- Page 7

  • L'avis de Michel Remacle

     

    « C’est notre plus mauvais match depuis que j’ai repris l’équipe en main », nous raconte l’entraîneur Michel Remacle. « On ne retiendra pas la manière, mais les 3 points. Nous faisons également la bonne opération de la journée avec les défaites de nos adversaires directs que sont Fouron, Élan Dalhem, Haccourt et Richelle B. » 

  • Yves Hody a fait appel à son équipe de protection

    2ème jour à la COUR D’ASSISES DE LIÈGE

    Un climat de menaces selon les enquêteurs

    YHody.jpgLes enquêteurs ont retracé la genèse des faits qui ont mené au décès de Manuel Maroquin devant la Cour d’assises de Liège, ce mardi. Ils ont évoqué le climat de pressions et de menaces qui existait entre le Jalhaytois Yves Hody et la victime, Manuel Maroquin. La pression n’avait cessé de monter entre les deux hommes durant les heures qui ont précédé l’exécution du second, abattu de deux balles dans la tête alors qu’il quittait son domicile la nuit du 7 au 8 mars 2005 à Xhendremael (Liège).

    Yves Hody, François Toussaint, Olivier Pagnier et Hugues Dewit sont accusés d’avoir commandi- té les faits ou d’avoir participé à l’exécution.

    Les enquêteurs ont rappelé que le conflit entre Yves Hody et Manuel Maroquin est né dans le cadre de la reprise d’un terrain industriel à Engis. Manuel Maro- quin, qui était chargé d’interdire Yves Hody d’accès à ce terrain, tentait de le rencontrer. Mais le climat de pressions et de menaces était de plus en plus fort entre les deux hommes. Ainsi, la veille des faits, les policiers ont dénombré 22 tentatives d’appel de Manuel Maroquin vers le GSM d’Yves Hody. Manuel Maroquin a également déposé 15 messages vocaux et réalisé six appels avec succès envers Yves Hody.

    La nuit des faits, vers 0h22, Manuel Maroquin se trouvait devant chez Yves Hody, qui a refusé de sortir. Stressé face à la menace de son adversaire, le Jalhaytois a fait appel à son équipe de protection pour qu’elle arrive sans tarder.

    Vers 1h, Maroquin a encore contacté Hody, qui a ensuite quitté son domicile avec ses gardes du corps pour se rendre chez Maroquin. S’en sont suivis plusieurs appels indirects entre les deux hommes, jusqu’à ce que Manuel Maroquin contacte un ami pour lui signaler qu’il avait vu Yves Hody passer devant chez lui suivi d’une autre voiture. Pensant, à cet instant, que Hody allait se rendre sur le terrain industriel, Manuel Maroquin s’est décidé à quitter son domicile afin d’aller voir sur place. Il a été abattu vers 2h27 alors qu’il venait de prendre le volant de sa voiture.

    Selon l’expert en balistique, Manuel Maroquin a été abattu de deux tirs concentrés qui ont tra- versé le crâne. Il s’agit d’un type de tir qui s’assimile à la technique du tir de combat. Ce double tir s’effectue en moins d’une seconde. Dans le cas de Manuel Maroquin, il a été effectué à courte distance et avec une arme de calibre 9 mm. Un autre expert de l’INCC a comparé cette arme à la banque de données nationale. La conclusion est qu’elle n’a pas été utilisée dans le cadre d’autres faits. 

  • Hody nie avoir commandité l’assassinat

    Son procès a commencé lundi à Liège 

    Yves Hody a nié lundi au cours de son interrogatoire devant la Cour d’assises de Liège avoir commandité Hody.jpgl’assassinat de Manuel Maroquin. Quatre hommes sont poursuivis pour l’homicide commis en mars 2005. Le procès a commencé hier. Hody a soutenu qu’il avait engagé des agents de sécurité uniquement pour assurer sa protection face à une menace. La confrontation entre ces agents de sécurité et Manuel Maroquin aurait mal tourné.

    Yves Hody a détaillé hier devant la Cour d’assises de Liège les différentes étapes de sa vie person- nelle et professionnelle avant d’évoquer les faits qui lui sont re- prochés. À partir des années 2000, ce Jalhaytois a été actif dans la reprise de sociétés en difficultés et a été condamné pour des faits de fraude. C’est en prison qu’il avait fait la connaissance de Manuel Maroquin.

    Yves Hody a expliqué qu’il avait eu l’idée d’acheter un terrain industriel à Engis. Son projet était d’acquérir un chantier qui était autrefois affecté à une usine de carbone pour le démolir, nettoyer le terrain et le réaffecter. Ce site industriel était composé d’un terrain mais aussi de bâtiments com- prenant une grande partie de métaux à revendre. Hody prétend que son idée était de récupérer l’argent de la démolition pour investir dans une activité de minéralisation avec deux associés.

