- Page 4

  • Décès de Madame Marie-Jeanne Zegels, veuve Klinkenberg

    La famille annonce le décès de Madame Marie-Jeanne ZEGELS, veuve en premières noces de Alphonse KLINKENBERG, veuve en secondes noces de Ghislain KLINKENBERG, née à Charneux le 7 octobre 1952 et décédée à Aubel le 22 janvier 2014.

    La défunte repose au funérarium à Aubel, où la famille recevra les visites de 17 à 19 heures.

    La veillée de prières aura lieu au funérarium à Aubel le dimanche 26 janvier 2014 à 19 heures.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière de Hombourg, sera célébrée en l'église paroissiale de Hombourg le lundi 27 janvier 2014 à 10 heures 30.

    Réunion à l'église.

  • Parmi la vingtaine de gîtes classés

    La Fédération des Gîtes de Wallonie célèbre ses 25 ans. À cette occasion, elle vient de relancer un guide de référence couvrant toute la Wallonie. Gîtes et chambres d’hôtes sont répertoriés et classés avec des épis en fonction de la qualité de l’hébergement. Plus de 1200 gîtes et chambres d’hôtes existent en Wallonie.
    image.jpg
    La demeure du Boukai-Moulin est le seul gîte en Wallonie avec 5 épis. Il possède 9 chambres et salles de bain et peut accueillir 22 personnes. Le gîte offre une piscine couverte chauffée ainsi qu’un sauna. Un home cinéma, une salle de réunion et 16 vélos sont également mis à disposition.

  • Hody fixé demain

    8ème JOUR A LA COUR D’ASSISES

    Le procès d'Yves Hody et de François Toussaint, accusés d’avoir assassiné Manuel Maroquin dans la nuit du 7 au 8 mars 2005 à Xhendremael (Liège) touche à sa fin. Toutes les parties ont été entendues et les délibérations auront lieu ce jeudi en début de matinée. Cette délibération pourrait durer plusieurs heures. La lecture de l’arrêt motivé sur la culpabilité devrait intervenir jeudi en fin de soirée. Les accusés devraient donc être fixés sur leur sort. Pour rappel, les avocats des parties civiles soutiennent que les quatre accusés, parmi lesquels Yves Hody et François Toussaint, ont bien commis ou participé à un assassinat en mars 2005 lorsqu’ils ont abattu Manuel Maroquin.

  • 9 sur 9 pour les Aubelois après leur 0 sur 9

    Top.jpg

     Après un faible 0 point sur 9, Aubel a retrouvé des couleurs avec un brillant 9 sur 9. « Certes, le retour des blessés et le facteur chance ont contribué à ces trois succès 
    Aubel.jpgconsécutifs, mais il faut ajouter une bonne maîtrise, possession et circulation du ballon », disait Jean-Paul Nyssen, qui ajoutait sur le titre : « Xhoffraix possède un calendrier plus facile, car il aura rencontré toutes les formations du top 5 après son déplacement à Amblève de ce vendredi. Pour rappel, Aubel doit encore jouer deux fois contre les Amelois. » 
  • Hody et Toussaint tueurs à gages ?

    7ème JOUR A LA COUR D’ASSISES 

    Les parties civiles ont plaidé mardi devant la cour d’as- sises de Liège la thèse de l’assassinat 

    Hody.jpgde Manuel Maroquin à charge des quatre auteurs Yves Hody (Jalhay), François Toussaint (Welkenraedt), Olivier Pagnier et Hugues Dewit. Les avocats ont écarté toutes les autres thèses présentées depuis l’ouverture du procès. Il ne s’agissait donc pas d’un contrat de protection qui aurait mal tourné mais d’un projet d’exécution bien négocié de manière antérieure. Me Jean-Pol Reynders a rappelé que les faits se sont déroulés dans le cadre de la reprise d’un chantier dont le démantèlement devait se montrer lucratif. « Hody voulait conserver la mainmise sur la poule aux œufs d’or. Le chantier avait déjà généré un chiffre d’affaires d’un million d’euros. Il a voulu prendre des mesures d’urgence importantes et a décidé d’engager François Toussaint. Mais aucune menace n’avait encore été proférée. Il ne s’agissait donc pas d’un contrat de protection négocié quatre jours avant les faits. Hody a remis 15.000 euros à Toussaint pour éliminer Manuel Maroquin, celui qui bloquait son chantier », a soutenu Me Reynders.

    Le ministère public a relevé que Hody et Toussaint ont pris la précaution de ne pas laisser de traces de communication avant les faits. Yves Hody s’est constitué des alibis durant les périodes où son équipe était susceptible de passer à l’action. Pour l’avocat général, François Toussaint (48 ans) était le maître d’un contrat d’exécution. Il aurait même tendu un guet-apens à Manuel Maroquin.
    « Manuel Maroquin a été abattu de deux balles dans la tête, dont la pre
    mière derrière l’oreille. Toussaint n’est pas là pour l’entendre mais j’aurais aimé pouvoir lui dire le caractère crapuleux de son geste. Il a fait preuve de détermination pour abattre sa cible. Les deux tirs ont été effectués en moins d’une seconde. Les auteurs étaient en service commandé. Ce sont des tueurs à gages qui ont été payés pour cela ! », a affirmé l’avocat général.

    Du côté de la défense, on s’est appuyé sur des éléments du dossier pour confirmer la menace qui pesait sur le Jalhaytois. « Il était mort de trouille face à la menace de Maroquin et après avoir constaté qu’il rôdait autour de chez lui. La situation lui a totalement échappé lorsque Toussaint, qui était initialement chargé d’assurer sa protection, a décidé de prendre les choses en mains et de passer à l’action », a indiqué Me Montiel. Ses avocats ont plaidé son acquittement.

    ("La Meuse - Verviers" du 22 janvier 2013 - avec BELGA).