plusieurs de nos concitoyens prirent le chemin des Pays-Bas, où ils trouveraient plus de sécurité. L’on voyait père, mère et enfants chargés de paquets, de paniers, de valises, se diriger pédestrement ou en charrette, ou en voiture, vers Maestricht, Galoppe, Fauquement...

     

    (Article publié par "Le Journal d'Aubel" (qui avait interrompu ses publications pendant la guerre) le 21 septembre 1919.)

  • A la Une de La Meuse Verviers de ce jeudi 14 août.

    10497213_853272784683942_7376960989575629704_o.jpg

    -Gemmenich-Plombières: la maman qui a abandonné son bébé regrette son geste et aimerait récupérer la garde officielle de sa fille
    -Verviers: Nolwenn, 11 ans, est fan de Miley Cyrus et rêve de devenir la muini-sosie de la pop star
    -Deux pages spéciales sur Michelle Martin qui quitte le couvent des Clarisses à Malonne (Namur)
    -Céline Dion met sa carrière en veilleuse pour prndre soin de sa famille

    A l'intérieur des pages: 
    -Spa: en élagant un arbre, un bûcheron a fait une chute de 15 mètres. Il est dans un état grave
    -Région verviétoise: il y a de plus en plus d'agressions à domicile dans le pays de Herve
    -Verviers: des ivrognes se sont battus rue de Dison. Deux personnes ont été ébouillantées

  • Agrandissement d'Espace Mode

    Capture d’écran 2014-08-14 à 10.40.55.png

    Christophe Meeckers de la S.A. ESMOBEL a introduit une demande de permis d'urbanisme pour la transformation et l'extension vers l'arrière de la surface commerciale située rue de Battice et la modification du parking arrière.

    Capture d’écran 2014-08-14 à 10.41.12.png

    Vue de la façade arrière.