    15.000 EUROS POUR SA PROTECTION

    Selon les associés, Yves Hody aurait détourné de l’argent lors de la démolition. Mais l’accusé nie. Il prétend qu’il a voulu conserver les fonds pour la réelle destina- tion du projet alors que ses associés souhaitaient utiliser l’argent pour payer leurs dettes. Des ten- sions sont nées entre différents as- sociés. Selon Hody, les deux associés ont engagé du personnel de sécurité pour faire garder le chan- tier et empêcher l’évacuation des métaux. Manuel Maroquin aurait fait partie de ce personnel armé. Yves Hody prétend qu’il a ensuite voulu se séparer de ses associés mais il a senti naître des tensions. Yves Hody a rapporté qu’il a fait la connaissance de François Toussaint, qui travaillait dans la sécurité. Toussaint lui a garanti une protection de qualité contre une rémunération de 15.000 euros, alors que Manuel Maroquin se faisait de plus en plus pressant pour le clan adverse. « Il insistait pour me voir et mettait la pression ! Il n’était pas associé au chantier mais il était rémunéré pour m’en expulser », a affirmé Yves Hody.

    Selon Hody, c’est dans ce contexte tendu qu’il aurait décidé de se rendre chez Manuel Maroquin, accompagné à distance de ses gardes du corps, pour négocier et tenter de retourner Maroquin en sa faveur. Hody prétend qu’il a renoncé en dernière minute à cette rencontre, par peur, et qu’il a laissé ses gardes du corps surveiller la maison de Maroquin. Il conteste une expédition organisée dans un but d’exécution.

    « Pour moi, ils devaient uniquement le surveiller. Je n’avais pas connaissance de ce que François Toussaint et ses associés allaient faire. C’est le lendemain que j’ai appris que Manuel Maroquin avait été tué », a annoncé l’accusé.

    Lire la suite

  • Jean-Paul Nyssen prolonge à Aubel

    Reconduction.

    Jean-Paul Nyssen sera toujours l’entraîneur d’Aubel lors de la saison 2014-2015. « Nous Nyssen.jpgsommes rapidement tombés sur un accord avec le comité pour une année supplémentaire. Mes joueurs ont encore envie de travailler et s’amuser en ma compagnie et les résultats sportifs ne sont pas trop mauvais. » 

    Jeunes.

    Outre les 11 ou 12 joueurs formés par Aubel sur la pelouse contre Franchimont, il fallait saluer les titularisations des deux gamins de 17 ans, Nicolas Nijhos (2 buts) et François Dorthu.

    Franchimont.

    Malgré le fait d’évoluer à dix pendant 70 minutes suite à l’exclusion du gardien Monté en plus d’être battus 4-0 à la pause à Aubel, les gars de Robin Demarteau ont fait preuve d’orgueil en revenant à 4-2 puis en loupant un tir au but par Robert Guccio.  

    Précieux succès pour Aubel

    « Une belle victoire permettant d’avoir trois points de plus que la défunte saison après 20 rencontres, mais je n’ai jamais vécu un tel scénario », disait l’Aubelois Jean-Paul Nyssen. « Quand tu mènes 4-0 à la pause en évoluant en supériorité numérique, il ne doit plus rien t’arriver ! Hélas, grâce à la bonne prestation de Franchimont et au passage à vide incompréhensible de mes troupes, Aubel a perdu complètement son foot tout en conservant une victoire précieuse. » 

  • 3 faillites en 2012 et 4 faillites en 2013

    Dans "La Meuse Verviers" de ce mercredi 15 janvier 2013, Bruno Beckers publie un articles concernant les faillites dans l'arrondissement de Verviers qui passent de 158 en 2012 à 210 en 2013.

    En ce qui concerne Aubel, on peut noter une certaine stabilité.

    Ces chiffres risquent cependant d'être incomplets puisque la seule lecture de la base de données des sociétés révèle au moins 5 faillites en 2013 à Aubel: 

    Nom

    Adresse

    Objet

    Date de la faillite

    AVALGEON

    Côte de Hagelstein 63B

    Programmation en informatique

    3/10/2013

    VESDRE EXPRESS

    Rue Saint-Hubert 18

    Transport routier de fret

    26/9/2013

    Maison Baltus

    Rue de Kierberg 25/1

    (non mentionné)

    29/4/2013

    Michel Haquin et associés 

    Rue de la Bel 24

    Prestations de services et conseils en matière de restauration et de service traiteur

    3/9/2013

    Globetrotters Cooking

    Val-Dieu 298

    Exploitation d’un restaurant

    2/5/2013